Les associations aussi peuvent lancer des MOOC !

Dès que l’on parle MOOC, en général on pense tout de suite à « universités, grandes écoles », on a en tête ces enseignants de Stanford ou de Harvard. Mais il ne faut pas oublier que le MOOC est un média avant d’être un cours universitaire, et dès lors que l’on a le savoir-faire et la technologie, il n’y a pas besoin d’appartenir au monde académique pour lancer ce type de formation. Pour appuyer ces propos, je vous propose un entretien avec Michel Augendre, qui est sur le point de lancer son deuxième MOOC sur Open Classrooms dans un cadre associatif. La thématique : l’accompagnement à la scolarité.

« Se former pour l’accompagnement à la… par fondationorange

Matthieu : Pourriez-vous m’expliquer un petit peu votre projet de MOOC et comment vous en êtes arrivé là ?

M.A. : Bien entendu. Au sein de l’association des Trophées Solidaires nous construisons au fil des ans une boîte à outils pour permettre aux étudiants de monter correctement des projets solidaires, et lors de l’édition des Trophées solidaires de 2013 nous avons commencé à nous intéresser aux MOOC parce que nous nous sommes aperçus que les étudiants avaient beaucoup de mal à lever des fonds pour pouvoir réaliser leur projet. Donc nous nous sommes dit « Allez ! On va faire un MOOC sur comment financer son projet solidaire ». C’était le premier MOOC sur la thématique de la solidarité en France. […] Donc nous avons pris la caméra (enfin surtout Marthe Lemelle – réalisatrice) et nous avons interrogé des étudiants. Il y avait des petites synthèses qui étaient faites par deux étudiants eux-mêmes. L’essentiel du contenu, des astuces, du savoir-faire etc, était délivrés par les étudiants eux-mêmes.

Matthieu : Et du coup comment s’est déroulé le projet, pratiquement, l’implémentation du cours ?

M.A. : Nous avions beaucoup de contacts avec les associations solidaires dans les écoles et les université (l’AFEV, Animafac, Gdu coeur de L’ESG, Fenêtre sur cours de Kedge etc) et donc Marthe qui est photographe et vidéaste a pris son matériel, elle a rencontré des jeunes, elle a fait des interviews, après elle supervisé le montage. On a mis quatre mois à peu près. Nous nous sommes aussi associés à une école de journalisme (IICP)  qui nous a donné un super coup de main pour aller faire les interviews, les voix off, et donc on peut dire que ce sont des jeunes ont tout fait. Voilà, c’est comme ça que ça s’est fait. Zéro budget. “By the Way” nous étions très inexpérimentés et OpenClassrooms a aussi transpiré bénévolement pour nous aider. Sans eux nous n’y serions pas arrivé.

Ce qui était très neuf dans cette manière de faire à l’époque (maintenant d’autres ont emboîtés le pas et c’est tant mieux) c’était de donner la paroles aux jeunes eux mêmes, de partir de leur expérience concrète et de considérer qu’elle transmettait un véritable savoir. Qu’il n’y avait pas besoin de cours mais simplement de synthèses à la fin de chaque vidéo sur que qui avait été appris.

Matthieu : D’accord, et vous avez voulu en refaire un autre ?

M.A. :  Du coup ça nous a donné envie d’aller plus loin plus sérieusement avec un peu plus de moyens et là il y a eu une belle rencontre avec la Fondation Orange qui a lancé un Appel à projet sur Solidarités Numériques.  Notre projet correspondait à la cible de cet appel et nous avons obtenu un financement. Notre thématique était l’accompagnement à la scolarité, la réussite scolaire, tout simplement parce qu’il y a beaucoup d’étudiants qui sont engagés dans des associations, et qui donnent de leur temps pour faire de l’accompagnement à la scolarité. Hélas il n’existe pas de statistiques nationales sur nombre d’étudiants qui s’engagent pour la réussite scolaire (Sans doute plus de 10 000 puisque l’AFEV en compte déjà 7000). On a pressenti que c’était un thème d’intérêt général.

Ce MOOC numéro deux s’appelle « Se former pour l’accompagnement à la scolarité ». Il est de quatre semaines, 12 vidéos, deux études de cas. Les vidéos elles-mêmes sont chacune découpées en trois parties où il y a à chaque fois plusieurs reportages et une synthèse qui fait une minute.

L’originalité et l’innovation pédagogique de ce MOOC est liée à la place qui sont donnés aux acteurs de terrain. Les Associations, les experts, les écoles qui ont des programmes d’accompagnement comme l’ESSEC par exemple ont pris la parole pour expliquer par l’exemple ce qu’était l’accompagnement et comment il fallait le pratiquer. Nous sommes donc très loin du cours traditionnel. Les interviews de jeunes ont été des accompagnés et qui sont devenus des accompagnateurs, percutent très fort. Ils savent parfaitement parler de ce qu’ils ont vécu comme élèves à l’école, et en quoi l’accompagnement a été bénéfique pour eux, et maintenant ce qu’ils arrivent à restituer à d’autres jeunes. Ces témoignages très touchants. Puis évidemment il y a aussi l’apport des éducateurs, des psychologues professionnels et de responsables d’association qui parlent de l’accompagnement à la scolarité dans toutes ses dimensions.

Nous avons également voulu que le MOOC soit une caisse de résonance, pas simplement un apprentissage avec une délivrance de savoir-faire, mais aussi la possibilité d’un maillage de ce qui se fait sur le terrain pour que les gens puissent se connecter entre eux. Donc tout l’enjeu va être d’animer le forum à plusieurs sur OpenClassrooms, de manière à ce que les internautes qui vont poser des questions, qui éventuellement souhaiteront des mises en relation ou des contacts etc, nous puissions les accompagner et leur faire rencontrer directement les acteurs et les bons interlocuteurs. L’animation de ce MOOC sera aussi importante pour nous que sa fabrication.

 

Se former pour l’accompagnement à la scolarité” sur OpenClassrooms à partir du 14 avril 2015. http://openclassrooms.com/

Be Sociable, Share!

1 Comment

Filed under Non classé

One Response to Les associations aussi peuvent lancer des MOOC !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *