L’obligation de participer à la vie associative en Hongrie et en France

Il semble être une tentation dans beaucoup de pays de mettre dans les programmes scolaires une découverte, plus ou moins obligatoire, de la vie associative.

En Hongrie, comme nous en informe, Hulala, lettre d’information en Français sur ce pays qui exerce ce semestre la présidence du Conseil de l’Union Européenne, Rozsa Hoffman, ministre de l’Education, qualifiée de « Christine Boutin du gouvernement Hongrois » a émis la proposition d’un programme de travaux d’intérêts généraux « bénévoles » à partir de 2014 pour l’enseignement secondaire. Les lycéens seraient obligés d’effectuer 50 à 60 heures de travail dit « bénévole », pour pouvoir se présenter aux épreuves du Baccalauréat.

En France, c’est Cécile Dumoulin, députée UMP des Yvelines (devenue députée quand Pierre Bédier a vu sa mission parlementaire prolongée, juste avant d’être déclaré inéligible, dans le cadre de la « République exemplaire » !), qui vient de déposer une proposition de loi visant à créer un stage obligatoire, en fin de classe de seconde, de sensibilisation des élèves aux valeurs du milieu associatif ou humanitaire.

Bonne idée. Il est même précisé que ce stage obligatoire aura lieu pour tout le monde la dernière semaine de Juin et que la participation sera « sanctionnés par une attestation à faire valoir pour l’inscription en classe de première », et que cela apparaît comme « un excellent moyen de favoriser le milieu associatif et de permettre aux jeunes de mettre en pratique leur engagement pour des causes d’intérêt général ».

Et comme tout doit être organisé, il est même précisé pourquoi la dernière semaine de juin est choisie pour ce stage obligatoire « il apparaît qu’en raison de l’organisation de l’année scolaire, la dernière semaine de l’année de seconde est souvent entravée par l’organisation, dans les établissements, des examens de fin d’année ».

Quand l’Education Nationale n’arrive pas à organiser la classe, on voudrait obliger les lycées à s’impliquer dans la vie associative, et la vie associative de se mobilser partout cette semaine pour accueillir ces élèves sans enseignants. De qui se moque-t-on ?

L’article de Hulala

La proposition de loi

Be Sociable, Share!

Tags: , ,

3 Responses to “L’obligation de participer à la vie associative en Hongrie et en France”

  1. Norbert Cachalot Says:

    En Hongrie, il y a 25 ans, les lycéens devaient faire des travaux des champs : ramasser des patates, pour être clair. Ma femme en a ramassé de tels volumes, à l’insu de son plein gré, qu’elle en a encore mal au dos…..Le « savoir-être », c’est pas idiot… mais ça peut facilement le devenir.

  2. Pourquoi méprise-t-on l’université en France ? Les questions de Pierre Dubois | Etudes supérieures - Grandes Ecoles Says:

    […] bourses de docteurs ingénieurs (BDI) tombent en pécressitude !, sur le blog d’Henri Audier.L’obligation de participer à la vie associative en Hongrie et en France, sur le blog de Michel Abhervé.Professionnalisation — encore! Aujourd’hui : la licence, sur le […]

  3. Merna Corsetti Says:

    Je trouve cet article super et je me demande si cela est toujours en cours!

Leave a Reply