Un portail inutilisable, une dépense inutile

Le Secrétaire d’Etat à l’Emploi, Laurent Wauquiez, a lancé le « Portail de l’Alternance ». Pas de surprise, chacun sait que lancer un portail est une des concrétisations obligatoires de toute politique, quelque soit le domaine.

 

Le discours est connu : mutualiser les informations, faciliter l’accès…Il s’accompagne dans ce cas d’une volonté de faire jeune, en affirmant vouloir faire le « Meetic de l’alternance » . Reste à savoir si les fonctionnalités du portail permettent d’atteindre ces objectifs

 

L’article de Pierre Dubois « Laurent le Meetic » avait attiré mon attention sur les limites de ce portail http://histoireuniversites.blog.lemonde.fr/2010/05/21/laurent-le-meetic/

 

Pour en savoir plus, il faut le tester, ce que j’ai fait. Cela me permet de conclure, que dans son état actuel, ce portail est inutile et que sa mise en place a été une dépense publique sans valeur ajoutée pour l’utilisateur : les exemples que je vais rapporter vont le démontrer

 

Vous cherchez un contrat : il faut obligatoirement renseigner quatre onglets

 

Trois sont simples et fonctionnels

  • Où : il  est possible de mettre  la région, le département (une possibilité d’accès par le numéro aurait été souhaitable) ou même la ville
  • Niveau : les cinq niveaux sont proposés et il est même possible de mettre tous niveaux
  • Type de contrat : sont proposés apprentissage ou professionnalisation, et il est possible de mettre les deux

 C’est pour le quatrième que cela se complique : il est demandé d’inscrire un métier, mais il n’y a pas de menu déroulant : les trois métiers suggérés sont « vendeur, boulanger, bâtiment », ce qui mélange métiers et secteur, et donne de l’apprentissage une image plutôt ancienne, et en tous cas très différente de celle qui veut être donnée : tous les métiers, tous les secteurs

 

D’ailleurs, quand on fait  « ingénieur, Ile de France, Niveau I, tous contrats », aucune offre n’est proposée. Ce portail montre que dans la plus importante région française aucune proposition ne permet de devenir ingénieur par la voie de l’apprentissage, ce qui contrarie la communication faite sur cette possibilité.

 

Et quand vous faites  « webmaster » en Ile de France, on vous envoie vers un master de management des produits qualité et il est mentionné « à cause d’une incompatibilité avec votre navigateur web » : le moteur de recherche a associé  deux mots et ne vous dit pas si il est possible de devenir « webmaster » en apprentissage

 

Il faut donc en revenir au classique, et là le résultat est affligeant : quand on fait « boulanger, Seine et Marne, niveau V, tous contrats », une seule offre est accessible : elle vient de Pôle emploi et vous propose un contrat à Caen, ce qui n’est pas la porte à côté !

Pour plombier en Ile de France, trois réponses venant de Pôle Emploi : une en Loire Atlantique, une en Vendée, une dernière dans l’Oise. A l’évidence le portail a déréglé le paramétrage géographique, très facilement accessible sur le site de Pôle emploi

 

Quant on fait « animateur, Ile de France,  tous niveaux, tous contrats », il y a  un nombre significatif de réponses : 23 offres sont proposées venant toutes de Pôle Emploi.On se prend à espérer.  Mais c’est quand on les examine dans le détail que ça se dégrade :

 

  • Certaines ne sont ni dans le lieu demandé, ni dans le métier, comme un assistant manager dans l’agro alimentaire dans le Morbihan, ou un cuisinier et deux serveurs à Chalons en Champagne)
  • D’autres sont bien en Seine et Marne, mais concernent d’autres métiers, dans l’Hôtellerie restauration : deux chefs de rang, quatre cuisiniers, deux sommeliers, trois commis de cuisine, un commis de restaurant, un barman, un réceptionniste en hôtellerie, un assistant manager en restauration ou le tourisme : deux  chargés de point de vente, un guide-accompagnateur

Une seule réponse sur les 23 proposées correspond à la demande !

Mais il ya pire : quand vous faites « boulanger, Corse, tous niveaux, tous contrats », vous avez  37 offres 

 

Le site du MEDEF propose sept poissonniers tous dans le Nord Pas de Calais, et un employé de salaison dans l’Ardèche (avec une annonce mise en ligne le 2 novembre 2009 !): quand on veut être boulanger en Corse, on apprécie l’adéquation de la réponse

 

Le lien avec Pôle emploi vous propose pour sa part des postes d’apprenti en boulangerie : 1 dans le Finistère, 2 en  Isère, 1 en Seine et Marne, 2  dans le Pas de Calais, 2 dans les Vosges, 1 en  Haute Saône et  13 en  Gironde (dont 3 en double). La CCI de l’Ain  propose deux fois le même poste, et la CCI de Béthune fait deux propositions. Tout cela nous éloigne bien de la Corse

 

La seule réponse concernant la Corse ne propose pas de postes mais indique les formations du CFA de la Chambre des métiers Corse du sud

 

Vu les résulats obtenus, il n’a pas emblé utile d’aller plus loin dans la recherche.

 

Ce portail  annonce 21180 contrats en ligne, alors que le site de Pôle emploi en comporte 14 011 au même moment : il semble qu’elles aient été reprises, avec une recherche moins facile, et des classements étonnants. Certaines ont même été reprises plusieurs fois, ce qui rend les décomptes du nombre d’offres du portail suspect.

 

Toutefois, il semble y avoir des oublis : un poste de coiffeur en Guyane ou à la Réunion se trouve dans le site Pôle emploi, mais pas dans le portail : celui-ci aurait-il oublié l’outre mer ?

 

D’où viennent les 7169 autres offres annoncées ? Des doublons pour partie. Mais pour le reste, difficile à dire, et il faut se contenter d’indices

 

Celles qui viennent du MEDEF sont souvent anciennes et restent en ligne bien après la date annoncée pour leur expiration : un poste de conseiller clientèle bourse en Rhone Alpes annoncé comme expirant le 31/01/2010 est toujours accessible, des professionnels du marketing et de la communication en Poitou Charentes dont l’annonce mise en ligne le 6 / 10/ 2009 expire le 6/12/2009. Certes le chiffre annoncé augmente, mais si c’est grâce à des offres périmées cela a plus d’inconvénients que d’avantages.

 

Avant de faire un portail, il est indispensable de mettre en cohérence les logiques  et les pratiques de chacun de participants, car la crédibilité du portail dépend de celle de chacun des participants : le MEDEF laissant en ligne des annonces périmées, il affaiblit la crédibilité de toutes les annonces du portail.

 

Il est aussi nécessaire de veiller à la cohérence des informations données : annoncé comme un portail des postes à pourvoir, ce portail renvoie aussi vers des sites qui présentent non les postes, mais les formations dispensées : autant dire que personne ne peut s’y retrouver, et qu’on aditionne des choux et des carottes.

 

Uns suggestion : le site de Pôle emploi existe, et comporte une rubrique contrats en alternance : elle est facile d’accès, fonctionnelle, actualisée, et a des capacités de développement. Si tous ceux qui « bricolent » en ne mettant quelques annonces sur un site, sans avoir les moyens de l’actualiser, mettaient leurs annonces de postes à pourvoir sur ce site, la fiabilité serait accrue,  l’impact serait amélioré, pour un coût supplémentaire nul. Mais le Secrétaire d’Etat ne pourrait pas se glorifier d’avoir fait un portail , et la presse n’aurait pas de quoi faire des articles qui se nourissent plus facilement de l’annonce des nouveautés que du bon fonctionnement de services fiables.!

 

Un rappel pour conclure : aucun site, aucun portail aussi performant qu’il puisse devenir (et dans ce cas, il y a une marge considérable!) ne remplacera le travail sur le terrain, au quatidien, de mise en relation entre l’offre et la demande qui se fait par les CFA, et leurs responsables lesquels mettent en œuvre des réseaux avec les professionnels dont l’efficacité tient pour l’essentiel à la qualité relationnelle entre les personnes. Mais cela non plus ne permet pas la médiatisation qui gouverne la conduite des politiques publiques

 

Le portail http://www.contrats-alternance.gouv.fr/index.html

Le site de Pôle emploi

http://www2.pole-emploi.fr/espacecandidat/nicola/AfficherContratsAlternance.do;jsessionid=MQvdDlWGjCbyVVszRjWS3YpQY004s9y2JrLfnDrZ32kzcvkpGCqQ!-388028946

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , ,

4 Responses to “Un portail inutilisable, une dépense inutile”

  1. Dubois Says:

    tu as poursuivi le test encore plus loin que moi et tu as découvert l’arnaque de ce portail. Il reste à savoir le coût de ce gaspillage d’argent public. Un ancien président d’université est révoqué à vie de la fonction publique. Ne faudrait-il pas révoquer à vie un Secrétaire d’Etat qui gaspille totalement inutilement l’argent public, qui arnaque les jeunes ? Je pense que « oui ».

  2. mabherve Says:

    En poursuivant mes recherches, je suis allé sur le site de la CGPME, un de ceux qui figure dans le portail : il y a une entrée « offres » sur laquelle figurent en tout et pour tout six offres, dont une seule récente, pour le métier de « nqfeioneo »
    http://www.laformationpro.com/partager/offres-de-recrutement/detail-dune-offre/offre/36/
    C’est sur qu’intégrer un tel site dans un portail va contribuer à accroitre son efficacité ! Il semble que la seule chose qui compte pour la CGPME c’est de pouvoir dire qu’elle participe au portail du Secrétaire d’Etat et pour celui-ci que la CGPME participe !

  3. Alain Augé Says:

    Bravo messieurs,
    J’ai aussi fait l’expérience de ce « machin » (portail?)absolument inutile.Laurent Wauquiez m’a presque convaincu via son rapport dans lequel nos remarques figuraient. Il faut maintenant qu’il agisse pour en tenir compte.Quant à la CGPME, elle a dépensé inutilement son argent (le nôtre!)pour payer des acteurs professionnels jouant un happening sur le contrat de professionnalisation. Totalement inutile lorsque l’on sait que ce contrat coûte à l’entreprise deux fois plus cher que le contrat d’apprentissage! Ce dernier est en baisse du fait que les CFA de branches ne répondent pas aux besoins des entreprises qui les font vivre.

  4. jojo Says:

    Merci pour l’info, on évitera de s’y rendre

Leave a Reply