Classifier les MOOC pour donner du sens aux statistiques

DiplomaAujourd’hui, j’aimerais vous proposer un extrait d’une contribution à un débat portant sur les vidéos de MOOC , et qui a été animé par Daniel Peraya au fil des derniers numéros de la revue Distances et Médiations des Savoirs. Le message est assez simple, si l’on veut savoir de quoi l’on parle quand l’on fait des statistiques, il faut déterminer en premier lieu à quoi s’apparentent les MOOC. Analyser les vidéos semble une approche prometteuse à cet égard.

Les MOOC semblent s’adresser à un public varié, constitué d’adultes aux motivations tout aussi diverses, et rarement exclusivement à un public d’étudiants inscrits dans un cursus académique. Les entretiens que j’ai menés avec leurs concepteurs de MOOC suggèrent néanmoins que si des adaptations conséquentes ont été réalisées pour prendre en considération les caractéristiques supposées de ce public, ces dispositifs ont le plus souvent comme origine un cours académique délivré à des étudiants en formation initiale. Certes, les auteurs déclarent que le vocabulaire qu’ils mobilisent est simplifié, que des raccourcis sont faits. Mais qu’en est-il des adaptations effectives du contenu des formations académiques initiales ? Au-delà des intentions de leurs concepteurs, à quoi les MOOC s’apparentent-ils davantage au final ?

Tel cours d’astrophysique se fonde sur une conférence de vulgarisation visant le grand public, et correspond à ce que Bruillard (2017) nomme le MOOC « documentaire ARTE ». Tel autre cours de droit s’adressait initialement à un public d’adultes en formation continue, et suit une logique correspondante. Le dernier est un cours en présentiel filmé et tronçonné en capsules vidéos courtes. Les différences dans les logiques sous-jacentes sont bien trop importantes pour être négligées lors d’une réflexion sur les indicateurs de performance.

En effet, les statistiques d’inscription dithyrambiques annoncées à cor et à cris n’ont que peu de sens si l’on ne conçoit pas clairement à quoi s’apparentent les MOOC. À budget constant, mille personnes qui visionnent un documentaire, cela n’a pas la même signification que mille personnes qui terminent une formation pour adultes ou un cours universitaire. Le raisonnement est simple, il reste à théoriser. Il existe selon moi un enjeu certain à ce que la recherche aille au-delà de ces considérations issues du sens commun d’une part, et donne un ancrage empirique à la réflexion d’autre part. Et sur ce second point, l’on ne saurait se contenter indéfiniment d’entretiens avec des concepteurs.

L’analyse du contenu des vidéos et de leurs attributs constitue une étape nécessaire dès lors que l’on souhaite déterminer s’ils relèvent davantage du cours universitaire ou du documentaire, de la formation continue ou du blog vidéo. Car s’il est indéniable qu’une certaine standardisation de la durée des vidéos et de la formation s’est opérée, rien ne laisse penser que cela soit le cas des registres de langages utilisés, ou des divers éléments susceptibles de nous aider à réaliser ce travail de catégorisation.

Il est difficile de comparer les cours sans s’attacher à décrire les attributs de leurs vidéos. Bien évidemment, il ne s’agit pas de reproduire un travail purement descriptif. On ne saurait se satisfaire de savoir si la caméra cadre sur l’enseignant ou si la vidéo intègre de nombreuses images d’archives. Si de tels attributs peuvent être éventuellement analysés, le travail de catégorisation doit nécessairement se fonder sur des « typologies descriptives des vidéos pédagogiques basées sur leurs fonctions pédagogiques (information, feedback, contextualisation, ressources authentiques, etc.) ou certaines de leurs dimensions intrinsèques (longueur, style, etc.) » (Peraya, 2017).

Je ne présenterai que cet extrait pour aujourd’hui, mais sentez-vous libre d’aller approfondir l’article si vous le souhaitez. Ma contribution se nomme « Caractériser les vidéos de MOOC et leur place dans les dispositifs pour mieux interpréter les analyses de traces d’interaction ». Mais beaucoup d’autres collègues ont écrit des textes très intéressants sur ces sujets, et je vous invite à aller lire leurs contributions. Je vous en fournirai sans doute quelques autres extraits dans les semaines à venir.

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *