De ma révolte MOOC au développement d’un certain cynisme (passager?) …

DiplomaA bien des égards, mon engagement dans le numérique pédagogique a trouvé son origine dans une velléité de lancer un défi au modèle pédagogique dominant. Ah, cela me manque cet enthousiasme et cette naïveté d’alors. Quand je me suis lancé corps et âme dans cette bataille, je n’avais pas vraiment la moindre idée de ce que je faisais. Quelques années plus tard mon objectif reste plus ou moins inchangé, mais la confrontation avec la réalité me fait m’interroger quant à la meilleure voie à suivre pour faire évoluer les choses. Aujourd’hui, je vous parle donc de mes états d’âme.

Côté Cisel, on va dire que mon père et sa fratrie sont de parfaits exemples de ce que l’on appelle les « transfuges de classe », un phénomène bien connu de la sociologie française (on en parle par exemple dans cette interview du normalien Edouard Louis, fils spirituel de Bourdieu). Les transfuges, ce sont par exemple ces générations issues des classes populaires, qui, dans l’immédiat après-guerre, purent effectuer leur ascension sociale grâce aux études. Et c’est une tradition que j’aimerais voir se perpétuer en partie grâce au numérique.

Plus vraiment membres de leur classe d’origine même s’ils en gardaient un certain nombre de valeurs, les transfuges n’en appartenaient pas pour autant aux classes qu’ils rejoignaient sur le plan des revenus. Cela causa bien souvent un sérieux problème d’identité, problème à bien des égards transmissible de génération en génération. On peut ainsi tout fait avoir étudié dans des établissements prestigieux comme le lycée Henri IV, et avoir été biberonné aux idéaux de la classe ouvrière d’après-guerre, ce qui est, somme toute, assez paradoxal.

En bon héritier de transfuge, on peut avoir fait une prépa tout en abhorrant le discours élitiste qui l’entoure. Si ma famille a pu s’élever socialement parlant, c’est grâce à l’université des années 60, c’est grâce à un grand élan de mobilité sociale médié par les études, élan, qui, si j’en crois l’ouvrage de Thomas Piketty (le capital au vingt-et-unième siècle), n’est pas prêt de se reproduire de sitôt. Autant vous dire que la logique malthusienne du système éducatif à la française, j’ai un peu de mal avec. Et accepter l’autorité et la légitimité de ceux qui incarnent cette logique, ce n’est pas facile non plus.

Dans l’ensemble, même si je n’en pensais pas moins, je suis pourtant toujours resté un élève puis un étudiant plutôt docile, et je me suis (presque) toujours abstenu de remettre en cause l’autorité en critiquant les pratiques pédagogiques. Le masque ne s’est fissuré qu’à quelques reprises, souvent dans des moments critiques, c’est ballot. Et la sanction qui tombait parfois. Je l’avais cherché, mais je n’ai pas réussi à avaler mon serpent et à l’âge de vingt ans je jurai en mon for intérieur de venir titiller l’enseignement supérieur français, d’autant que la prépa m’avait rendu insomniaque, et que j’en tenais le système pour responsable, à tort ou à raison.

Honnêtement, quand en 2011, un an avant l’explosion des MOOC, on s’est lancés à temps plein avec un ami développeur dans la création de cette plate-forme de cours en ligne gratuit, la hache de guerre était déterrée; j’avais la ferme intention de proposer à travers ce projet une alternative de qualité aux cours en présentiel existants. Avec le recul, je réalise à quel point j’étais idiot, à quel point je manquais de pragmatisme.
Quelques années après l’essor du mouvement MOOC, alors que des centaines de millions de dollars ont été investis dans ces cours en ligne par les établissements les plus prestigieux de la planète, bien peu a bougé au niveau de la formation initiale si l’on raisonne à l’échelle planétaire. Ce n’est pas surprenant me direz-vous. Tout au plus le mouvement a-t-il déclenché une petite polémique. Et en enthousiaste teigneux, je pensais vraiment qu’avec mes dix petits doigts j’allais développer une plate-forme de la qualité de celle de Coursera, proposer une offre de cours équivalente à celle d’une université, et devenir une alternative ? Mais quel imbécile j’étais alors (pas que je sois plus franchement intelligent maintenant, ceci étant dit, tout au plus un peu plus cynique) !
Réalisant mon impuissance, j’ai cherché à mener une « partie d’échecs », à coups de billets de blogs et autres, pour chercher à influencer, sans grand succès, le cours des choses, au moins dans le domaine des MOOC. Les billets ont certes été lus, mais quid de leur impact ? Difficile à dire. Même si j’ai été un peu douché par un certain nombre d’expériences négatives, je maintiens qu’il est toujours possible dans certains secteurs de créer des alternatives crédibles, même avec peu de moyens. Mais ce n’est pas une question de numérique. A mes yeux, c’est avant tout une question de mentalité, c’est une question de démocratie, c’est la question du pouvoir que l’on donne à l’étudiant pour s’orienter et choisir ses méthodes d’apprentissage, c’est une question de cohérence des curriculums. Je conclurai par conséquent sur la questions du libre-arbitre des étudiants avec l’intégration de cours en ligne dans les cursus.

Intégrer des cours en ligne dans des cursus, et laisser davantage de libre-arbitre aux étudiants, voilà qui pose la question du pouvoir d’orientation. C’est un pouvoir qui pour certains devrait appartenir exclusivement à l’institution. Une position anachronique qui pourrait faire sourire si elle n’était pas symptomatique d’une vision relativement répandue.

Sans vouloir aller jusqu’à priver les étudiants de leur libre-arbitre, on les considère bien souvent comme trop immatures pour construire leur propre parcours. Néanmoins, on leur laisse la responsabilité de faire des choix qui les engagent sur le long terme alors qu’ils n’ont que leur bac en poche. Et après leurs études, ils sont souvent lâchés dans la nature sans autre forme de procès  (même si les choses s’améliorent sans doute sur ce plan). La maturité, un argument à géométrie variable et dont on se sert dans un sens quand on veut imposer des contraintes, et dans l’autre quand on veut se désengager d’un service.  N’y aurait-il pas comme une légère contradiction ?

Donner davantage de liberté dans le choix des cours, ce n’est pas faire une croix sur les maquettes pédagogiques, ni remettre en cause la nécessité d’un socle commun. En revanche, c’est une méthode a priori relativement efficace pour lutter contre le cloisonnement disciplinaire. On comprend la peur de la désintermédiation, de la substitution, mais qu’y a-t-il à craindre ? Une peur largement infondée à mes yeux, mais qui risque de ralentir considérablement les évolutions des cursus pédagogiques.

3 Comments

Filed under Non classé

3 Responses to De ma révolte MOOC au développement d’un certain cynisme (passager?) …

  1. Pintus

    Tout à fait d’accord ! Regarder de plus près la formation des infirmiers. ….

  2. Pierre V. Laurent

    Le cloisonnement disciplinaire est la clé de voûte de la mentalité en place. Une conception de l’élaboration top-down des programmes est corollaire du statut d’enseignant-chercheur (EC), de son « pouvoir sur » de « enseigneur » (Philippe Carré), de « explicateur » (Joseph Jacotot ; Jacques Rancière).
    Comment, avec qui : 1) passer d’une « logique d’enseignement » à une « logique d’apprentissage »? ; 2) passer de la notion de « programme » ( « pouvoir sur ») à celle de « curriculum » (« pouvoir de »)?
    Comment, avec qui : 1) repenser le lien de l’apprenant par rapport à l’institution? ; 2) comment sortir du paradigme de la « formation initiale/continue » pour entrer dans le paradigme des « apprentissages tout au long de la vie » ?
    Les MOOC, tel un pharmakon, peuvent incarner les deux mentalités… A qui incombe le choix de la mentalité sous-tendant l’élaboration d’un MOOC, et finalement de sa diffusion ? Soit aux EC par rapport aux étudiants (programme : « pouvoir sur ») ? Soit aux apprenants en lien avec les appreneurs (curriculum de compétences : « pouvoir de »)?

  3. Et oui ! les nouveaux médias ne font pas disparaitre les anciens! La photo n’a pas tué la peinture, et l’hyperréalisme existe encore aujourd’hui.
    L’étudiant est un animal malin, qui sait tirer le meilleur de ce qu’on lui propose (en effectuant un DUT, par ex, puis une LPRO puis un master, histoire de bien enrichir son portefeuille de savoir-faire, connaissances théoriques et ouverture d’esprit, alors que ces formations qualifiantes n’ont pas été conçues pour se cumuler).
    Le changement vient de la marge et bien en a pris a Mathieu de Mooquer avant l’heure. Et si l’enseignement supérieur s’en m(o)oque apparemment, c’est que la révolution est lente… l’enthousiasme se diffuse… patience et action !!

Répondre à Pierre V. Laurent Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>