Apprentissage : ignorance ou manipulation de la part de la ministre ?

Dire n’importe quoi quand on est ministre et qu’on répond aux questions d’un parlementaire n’est pas la meilleure façon de faire avancer le sujet dont on a la charge. De ce point de vue la réponse de Nadine Morano, ministre en charge de l’apprentissage à une question de François Patriat, sénateur PS de Côte d’Or en est une bonne illustration.

M. François Patriat . – Madame la ministre, évoquant ici récemment l’apprentissage, vous avez mis en cause les régions. L’apprentissage est une voie de formation des jeunes, mais ce n’est pas la seule ni la solution miracle. Le soir même où le président de la République annonce sa volonté de créer un million de places en apprentissage, le Gouvernement annonce la suppression des aides aux entreprises qui emploient des apprentis, réduit les filières de formation professionnelle, supprime les contrats aidés d’insertion…

L’apprentissage ne se décrète pas : il dépend des entreprises, qui ne peuvent plus prendre d’apprentis avec le baccalauréat pro en trois ans et n’ont pas de visibilité ; des jeunes, alors que le statut d’apprenti n’est pas revalorisé ; enfin du nombre de places dans les CFA, qui manquent de moyens.

Les régions se sont fortement engagées. Etes-vous prêts à discuter avec elles d’une approche plus intelligible de l’apprentissage ? De contrats d’objectifs davantage fondés sur le qualitatif ? D’un soutien aux filières professionnelles dans les lycées ? Allez-vous réformer la taxe d’apprentissage pour l’attribuer aux régions ? (Applaudissements à gauche)

Mme Nadine Morano, ministre auprès du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle . – Le président de la République a annoncé un million d’alternants. On commande des sondages vains sur l’élection présidentielle, mais ne l’est pas celui qui fait apparaître que 66 % des Français jugent l’alternance efficace pour accéder à l’emploi ; et 53 % d’entre eux conseillent à leurs enfants une formation en alternance. Il y a une prise de conscience. (Applaudissements à droite)

M. François Patriat. – Pourquoi supprimer les aides ? (Marques d’approbation à gauche)

Mme Nadine Morano, ministre. – L’emploi des jeunes est un objectif national partagé. Pour développer les formations en alternance, le président de la République a annoncé 500 millions du Grand emprunt pour les CFA, 50 projets, 15 000 places nouvelles en hébergement pour les apprentis.

Sur les contrats d’objectifs et de moyens, la Bourgogne est bon élève, à parité avec l’État. Celui-ci va engager 1,7 milliard dans les quatre ans qui viennent. Nous attendons des régions qu’elles participent : aujourd’hui, elles engagent vingt centimes quant l’État verse un euro. Les jeunes ont besoin qu’on les aide. »

Où la Ministre a-t-elle trouvé ce chiffre ? Les chiffres les plus récents sur le financement de l’apprentissage ont éte publiés par le Conseil National de la Formation Professionnelle Tout au Long de la vie et analysent la réapartition de la dépense totale en matière d’apprentissage.

« En 2008, 7 milliards d’euros sont consacrés au financement de l’apprentissage dont 3 milliards soit 43% proviennent des entreprises (entreprises assujetties et employeurs), 1,8 milliard (26%) des Régions, 1,6 milliard de l’Etat (24%). »

L’étude analyse aussi le financement des CFA, et montrent la part des Régions « Les contributeurs finaux au financement de l’offre de formation sont principalement les Régions (44%) et les entreprises (37%) ».

Les chiffres sont clairs : L’Etat contribue moins que les Régions au financement de l’apprentissage. Pourtant la ministre en charge du sujet affiirme qu’il finance cinq fois plus. Deux explications sont possibles : l’incompétence d’une ministre qui ne maîtrise pas les données de base des dossiers dont elle est responsable, ou la manipulation pour rendre les Régions responsables du fait que les objectifs annoncés ne seront pas atteints.

On ne peut pas exclure qu’il y ait à la fois ignorance et manipulation. En tous cas, avec de telles pratiques, on est sûr que la convergence nécessaire des efforts des uns et des autres va facilement se construire.

Le compte rendu du Sénat http://www.senat.fr/cra/s20110310/s20110310_4.html#par_180

L’étude http://www.cnfptlv.gouv.fr/IMG/pdf/Jalons_Financement_apprentissage_2008.pdf

Be Sociable, Share!

Tags: , , , ,

One Response to “Apprentissage : ignorance ou manipulation de la part de la ministre ?”

  1. sondages rémunérés Says:

    Bonjour votre article est amusants c’est tres clair; 1000 remerciements.

Leave a Reply