La Main à la Pâte

Le décès de Georges Charpak est l’occasion de rendre hommage à un aspect moins connu de son action que le travail scientifique qui fut récompensé par le Prix Nobel de physique en 1992.

Avec ses amis  Pierre Léna, Yves Quéré et l’Académie des Sciences, il lança, à partir d’expéreinces conduites à Chicago,  en 1996, « La Main à la Pâte » dans le but de rénover l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école primaire en favorisant un enseignement fondé sur une démarche d’investigation scientifique.

Cette association , installée dans les locaux de l’Ecole Normale Supérieure de Montrouge, se caractérise par 10 Principes, prenant en compte tant la démarche pédagogique que la partenariat, qu’il nous semble intéressant de reproduire

La démarche pédagogique

  1. Les enfants observent un objet ou un phénomène du monde réel, proche et sensible, et expérimentent sur lui.
  2. Au cours de leurs investigations, les enfants argumentent et raisonnent, mettent en commun et discutent leurs idées et leurs résultats, construisent leurs connaissances, une activité purement manuelle ne suffisant pas.
  3. Les activités proposées aux élèves par le maître sont organisées en séquence en vue d’une progression des apprentissages. Elles relèvent des programmes et laissent une large part à l’autonomie des élèves.
  4. Un volume minimum de deux heures par semaine est consacré à un même thème pendant plusieurs semaines. Une continuité des activités et des méthodes pédagogiques est assurée sur l’ensemble de la scolarité.
  5. Les enfants tiennent chacun un cahier d’expériences avec leurs mots à eux.
  6. L’objectif majeur est une appropriation progressive, par les élèves, de concepts scientifiques et de techniques opératoires, accompagnée d’une consolidation de l’expression écrite et orale.

Le partenariat

  1. Les familles et/ou le quartier sont sollicités pour le travail réalisé en classe.
  2. Localement, des partenaires scientifiques (universités, grandes écoles) accompagnent le travail de la classe en mettant leurs compétences à disposition.
  3. Localement, les IUFM mettent leur expérience pédagogique et didactique au service de l’enseignant.
  4. L’enseignant peut obtenir, auprès du site Internet, des modules à mettre en œuvre, des idées d’activités, des réponses à ses questions. Il peut aussi participer à un travail coopératif en dialoguant avec des collègues, des formateurs et des scientifiques.

Des centres pilotes, des projets thématiques rendent chaque année ce principe vivant. Des documents pédagogiques, des supports à des activites conduites dans les classes sont disponibles.

Quel plus bel hommage à rendre à Georges Charpak que de contribuer à faire vivre cette association qu’il vait contribué à créer

Leur site sur http://www.lamap.fr/

Be Sociable, Share!

Tags: ,

Leave a Reply