Faire la promotion de son MOOC, une nécessité ?

loudspeakerVous avez investi des centaines d’heures pour mettre au point votre MOOC, et tout est maintenant prêt à être lancé. Si vous voulez avoir une audience, il va falloir consacrer un peu de temps à la promotion du MOOC. Il va falloir “partir à la pêche” pour recruter vos participants. Ce serait dommage d’avoir construit une belle formation et que personne ne la suive, non ? Car n’oublions pas que ce qui a de la valeur dans le numérique éducatif, ce n’est pas vraiment les ressources, ce sont les usages. Au cours de cette vidéo, je vous propose de revenir brièvement sur la question de la promotion du MOOC.


Tout d’abord, quels sont les éléments qui influent sur le nombre d’inscrits ? Pour commencer, le sujet du cours, la langue d’enseignement, la qualité de la bande-annonce, le trafic du portail d’affichage. qui a une influence considérable. Mais si vous en êtes à l’étape où vous allez lancer le cours, c’est en principe que vous avez réglé l’ensemble de ces paramètres en amont. Il y a donc deux éléments sur lesquels vous avez en principe un peu de marge de manoeuvre. D’une part la durée de la période de recrutement, et d’autre part le plan de communication.

En ce qui concerne les plates-formes, il ne faut pas oublier que ce qui compte, ce n’est pas simplement le nombre d’inscrits à votre portail, il y a la question de la langue d’enseignement. Si vous faites un cours en français sur un portail essentiellement anglophone comme Coursera, ou si vous faites un cours en chinois sur un portail essentiellement francophone, vous risquez de ne pas trouver votre public cible.

Vient ensuite la question de la période de recrutement. Elle doit durer suffisamment longtemps pour remplir le MOOC, car s’il se passe seulement une semaine entre l’annonce et le début du cours, cela ne laisse pas beaucoup de temps pour recruter et vous risquez de commencer avec une classe vide. Cependant, il ne faut pas exagérer non plus et recruter un an à l’avance, car les gens vont oublier qu’ils se sont inscrits.

A vous de trouver le bon équilibre. L’idéal est de pouvoir suivre la courbe des inscriptions. Vous allez voir apparaître un plateau au bout d’un moment, avec le rythme des inscriptions qui va chuter de manière assez importante. En général, la date de lancement est fixée à l’avance et on ne la modifie pas trop en cours de route, mais c’est vrai que dans l’idéal, il faudrait lancer le MOOC au moment où l’on atteint le plateau.

La plupart du temps, on se contente de poster le cours sur le portail et d’attendre que le MOOC se remplisse. Cela peut suffire si le portail est suffisamment visible et le sujet du  cours suffisamment attractif et généraliste, mais dans le cas contraire, il est conseillé d’avoir un plan de communication.

La première question que vous devez vous poser, c’est “Où est votre public cible ?” “Quels sont les sites, les newsletters ou les communautés dans les réseaux sociaux où vous pourrez l’atteindre?”. Ensuite, une fois que vous savez comment atteindre les participants potentiels, il vous faut identifier ce que vous devez dire ou faire pour les pousser à s’inscrire à votre MOOC ? Y-a-t’il des personnes relais qui permettraient de faciliter le processus et d’aider à diffuser efficacement l’information ? Si oui, comment négocier avec eux pour qu’ils vous aident dans votre démarche de communication ?

Par exemple, dans le cadre du MOOC “Monter un MOOC de A à Z”, il y a dans les réseaux sociaux le groupe LinkedIn MOOC Francophone, avec plus de 1000 inscrits. Après, vous avez le site MOOC francophone, avec un trafic mensuel de plus dizaines de milliers de personnes intéressées par les MOOC. Une interview sur ce site peut donc être une action potentiellement efficace.

Après, vous avez bien sûr le ou les blog sur les MOOC. Ou la newsletter d’UTOP Inria (cf. cette interview), qui cible un public plutôt intéressé aux MOOC. Vous avez ensuite la presse généraliste. Et pour terminer, des partenariats avec des institutions du service public comme le Ministère ou l’AUF peuvent permettre de toucher des potentiellement intéressées. Et bien sûr le traditionnel communiqué de presse sur le site de l’établissement. On peut distinguer deux grands types d’actions de communication, les actions généralistes et les actions plus ciblées. Ce n’est pas parce qu’une action touche plus de monde qu’elle est nécessairement plus efficace. Il faut raisonner en termes de taux de transformation, c’est à dire la proportion des personnes qui va avoir l’information et qui va s’inscrire.

Si vous touchez 1 million de personnes en passant sur une radio nationale, mais qu’après  seulement une personne sur 1 sur cent mille s’inscrit, cela vous fait 10 personnes en plus. Si vous faites une action qui touche seulement 10.000 personnes, mais que 10% d’entre eux s’inscrivent, et bien cela vous fait tout de suite mille inscrits en plus. Par ailleurs, il faut voir que l’on vise un public qualitatif, des gens qui ont vraiment envie de participer à la formation, pas simplement pour s’inscrire un jour et ne jamais revenir. Mais bon, ça en général vous avez assez peu de contrôle dessus. Du coup, autant que possible, vous devez mesure l’efficacité de chaque action de communication que vous faites via les outils appropriés: par exemple des outils de suivi de clic comme goo.gl et bit.ly. Cela marche assez bien pour des actions comme des sites internet ou des mails.

Dans l’idéal, il faut pouvoir suivre individuellement chaque action de communication, avec un suivi de clic spécifique à chaque action. Mais cela peut demander du temps. Par ailleurs, il y a des actions de communication, typiquement les journaux, la radio ou la télévision, où ce n’est juste pas possible. Dans ce cas, vous pouvez vous contenter de suivre l’évolution du nombre d’inscrits juste après l’action de com. C’est approximatif, mais cela vous donnera une idée de son impact.

Pour terminer, il faut savoir qu’il existe des portails d’annonce de MOOC transversaux comme Class Central ou autres et qui référencent les nouveaux MOOC, toutes plates-formes et toutes langues confondues. En général, un simple mail suffit à informer le propriétaire du portail et à faire référencer son MOOC. Il y en a un certain nombre, et la valeur de ces portails dépend avant tout de leur trafic qu’il est en général difficile à estimer, car il n’est pas affiché directement sur la page d’accueil. Si vous avez la possiblité de vous faire référencer facilement par un de ces portails, faites-le, sans pour autant baser tout votre stratégie de communication là-dessus.

Pour conclure, la principale méthode pour promouvoir votre cours, c’est de choisir un portail avec un trafic important et qualitatif, un sujet intéressant, et d’avoir une période de recrutement suffisamment importante pour avoir assez d’inscrits. Cependant, si vous pensez que pour une raison ou pour une autre, cela ne sera pas suffisant, ou que vous pouvez faire mieux, dans ce cas il faut mettre en place un plan de communication, identifier les manières d’atteindre votre public cible, et de le convaincre de s’inscrire. Autant que possible, vous devrez suivre l’impact de chacune de vos actions de communication pour faire des ajustements au fur et à mesure. Après, il n’y a pas de recette magique, chaque MOOC a sa propre problématique et il faut raisonner au cas par cas. A vous de faire preuve de créativité et d’imagination, et de partir à la conquête du Web.

PS : on lance une campagne Thunderclap pour la promotion du MOOC, n’hésitez pas à venir nous filer un coup de main ! Elle ne sera lancée qu’à partir de cent inscrits

Be Sociable, Share!

2 Comments

Filed under Non classé

2 Responses to Faire la promotion de son MOOC, une nécessité ?

  1. sur le thème de la communication des MOOCs, il est bien traité par des diapos récentes de Régis Faubet
    http://fr.slideshare.net/regisfaubet/2014-moo-cscommunicationeupriorfaubet-38813585 « MOOCs & University communications « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *