Les MOOC français à l’épreuve de la viabilité économique

DiplomaChers lecteurs, la Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication (RFSIC) vient de publier un numéro intitulé « Enseignement(s) numérique(s) : entre utopie technologique, réalités pédagogiques et enjeux communicationnels« , numéro qui accorde une place centrale aux MOOC. J’ai eu la chance d’être publié dans ce numéro, pour un article sur les modèles économiques des MOOC mobilisant des entretiens que j’avais réalisés avec des concepteurs. Si je ne veux pas le dévoiler entièrement – il faut aller sur le site de la revue pour cela, je souhaite vous mettre dans ce billet le résumé de l’article, ainsi que le premier paragraphe, afin de vous donner envie d’aller le lire.

Commençons par le résumé, qui donne une petite idée de la logique que j’ai suivie :

« Si, au regard des choix de modèle économique, les MOOC sont tributaires des politiques des plateformes qui les hébergent, leur viabilité économique dépend également dans une large mesure du public visé par leurs concepteurs. Sur la base d’entretiens menés auprès d’une trentaine d’enseignants français impliqués dans la conception de ces dispositifs, nous analysons différentes orientations possibles : la logique de l’éducation formelle d’une part, et celle de l’éducation non formelle d’autre part. Nos données suggèrent que c’est lorsque les dispositifs s’inscrivent dans une logique de formation professionnelle qu’ils se rapprochent le plus de la viabilité économique, l’économie d’échelle permise par l’intégration dans un cursus académique restant incertaine. Des modèles économiques comme la publicité pour des formations complémentaires pourraient se révéler plus prometteurs que des modèles plus connus et systématisés tels que la vente de certificats, qui pâtissent sans doute d’une faible reconnaissance sur le marché du travail comme dans le milieu académique. »

Et voici le premier paragraphe de l’article :

« Lorsque les MOOC prirent leur essor en 2012 (Daniel, 2012 ; Cisel & Bruillard, 2013), nombreux sont ceux qui leur prédirent un destin funeste, faute de modèle économique. Cinq ans plus tard, force est de constater que le modèle du MOOC a muté de façon considérable. Les unes après les autres, les plates-formes, de Udacity à Coursera, ont mis un terme au certificat gratuit. Par ailleurs, elles hébergent désormais un nombre croissant de formations tournées vers les compétences professionnelles, dont les certificats sont payants (Cisel, 2016). Pour expliquer cette mutation de la logique qui sous-tend ces dispositifs, il nous semble nécessaire de mieux appréhender le lien entre public visé d’une part et modèle économique d’autre part. Dans cet article basé sur des entretiens avec des concepteurs de MOOC français, nous cherchons à approfondir cette problématique au travers des questions suivantes : dans quelle mesure les MOOC français sont-ils parvenus à trouver un équilibre économique ? Quels étaient les modèles économiques éventuellement mis en place, et en quoi ceux-ci dépendaient-ils du public visé par le dispositif ? »

Pour le reste, allez sur le site de la revue …

Ce n’est qu’une maigre contribution au débat toujours vivant sur les modèles économiques des MOOC, et qui me paraît être une réflexion de sens commun. Elle vise à aller au-delà des listes à la Prévert des modèles économiques possibles, mais qui n’ont dans la pratique souvent pas très bien marché.

Be Sociable, Share!

2 Comments

Filed under Non classé

2 Responses to Les MOOC français à l’épreuve de la viabilité économique

  1. GiLe

    Bonjour,
    Une nouveauté en 2018: Les moocs basés sur des documents Open Source!
    Le mooc en question https://courses.edx.org/courses/course-v1:USMx+STV1.3x+1T2018/course/ et la référence au document sur lequel il est basé « Lehman, E. (2017). Mathematics for Computer Science  » que vous pourrez trouver via votre moteur de recherche préféré.
    Le prix du mooc? $249.00.
    D’ailleurs est-ce encore un mooc? 1 vidéo d’introduction par semaine de 1 min et des extraits du pdf à lire. Quant aux qcm…
    En voilà du Business model!!! Alors, la fin des Mooc 1.0 en 2018?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *