Apprentissage dans le secteur public : encore un rapport

Quand il n’y a pas de volonté politique, la tactique habituelle pour tenter de le camoufler est de demander un rapport.

C’est exactement ce qui se passe avec l’apprentissage dans le secteur public : celui-ci continue à stagner, alors que le Président de la République, le gouvernement, la majorité parlementaire … magnifient l’apprentissage et déploient une capacité impressionnante pour discourir à tout va sur son développement.

La loi, qui vient d’être définitivement adoptée, introduit dans un article 14 le texte suivant « Dans un délai d’un an après la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport sur le financement des formations en apprentissage dispensées au sein de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics. »

Un rapport sur l’apprentissage dans le secteur public, qui comportait un volet sur le financement,  a été réalisé par un parlementaire, Laurent Hénart. Remis au Gouvernement, le 13 Octobre 2009, il avait suscité tout l’intérêt de François Fillon, comme en témoigne encore le site du Gouvernement. La mise en oeuvre de ses propositions avait été confiée à Laurent Wauquiez.

Les résulats sont indéniables : selon les derniers chiffres officiels de la DARES, nous sommes passée pour les cinq premiers mois de l’année de 1439 contrats d’apprentissage dans le secteur public signés en 2009 à 1478 signés en 2011. On sent, à travers cette exceptionelle progression, la pleine efficacité de l’action du Ministre.

Mais ce n’est pas grave : puisque le rapport précédent, qui était pourtant assez complet et comportait des propositions opérationelles, n’a pas été pris en compte par le Gouvernement, un nouveau rapport est demandé, parce qu’il faut bien faire semblant d’associer le secteur public à la volonté affichée de développer l’alternance.. Le plus simple serait d’en confier la rédaction à quelqu’un qui connait bien le sujet, un certain Laurent Hénart par exemple !

On pourrait aussi reprendre les propositions du rapport précédent, mais cette rationalisation de l’action publique n’est pas compatible avec une logique gesticulatoire qui préfère un nouveau rapport au suivi des préconisations d’un rapport précédent.

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

Leave a Reply