Quelques réflexions estivales sur la gamification dans les MOOC

http://www.dreamstime.com/stock-photography-climbing-man-ladder-image15468082L’été a été laborieux, et j’ai passé un temps fou à vouloir améliorer le MOOCAZ. Une erreur, sans aucun doute, au vu du retard qu’a pris ma thèse. D’autant que  ces réflexions n’ont finalement pas été mises en oeuvre. Néanmoins, autant qu’elles ne soient pas perdues.  Je vous livre donc quelques idées à l’état brut sur les questions de gamification dans les MOOC, en discutant notamment de quelques outils glanés à droite à gauche.

Soyons honnêtes, la plupart des MOOC sont barbants. Et je ne suis pas sûr que le MOOC « Monter un MOOC de A à Z » échappe à la règle. Les activités proposées ont beau être pertinentes, il manque ce petit truc qui fait qu’on a vraiment envie de s’impliquer corps et âme dans le cours. La gamification, c’est-à-dire l’introduction d’éléments de jeux dans le système est sans doute l’une des clefs de la réussite, nous en avons déjà discuté il y a quelques mois. Pour le moment, les plates-formes comme Coursera ou Udacity ne l’ont implémenté que pour la participation dans les forums. Ce qui est loin d’être le seul aspect d’un MOOC.

On a déjà évoqué les principaux ingrédients de la gamification dans les MOOC via les points, les badges, les leaderboards. On en retrouve les échos dans la presse anglo-saxonne. Le principe est simple. Vous regardez 5 vidéos, vous gagnez un badge, et 1000 points. Vous répondez à un quizz, hop, 500 points supplémentaires. Vous publiez un article sur votre expérience dans votre journal de bord ? Cela vaut bien 5000 points et un super badge « rédacteur » ça ! Vous avez soumis un devoir dans le cadre du parcours « Vidéo éducative ». Alors là vous touchez le jackpot. 20.000 points, et vous passez un niveau, de « Débutant », vous devenez « Expérimenté ». Encore quelques devoirs et vous entrerez dans la catégorie Maître MOOCeur.

Voilà, c’est un peu comme ça que je vois l’avenir du MOOC. Bon, le fait que je sois ancien fan de jeux vidéos doit y être pour quelque chose (mon addiction : les jeux de gestion de ville ou de civilisation, Caesar, Civilization, ou Anno par exxemple), mais je pense qu’il n’y a pas d’âge pour être sensible à ce genre de chose. La question, maintenant, c’est comment implémenter tout cela dans la réalité ? Alors, on trouve bien un système de badges dans Canvas, avec un lien en particulier avec les Mozilla Open Badges. C’est pas mal, mais j’ai envie de quelque chose qui soit moins informel; l’idée n’est pas tant d’avoir des « preuves » de l’apprentissage (je ne suis pas ici dans une optique de e-portfolio), que de rendre l’expérience amusante, et de créer une communauté d’apprenants actifs.

Je voulais avoir un classement en temps réel des personnes les plus actives (et qui veulent jouer le jeu de la gamificaiton). Avec certains outils, on peut favoriser un certain nombre de comportements que l’on attend en tant que concepteur. Consulter les ressources, regarder les vidéos, être actif sur les réseaux sociaux et les forums de discussion. Je suis donc parti en quête d’outils cet été. Après un rapide tour d’horizon des solutions existantes, je suis tombé sur Captain Up. Voici la vidéo d’intro.

Un widget que l’on intègre via HTML en deux temps trois mouvements (et normalement vous le voyez à droite de cette page). Un outil très simple (certains diraient simplistes), mais qui a l’avantage d’être en B2C. C’est-à-dire que Monsieur tout le monde peut l’intégrer sur son site sans avoir à passer par le service commercial de l’entreprise. Entre Badgeville, Gigya et autres, il y en a des dizaines de moteurs de gamification, mais la plupart  sont en B2B (Business to Business). Systématiquement, il fallait donner ses coordonnées pour obtenir une démonstration, et depuis que j’ai passé mon mail, je reçois des sollicitations incessantes de leurs services commerciaux pour qu’ils me fassent une démo. Mais non, je ne suis pas une grosse entreprise qui veut manager ses employés via la gamification, je suis un simple concepteur de formation, donc pas dans leur cible.

Après, ce n’est pas adapté pour tout ce qui relève des notes données aux activités. Des outils comme Captain Up, centrés sur de la consultation de ressources,  ne marchent pas dans ce genre de situation. Traditionnellement, on peut intégrer des badges comme les Open Badges de Mozilla et les associer aux notes reçues aux quizz ou aux évaluations par les pairs, mais la logique est différente de celle de Captain Up. Pas de ranking en temps réel, pas d’émulation liées à l’activité de la communauté. Du coup, je pensais créer deux systèmes de gamification parallèles, un pour les activités « de base » (consultation de ressources, discussion sur les forums), et un pour les activités notées, correspondant au rendu de devoir. J’étais même tombé sur un outil pas mal, Leaderboarded (qui a changé de nom et qui s’appelle désormais Rise).

L’outil permettait de capter des données en provenance de pas mal de sources (activité sur les réseaux sociaux, mais on pouvait aussi injecter des tableaux de note), et de faire des tableaux de classements dynamiques. J’ai cherché sans succès à reproduire ce qui avait été fait dans le MOOC Startup Engineering de Stanford sur Coursera. Mais au final, ces différents outils posaient trop de problèmes en termes de devenir des données personnelles (délicat d’envoyer les données des participants dans les bases d’une boîte américaine), et du coup nous avons préféré nous abstenir. Le seul que l’on ait utilisé, c’est Ideascale pour la formation des équipes (il y a un peu de gamification à la clef).

Enfin,  il y a la question de ce qu’on met comme « récompense » à la clef du MOOC. C’est bien beau de terminer premier du MOOC, que ce soit en termes d’activité sur les forums ou pour les devoirs rendus, mais qu’est-ce qu’on y gagne ? Alors j’avais pensé à mettre au point des Goodies (comme dans le MOOC CS50x d’Harvard), comme les badges ou des mugs du MOOC « Monter un MOOC de A à Z », avec notre magnifique logo.

Mais bon, l’intérêt est limité au final. Et qu’est-ce qu’on fait si les gagnants sont à Dakar, Antananarivo et Nouméa hein ? Vous imaginez le prix que ça peut coûter en frais de livraison. Il y a tout de même des choses plus prioritaires. Autre option, pour ceux qui ont des projets de MOOC, c’est un retour personnalisé du prof sur leur projet. Quelques heures de travail gratuites (ce qui a de la valeur tout de même). C’est plus pertinent déjà, même si cela ne concerne que les porteurs de projet.

Je pense qu’à terme les plates-formes comme Coursera intégreront des systèmes de gamification complexes, et qu’il n’y aura pas besoin de se baser sur des outils externes. Néanmoins, il faudra tout un travail de réflexion, au cas par cas, pour calibrer ces systèmes et les adapter aux problématiques du MOOC. D’une manière ou d’une autre, il faudra qu’on s’y frotte en tant qu’enseignants, alors autant commencer le plus tôt possible. Voilà qui conclue sur mes réflexions estivales sur la gamification. Je ne suis pas du tout spécialiste de ces outils ni de ces questions. Alors, comme d’habitude, je suis toujours preneur de bonnes idées … A vous les studios.

PS : si vous twittez ou likez depuis cette page, vous gagnez des points dans Captain Up … (l’icône à droite)

Be Sociable, Share!

9 Comments

Filed under Non classé

9 Responses to Quelques réflexions estivales sur la gamification dans les MOOC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *