Service public de l’orientation : rien ne change

La loi du 24 Novembre 2009, prétendant réformer la formation professionnelle, prévoyait dans son article 4 que « peuvent être reconnus comme participant au service public de l’orientation tout au long de la vie les organismes qui proposent dans un lieu unique à toute personne un ensemble de services« 

Le rapport sur l’application de la loi, de deux parlementaires, Gérard Cherpion (UMP Vosges) et Jean-Patrick Gille (PS Indre et Loire) a bien mis en évidence les limites de la loi et les faiblesses de son application (voir Loi sur la Formation professionnelle : tout ça pour ça !)

Mais ce rapport n’avait pu analyser la mise en oeuvre du volet orientation, les décrets n’étant pas sortis; Ils vont paraitre sous peu , et sauf surprise de dernière minute, ce rapport pourra être complété par de nouveaux exemples montrant qu’il y a loin entre les intentions proclamées et la mise en oeuvre.

Selon les propos de Nadine Morano, en visite à Marseille, les décrets vont simplement affirmer qu’il faut que les différents intervenants travaillent mieux ensemble, et que le « lieu unique » que la loi avait institué ne sera pas un lieu, et donc pas unique, mais une simple coordination d’acteurs amenés à travailler davantage ensemble

Avouez que pour en arriver là, cela valait la peine de voter une loi ambitieuse, de créer une Délégation à l’Information et à l’Orientation, de nommer à cette fonction un universitaire de haut-vol, Jean-Robert Pitte, d’avoir inventé des Points Orientation Métiers avant de les abandonner (voir Les POM en panne ou en force ?), de se fâcher avec les Régions en leur refusant de co-labelliser les structures (voir Orientation : les Préfets incités à labelliser seuls), de s’être mis à dos les syndicats représentants les Conseillers d’Orientation, et j’en passe…

Nous en restons à ce que nous avions analysé ici même en Décembre (voir Orientation pour tous : confusion autour du “lieu unique” et retour du centralisme)

L’Etat devrait pourtant savoir que faire évoluer des dispositifs complexes et sensibles suppose, soit un partenariat, soit, si l’Etat veut piloter, qu’il y affecte des moyens. En ayant refusé le partenariat, et en n’ayant pas de moyens à consacrer à ce service public d’orientation, il n’est guère étonnant que l’on n’en arrive à une simple mise en réseau de structures existantes

On peut au moins espérer que les modalités de cette mise en réseau ne s’avéreront pas contre productives et ne compliqueront pas la tâche de ceux qui mènent ce travail, sans améliorer le service rendu au public. Il n’est malheureusment pas possible d’en être sur !

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

6 Responses to “Service public de l’orientation : rien ne change”

  1. Nadine Morano présente le service public d’orientation, les syndicats restent prudents Says:

    […] Dommage… On aurait aussi bien aimé lui demander de nous chanter une chanson de Renaud ! D’autres informations sur le blog Educpros.fr Toutes les informations sur la Cité des MétiersPublié dans Education, Politique, Vidéos | Tags […]

  2. Irnerius Says:

    Bien d’accord avec ton analyse. Le chef du Service académique d’information et d’orientation (CSAIO) du rectorat de Strasbourg se plaint de la non parution du décret http://blog.educpros.fr/pierredubois/2011/04/19/post-bac-les-jurys-dadmission/

    Il déplore par ailleurs qu’Admission post-bac se soit transformé en un vaste dispositif d’orientation, largement en aveugle, alors que ce « logiciel » n’était pas prévu pour cela. Et Pitte, le DIO fort silencieux. On m’a dit qu’il s’était fait créer une chaire ad hominem au CNAM.

  3. Virginie BUSSAT Says:

    L’orientation en lycée est dans un grave état : régression et invisibilité de l’accès à l’information, caractère aléatoire de la connaissance des métiers délivrée. Quelqu’un se joint à moi pour agir ? assoc, coopérative, entreprise ? Par quoi commence-t-on ??
    Virginie, Professeur associée

  4. Goudineau Joëlle Says:

    Je ne peux m’empêcher de réagir vivement à votre mail, en tant que conseillère d’orientation psychologue, très présente avec mes collègues au lycée, impulsant des actions d’information très visibles et visitant souvent les entreprises pour ne pas donner d’infos aléatoires, tout au moins beaucoup plus fiables que celles données par d’autres personnels de l’éducation nationale.

  5. fischer Says:

    Ma collègue réagit vivement, et elle a raison: chacun doit défendre son petit arpent de bonheur.
    Mais soyons honnêtes: les Conseillers d’Orientation sont depuis toujours pris en sandwich entre les exigences rectorales, qui les poussent à devenir de simples rouages de l’affectation ( donc de remplir coûte que coûte des sections pas toujours très alléchantes), et leurs rêveries psychologisantes encouragées par des revendications syndicales très corporatistes, et largement irréalistes.
    Ce grand écart est mal vécu, comment s’en étonner.
    Ce métier devrait être repensé entièrement, refondu, quasiment recréé… vaste chantier.
    Je l’ai pratiqué pendant une 40aine d’années, je le connais assez bien.

  6. mabherve Says:

    Je crois que la remarque fondée sur l’expérience de Fischer répond bien à la réaction de Joëlle Goudineau
    sur le fond, cen’est pas la réformette d’habillage en cours qui va changer de façon significative la question de l’orientation dans notre pays

Leave a Reply