Un petit MOOC en famille …

DiplomaAujourd’hui, j’aimerais vous proposer un nouvel extrait de l’article publié il y a quelque semaines dans la revue Distances et Médiations des Savoirs sur les interactions entre participants de MOOC. Nous avions vu que le MOOC pouvait être suivi entre collègues, ou entre étudiants d’un même cursus. Il n’est de même pas rare que le cours soit suivi en famille ou avec des amis, une situation probablement peu courante dans le domaine de la formation à distance. Quelques mots sur la question …

Commençons par le cas de figure où le MOOC est suivi dans le cercle familial ou avec des personnes appartenant au cercle d’amis. Ce chef d’entreprise, dirigeant d’une agence de webmarketing, a pris l’habitude de visionner des MOOC avec sa femme, le soir, en lieu et place des séries télévisées qu’ils suivaient auparavant.

Là où ça m’a avantagé de le faire avec ma femme, c’est qu’on s’impliquait tous les deux. Du coup, le soir on finissait de travailler, on finissait de dîner et puis toc on se penchait dessus et on prenait du temps, et donc du coup, voilà, ça nous a permis de rentrer un petit programme en plus d’avoir des lectures à côté. (E1)

L’interaction se déroule en face à face, au sein du foyer familial, conduisant parfois au visionnage conjoint de vidéos, et souvent à échanger sur le contenu du cours. Dans une certaine mesure, cette évolution des pratiques est à analyser au prisme de la sociologie des loisirs. On peut émettre l’hypothèse selon laquelle la disponibilité croissante de cours en ligne de qualité, et leur visibilité médiatique, sont de nature à inciter à modifier les pratiques de loisir, en particulier au sein des couples.

Ces interactions au sein du foyer familial peuvent impliquer davantage de collaboration, notamment lorsqu’il y a entre les membres du couple une division des tâches prescrites par l’équipe pédagogique. Cette assistante sociale de 46 ans explique par exemple qu’elle répartit le travail entre elle et son conjoint. Elle se spécialise sur le suivi des vidéos, et lui sur la réalisation des activités requérant une certaine technicité :

Euh, en fait, j’avais euh mon conjoint qui le faisait aussi [Le MOOC], donc on s’entraidait tous les deux. […] Il faisait tout, mais il y a des fois où il était plus calé techniquement, et du coup il pouvait m’aider. Moi j’étais vraiment hyper branchée sur les vidéos, je prenais des notes et tout, et après je lui donnais mes notes, comme ça il pouvait travailler dessus quand il avait pas le temps de regarder les vidéos. (E2)

L’objet de l’interaction au sein du cercle familial peut donc s’étendre de simples échanges sur le cours, au visionnage conjoint de vidéos, jusqu’à une collaboration autour d’activités censées être individuelles. En effet, les activités du MOOC évoqué dans cet extrait, consacré à l’usage du numérique dans la formation d’adultes, n’avaient pas été pensées à la base pour être réalisées de manière collective.

Le deuxième cas de figure correspond à une interaction entre personnes du même cercle d’amis. Cette salariée de cinquante ans précise qu’elle a pris l’habitude de suivre des MOOC avec une ancienne collègue. Elles collaborent parfois aux activités évaluées proposées dans le cours, sans néanmoins le faire de manière simultanée. Elles réalisent ensemble activités individuelles et collectives.

Tous les MOOC que j’ai terminés en fait, je les ai faits en tandem avec quelqu’un, et c’est vrai que les seuls MOOC que j’ai faits toute seule, je les ai pas finis. Donc, j’ai effectivement une ancienne collègue qui travaille avec moi, qui habite pas du tout à côté de chez moi. On s’échange nos devoirs, quand il y a des projets à faire on les fait ensemble, quand il y a des quiz à faire on les fait ensemble par téléphone. C’est vrai que c’est un des éléments de motivation importants pour moi de pas faire ces MOOC seule. (E3)

L’interaction se fait, dans ce cas de figure, essentiellement à distance, par téléphone, qui correspond au troisième mode d’interaction que nous avons identifié, et que nous regrouperons sous le terme générique d’outils d’interaction synchrone. Il est intéressant de noter au passage que l’enquêté établit un lien direct entre l’existence de ces interactions et la persistance au sein de la formation.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui … je vous ferai sûrement dans les semaines qui viennent un dernier billet relatif aux interactions entre participants, centré quant à lui sur la question des interactions entre participants qui se sont rencontrés au sein du cours. A la revoyure …

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *