« Salauds de pauvres »

De retour aux bonnes vieilles recettes qui ont fait preuve de leur efficacité le Président de la République tente de tirer les leçons des élections régionales en annonçant le retrait des allocations familliales aux familles dont les enfants ont des défaillances en matière de fréquentation scolaire. 

Xavier Bertrand, Secrétaire général de l’UMP, en zélé metteur en scène de la pensée présidentielle prend la peine de préciser, lors du Grand Jury RTL LCI Le Figaro : « Si on supprime les allocations familiales en contrepartie d’absentéisme, il ne faut pas que le RSA vienne, compte tenu du mécanisme, compenser cette suppression d’allocations familiales. »

Cette phrase aurait, à elle seule, suffi à montrer à Martin Hirsch qu’il n’avait plus rien à faire dans ce gouvernement qui entend s’attaquer à la conception même du RSA. Il a certainement senti la tendance et ainsi pu anticiper un départ inéluctable.

Peu importe que cette mesure, appliquée avec détermination en Angleterre, n’ait pas entrainé une réduction de l’absentéisme et que celui-ci continue à croire dans ce pays

Peu importe que la conséquence inéluctable de ce type de mesure soit une demande accrue des familles auprès de l’aide sociale, et donc des budgets des communes et des départements. Ce ne doit d’ailleurs pas être un hasard si aucun Président de Conseil Général (ils sont quand mêmes à 40% à être UMP !) n’a utilisé ce pouvoir que le loi leur a donné, car ils savent tous quel budget sera mis à contribution

Peu importe que cette annonce ne puisse être suivie d’aucun effet tangible avant le vote d’une loi donnant ce pouvoir aux Préfets, alors que l’engorgement du calendrier législatif reporte celui-ci à une date inconnue

Peu importe, car ce qui compte, c’est moins la mesure elle même que l’impact escompté de son annonce pour remobiliser une électorat devenu abstentionniste ou (re) parti sous l’égide lepéniste.

Triste France

Be Sociable, Share!

Tags: , , , ,

Leave a Reply