Dans l’attente des décrets, l’alternance s’inquiète

Nous sommes le 19 Juin et les décrets permettant de  prolonger au delà du 30 Juin 2010 l’attribution des primes attribués par l’Etat en 2009 pour soutenir la signature de contrats d’apprentissage et de professionalisation ne sont toujours pas parus.

Pourtant annoncée, y compris par le Président de la République, cette prolongation n’est pas, à ce jour effective, alors que les textes étaient en 2009 parus le 15 Juin.

ALors que les derniers chiffres parus sont inquétants (voir Un tiers d’apprentis en moins en Avril 2010, sur http://blog.educpros.fr/michelabherve/2010/05/27/un-tiers-dapprentis-en-moins-en-avril-2010/#more-277), on aurait pu s’attendre, alors qua l’alternance est considéré comme une priorité dans la politique gouvernementale, ne s’ouvre pas cette période d’incertitude, dans l’attente de la parution du décret attendu.

Sans espérer que mon espoir d’un dispositif plus ambitieux pour faire face à une situation qui se dégrade, exprimée  en ces termes adressés dans ce blog au Secrétaire d’Etat, il y a presque un mois, se concrétise,    «  il doit d’abord agir, vite, très vite, pour que les chiffres de contrats signés pour la prochaine rentrée se redressent : il ne suffira certainement pas de reconduire le dispositif mis en place l’an dernier pour y arriver. Car la poursuite du mouvement à la baisse en cours rendrait fort peu crédible tout travail, même concerté, même imaginatif, pour l’avenir. Des mesures fortes sont à mettre en place d’urgence et c’est sur ce premier point que le Secrétaire d’Etat est attendu, dans un contexte budgétaire qui, à l’évidence, ne lui facilite pas la tâche » (voir http://blog.educpros.fr/michelabherve/2010/05/22/reactions-a-linterview-de-laurent-wauquiez-sur-lapprentissage/#comments) ,  il est au moins possible d’escompter que les modalités mises en place pour la rentrée 2010 2011 ne traduiront pas une dégradation par rapport à celles de l’année précédente qui avait vu le nombre de contrats en alternance reculer de 40 000.

Le retard à la publication du décret ne peut qu’attiser les craintes que dans l’obscurité des dédales de Bercy, un coût de rabot, l’instrument à la mode en cette période, n’ait atteint ces primes ,pourtant indispensables pour soutenir une formule plébicitée dans les discours et menacée sur le terrain. Espérons qu’il ne s’agise que d’un retard !

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

Leave a Reply