Première expression de Nadine Morano sur l’apprentissage : tous les poncifs et quelques pistes

Nadine Morano a donné au Figaro sa première interview où s’esquissent ses axes de travail. Elle n’échappe à aucun des poncifs auxquels succombent tous ceux qui découvrent le dossier complexe de l’apprentissage : le rituel voyage en Allemagne présenté comme le modèle, l’abaissement de l’âge à 15 ans, déjà essayé sans succès, et donnant l’impression que l’apprentissage est la voie pour ceux qui échouent dans le système scolaire, soit exactement l’image contraire de ce qu’il faut mettre en avant, la promesse d’une grande campagne de communication (pour quelle cible ; les entreprises, les jeunes, ou pour tente de montrer à l’opinion que le Gouvernement agit ?)

Mais elle affirme aussi des propositions qui, si elles ne restent pas des voeux pieux, permettront de faire avancer ce dossier. Reconnaissant le rôle de partenaires sociaux et des régions, Nadine Morano affirme la volonté que les uns avancent vite (mais si le dossier n’a guère avancé, cela est essentiellement en raison de la très grande inertie de Laurent Wauquiez qui s’est contenté de discourir) et son souhait de conclure avec les autres des Contrats d’Objectifs et de Moyens Pourquoi pas, si les leçons des précédents sont tirées de façon concertée, et si ces cCOM ne sont pas l’outil de la recentralisation des compétences des Conseils Régionaux.

La progression repose aujourd’hui, avant tout, sur la capacité à lever le réel point de blocage, le nombre de contrats que les entreprises sont prêtes à signer : en effet, on manque plus d’entreprises employeuses que de jeunes. Les aides du plan de relance vont s’arréter dans quelques jours, et les seules réflexions de Nadine Morano portent sur une augmentation modulée de la taxe d’apprentissage, ce qui n’est pas vraiment en phase avec une politique gouvernementale qui veut baisser les charges des entreprises, et l’instauration d’un lien entre l’embauche d’apprentis et les procédures d’aides publiques, via Oséo et le Fonds Stratégique d’Investissement, qui risquent simplement d’ajouter un étage à une usine à gaz.

Espérons que ces premières réflexions évolueront au fur et à mesure que la Ministre prendra réellement la mesure du dossier dont elle a la charge, et pour lequel le seul volontarisme, sans la maîtrise de la complexité, peut être plus démobilsateur qu’efficace

L’interview http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/12/07/04016-20101207ARTFIG00698-morano-changer-le-regard-sur-l-apprentissage.php

Be Sociable, Share!

Tags: , , , ,

2 Responses to “Première expression de Nadine Morano sur l’apprentissage : tous les poncifs et quelques pistes”

  1. PETITJEAN Says:

    Artisan depuis 40 ans, je peux dire qu’il existe des solutions pour l’apprentissage.
    Si vous êtes intéressé merci de me le confirmer sur mon adresse.
    Cordiales salutations

  2. Michel Abhervé » Blog Archive » Apprentissage : le regard européen confirme que le développement ne peut se faire que hors des secteurs traditionnels Says:

    […] Quant on parle d’apprentissage nombreux sont les français qui estiment que le modèle est allemand et que dans notre pays nous devrions appliquer le modèle allemand. Nadine Morano avait illustré à merveille cette conception en se rendant en pélerinage en Allemagne dès sa nomination comme Ministre en charge de l’apprentissage (voir Première expression de Nadine Morano sur l’apprentissage : tous les poncifs et quelques pistes) […]

Leave a Reply