Soutien scolaire privé : du stade artisanal au stade industriel selon Luc Chatel

Un échange lors de la séance de questions cribles thématiques sur « l’éducation et l’ascension sociale », au Sénat du 30 Mars nous donne l’occasion de revenir sur l’action de sociétés spécialisées dans le soutien scolaire au premier rang desquelles se  range Acadomia.

Jean-Luc Fichet, Sénateur socialiste du Finistère – Les carences de plus en plus criantes de l’enseignement public laïc nourrissent le développement du soutien scolaire privé et avec lui la ségrégation géographique et sociale. Il y a les parents qui peuvent l’offrir à leurs enfants et ceux dont les ressources permettent au mieux de vivre. On sait que les élèves qui reçoivent des cours payants accèdent plus facilement aux classes préparatoires, où 55 % des élèves sont des enfants de cadres et de professions libérales, et seulement 16 % des enfants d’ouvriers, d’inactifs ou d’employés.

Un crédit d’impôt a été instauré en 2007 pour les familles non imposables, une sorte de parallèle avec les 50 % de la rémunération brute d’un salarié à domicile qui peuvent être déduits de leurs impôts par les familles imposables. Le marché du soutien scolaire pouvant être estimé à 800 millions d’euros, cette dernière disposition en coûte donc 400 à l’État. Avec cette somme, on pourrait financer les postes d’enseignants qui font défaut dans l’enseignement public. Cette situation est injuste, inégalitaire et contraire aux fondements de notre République. Quelles mesures comptez-vous prendre pour permettre un juste accès de tous à un enseignement public de qualité, et mettre fin à l’abonnement des milieux ouvriers à l’échec scolaire ?

M. Luc Chatel, ministre.  – Vous avez cité des chiffres que j’ai moi-même évoqués dans un entretien récent. Si le soutien scolaire a toujours existé, je reconnais qu’il est passé en quelque sorte du stade artisanal au stade industriel. La meilleure réponse, c’est le soutien scolaire public, c’est l’école devenant son propre recours. Une aide personnalisée de deux heures par semaine, assurée par de vrais professeurs, a été instaurée dans le primaire ; de même qu’un accompagnement éducatif au collège pour les élèves qui y restent entre 16 heures et 18 heures. Un accompagnement personnalisé de deux heures par semaine sera mis en place dans les lycées à la rentrée prochaine, sur le temps scolaire, pour préparer les meilleurs à aller plus loin et aider les moins bons à rattraper leur retard. Vous le voyez, le système éducatif public apporte une réponse interne à cette question.

Nous pourrions nous féliciter d’une réponse ministérielle affirmant la primauté de la réponse apportée en interne par le servicé éducatif public, mais il manque deux éléments dans cette réponse

  1. Pourquoi alors que le Ministre de l’Education affirme avec force la primauté du soutien scoliare public et met en exergue les moyens accordés, le soutien privé est-il passé, dans le même temps, du stade artisanal au stade industriel ?
  2. Pourquoi alors que selon le Minstre de l’Education le système éducatif public apporte une réponse satisfaisante est-il maintenu un onéreux système de déduction d’impôt, faisant supporter au contribuable deux fois le coût du service ?

Une réponse pour bientôt ?

Le compte rendu de la sance sur http://www.senat.fr/cra/s20100330/s20100330_3.html#par_172

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , ,

2 Responses to “Soutien scolaire privé : du stade artisanal au stade industriel selon Luc Chatel”

  1. aide aux devoirs bordeaux Says:

    Effectivement, je propose de l’aide aux devoirs sur Bordeaux et sa région, et j’ai de plus en plus de demandes de services. Je m’occupe surtout d’élèves en situation d’échec scolaire. Je pense que c’est du en partie à l’augmentation du nombre d’élèves en classe, difficile de gérer tous les élèves pour un prof.

  2. Michel Abhervé Says:

    A Aide auxdevoirsbordeaux
    Tous les chiffres montrent qu’il n’y a pas l’augmentation du nombre d’élèves en classe que vous mentionnez

Leave a Reply