Alternance : une campagne de communication à contre temps

Le Gouvernement vient de lancer une campagne de communication, à destination des jeunes et des familles pour les inciter à suivre des formations en alternance

Cela serait fort bien si le principal obstacle au développement de l’alternance résidait dans la trop faible appétence des jeunes pour suivre des formations en alternance. Mais ce ne n’est pas aujourd’hui le principal obstacle, même s’il peut jouer, de façon relativement marginale, dans certaines filières.

Nul ne peut contester que le principal obstacle réside dans le contexte de ces dernières années dans le nombre insufisant de postes proposés par des employeurs : les effets de la crise ont entrainé une contraction des propositions de postes, et il est loin d’être assuré que les prochains mois vont voir les entreprises développer des postes de façon réellement significative, car elles hésitent encore à s’engager dans la durée

Certes, des branches porfessionnelles signent des contrats d’objectifs, où elles s’engagent à développer l’alternance. Mais ces contrats sont loin d’être toujours suivis des effets attendus, comme nous l’a montré le contrat signé par les professionnels de l’hôtellerie restauration, en contrepartie de la baisse de la TVA : voir 100 000 Euros par an l’emploi aidé créé : bravo aux patrons de la restauration)

Nous connaissons tous des jeunes qui galèrent pour tenter de trouver un employeur, parfois laissés totalement à aux même sans autre outil que l’annuaire ou Internet, et sans autre consigne que « Débrouillez vous, Prouvez que vous êtes motivés » par des organismes de formation peu scrupuleux, ayant parfois fait payer des frais d’inscription d’un montant non symbolique, et prêts, « pour rendre service » à prendre en tant que stagiaires payants eux-même leur formation ceux qui, par insuffisance, ne trouveraient pas d’entreprises.

Dans le débat à l’Assemblée Nationale sur « la formation et l’emploi des jeunes« , tenu ce Jeudi 12 Mai 2011, le compte-rendu fait apparaitre une intervention de François Pupponi, Député PS du Val d’Oise, mentionne  que « l’IMA de Villiers-le-Bel compte trente apprentis dans le domaine de la mécanique qui ne trouvent pas d’employeurs« , sans que le Ministre ne relève ce point dans sa réponse.

Cette campagne de communication se situae donc à l’envers dans le calendrier ; c’est d’abord les entreprises qu’il aurait fallu sensibiliser, mobiliser, convaincre…C’est prévu pour l’automne !

Entre temps on aura, si la campagne a de l’impact, intéréssé, motivé, mobilisé des jeunes qui vont chercher difficilement, et pour certains vainement, des entreprises, et qui deviendront ainsi porteurs du message inverse de celui que le Gouvernement veut leur faire passer. 

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

7 Responses to “Alternance : une campagne de communication à contre temps”

  1. mabherve Says:

    Une étudiante en alternance tient un blog où elle relata sa démarche
    A propos de cete campagne, elle écrit
    « Or, toute personne qui cherche actuellement une entreprise pourra vous dire que si cette tâche n’est pas infaisable, elle est loin d’être aisée. »

    sur http://etudiante-en-alternance.com/2011/05/12/un-metier-un-diplome-un-revenu-cest-ca-lapprentissage/#more-691

  2. Etudiante en Alternance Says:

    Je persiste et signe ! 🙂
    Je vois actuellement sur twitter des tas de jeunes désespérés qui ne savent pas vraiment par où commencer leurs recherches ou au contraire qui ont commencé depuis longtemps et qui se découragent faute de résultats.
    Malgré tout, la plupart des gens finissent tout de même par trouver une entreprise mais beaucoup finissent en stage payé le minimum légal… Un peu loin du message édulcoré véhiculé par la campagne !

  3. Le Blog de Michel ABHERVE» Blog Archive » La première difficulté de l’alternance, trouver une entreprise d’accueil Says:

    […] de s’orienter vers l’alternance alors que les postes n’existaient pas ( voir Alternance : une campagne de communication à contre temps). On avait même connu, à l’intiative de Laurent Wauquiez,  un portail, tout ce […]

  4. direct alternance Says:

    Article très intéressant ! Mais la situation est-elle toujours la même actuellement ? N’y a t-il pas de plus en plus de jeunes embauchés en contrat de professionnalisation ces dernières années ?

  5. Michel Abhervé Says:

    A direct alternance

    Malheuresement le nombre de jeunes embauchés en contrat de professionnalisation est loin d’être en augmentation
    Ils étaient 150 865 en 2008 et seulement 124 173 en 2012
    Et sur 2013 la tendance est aussi à la baisse. Sur 11 mois, nous sommes passés de 112 532 à 105 767, soit une baisse de 6%

  6. direct alternance Says:

    merci pour votre réponse, cet article est de plus en plus instructif !

  7. Michel Abhervé » Blog Archive » Réactions au discours présidentiel sur l'apprentissage Says:

    […] Décidément nos décideurs successifs ont du mal à intégrer les contraintes du calendrier dans la communication censée faciliter le développement de l’apprentissage. Nous l’avions déjà vu en 2011 (voir Alternance : une campagne de communication à contre temps) […]

Leave a Reply