En Poitou Charentes, un décalage qui s’accroit entre le nombre de places en CFA et les effectifs d’apprentis

En janvier dernier, nous avions dans un article « En Poitou Charentes, plus de places en CFA et moins d’apprentis ! »  voulu attirer l’attention sur une évolution étonnante qui voyait dans cette Région le nombre de places en CFA annoncées augmenter pendant que le nombre d’apprentis baissait.

Nous allons y revenir à l’occasion de la signature du Contrat d’Objectifs et de Moyens entre l’Etat et le Conseil Régional, qui prévoit, à nouveau, l’augmentation dans cette Région de 2 500 places de CFA, alors que le précédent plan qui prévoyait lui aussi la création de 2 500 places nouvelles (qui sont devenues 3 000) mais ne s’est pas traduit par une augmentation des effectifs de la même importance.


Ceux-ci sont difficiles à trouver, et les sources ne sont pas homogènes.

La DARES publie le nombre de contrats signés chaque mois, ventilés par Régions et Départements, et les derniers chiffres parus confirment une tendance à une très légère baisse, 2%, sur les six premiers mois de 2011 par rapport à la même période de 2010, 1696 contrats contre 1729, beaucoup moins forte qu’au plan national où cette baisse atteint 8% (curieusement les chiffres avec ventilation régionale et départementale sont publiés alors  que les chiffres nationaux ne le sont pas encore). Cette évolution est la synthèse de variations départementales différentes, + 32 % en Charente, + 31 % dans les Deux sèvres, mais -13  % en Charente Maritime et – 17 % dans la Vienne.

La DARES publie aussi des « séries longues » qui nous permettent de suivre les évolutions depuis pratiquement 20 ans.

Pour le nombre de contrats d’apprentissage en Poitou Charentes, il y en avait 9524 en 2000. Après une baisse au début de la décennie (8028 en 2002, 7753 en 2006) les effectifs sont remontés à 9259 en 2007 , et depuis varient peu : 9 155 en 2008, 9 544 en 2 009, 9 146 en 2010. Le nombre de contrats signés dans la région était inférieur de 4 % si on compare le début et la fin de la décennie, pratiquement stable entre 2007 et 2010 , dates de l’effet du Contrat d’Objectifs et de Moyens qui s’achève. 

Si on prend non plus le nombre de contrats, mais le nombre d’apprentis (un contrat peut durer deux, voire trois ans), les évolutions sont similiaires, à partir des chiffres tout à fait officiels du rapport de la Présidente, Ségolène Royal, au Conseil Régional pour sa réunion du 27 Juin 2011.

Il y avait avant la signature du COM, en  2004, 12 616 apprentis dans la Région. Ce chiffre a monté les deux premières années pour atteindre 14 677 en 2007. Il est depuis stable, puis en légère régression, puisqu’il n’ya avait en 2010 que 14 199 apprentis, la progression de 1583 apprentis, soit 11 %, se produisant uniquement les deux premières années. 

A la lecture de ces chiffres, traduisant une évolution des effectifs bien inférieure à celles des places, on se demande à quoi ont pu servir les 3 000 places de CFA supplémentaires créées. Un certain nombre a du rester inoccupé, pendant que d’autres ont du remplacer des places devenues obsolètes et si ce sont bien des places nouvelles, plus fonctionelles que les anciennes, ce ne sont pas pour autant des places supplémentaires.

On aurait pu penser que ce décalage entre les places créées, et donc l’effort financier consenti, et l’évolution des effecctifs conduirait à une pause, ou au moins à une analyse rigoureuse des raisons de cette situation. Hors, il faut bien constater qu’il n’en est rien et que tout le monde semble d’accord au niveau régional pour engager un nouveau développement en ignorant complètement les chiffres qui traduisent pour le moins un problème.

Le nouveau Contrat d’Objectifs et de Moyens vient  en effet d’être signé, entre le Conseil Régional et l’Etat et il prévoit la création de 2 500 places nouvelles pour la période 2011 2015, soit 500 par an.

A cette occasion le Conseil Economique Social et Environnemental de la Région a, à l’unanimité de ses 74 membres (avec la seule abstention de la FSU) , voté un avis qui commence par un bilan du contrat précédent qui ne pourra qu’étonner le lecteur des chiffres rapellés ci dessus

« l’engagement financier portait sur 132 millions d’euros avec un objectif d’augmentation du nombre d’apprentis de 2 500 en 5 ans. Cet objectif a été atteint et même dépassé  avec plus de 150 millions d’euros dépensés et plus de 3000 places supplémentaires créées.« 

Curieux de voir cet aéropage, représentatif par nature de l’ensemble des acteurs de la Région, faire consensus pour nier la réalité des chiffres. comme si leur acceptation  posait problème.

Ce qui est encore plus curieux, c’est que, cette fois, il semble que les axes prioritaires choisis devraient permettre une réelle croissance de l’apprentissage : développement important de l’apprentissage dans le supérieur, création d’un CFA du sanitaire et social… permettent en effet d’escompter des résultats plus positifs. Mais tout laisse croire que la base du consensus est, plus ou moins implicitement, de nier la réalité de la baisse importante des effectifs de l’apprentissage dans les secteurs traditionnels.

Poitou-Charentes est considérée comme un « bon élève » en matière de développement de l’apprentissage. Raison de plus pour s’interroger sur ces chiffres.

Voir aussi le Numéro spécial de Convergences sur l’alternance en Poitou Charentes N°35 Avril 2011

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , ,

16 Responses to “En Poitou Charentes, un décalage qui s’accroit entre le nombre de places en CFA et les effectifs d’apprentis”

  1. Valérie Says:

    Je vois que les élections approchent…
    Vous ne manquerez pas d’obtenir réponse à vos interrogations dans les heures ou jours qui viennent.
    Réponses pourtant très simples pour qui prend la peine de les chercher objectivement, plutôt que de vous livrer à une interprétation pour le moins partisane.

  2. Sylvain Says:

    « Curieux de voir cet aéropage »

    On dit « aréopage »!

  3. Sylvain Says:

    « Ceux-ci sont difficiles à trouver, et les sources ne sont pas homogènes ».

    Donc vous vous fondez sur des sources « douteuses »?? Mais vous ne retenez que celles qui illustrent ce que vous voulez démontrer.

    Intellectuellement « douteux » aussi. Non?

  4. mabherve Says:

    A Valérie

    J’avais fait sur ce même sujet un article en janvier dernier : ce qui montre que les élections approchennt, ce ne serait pas plutôt la rapidité de votre réaction ? En tous cas j’attends avec intérêt les réponses que vous attendez
    Il y aura dans les semaines à venir des articles sur d’autres régions. Celui sur Poitou-Charentes est venu dans l’actualité avec la signature du COM et non pour des raisons de calendrier présidentiel

    A Sylvain

    Vous avez raison pour aréopage. Mes excuses

    Le fait que de sources soient difficiles à trouver ne signifie nullement qu’elles soient douteuses. Je crois avoir expliqué où les sources que je mentionne, toutes officielles avaient été trouvées et fourni les liens permettant de les consulter, de vérifier les chiffres que j’utilise.

    Et si vous avez d’autres sources, donnant des informations différentes, merci de me les indiquer : je me ferai un devoir de les consulter, et le cas échéant de compléter mon article.

    Mais les chiffres les plus importants viennent du rapport de la Présidente du Conseil Régional : je ne peux pas croire que vous puissiez les considéder comme douteux !

  5. Dubois Says:

    @ Sylvain et Valérie. Les « politiques » seraient tellement plus heureux s’il n’y avait plus aucune source statistique publique (de type INSEE ou DARES). Ils pourraient alors faire de la « statistique politique »
    http://blog.educpros.fr/pierredubois/2011/07/15/licence-et-dut-ponts-et-passerelles/

    Est-ce ce que vous désirez ?

  6. Sylvain Says:

    En fait, je ne comprends pas très bien ce que vous reprochez exactement à ce rapport. La région n’a pas vocation à augmenter des effectifs professionnels (privés). En revanche elle doit tout mettre en eouvre pour offrir des places qualifiantes d’apprentis. Apprentis qui une fois dipl^més peuvent faire valoir leurs compétences ailleurs qu’en Poitou-Charentes.

    Je ne vois pas où est le problème. Car il n’y en a pas en fait.

  7. Sylvain Says:

    @dubois

    non.

  8. Sylvain Says:

    « Ce qui est encore plus curieux, c’est que, cette fois, il semble que les axes prioritaires choisis devraient permettre une réelle croissance de l’apprentissage : développement important de l’apprentissage dans le supérieur, création d’un CFA du sanitaire et social… permettent en effet d’escompter des résultats plus positifs. Mais tout laisse croire que la base du consensus est, plus ou moins implicitement, de nier la réalité de la baisse importante des effectifs de l’apprentissage dans les secteurs traditionnels »

    ________________________

    Tout cela est très hyperbolique. Rien n’est nié. Les ajustements ont été effectués (vous le dites vous-même), des résultats plus positifs sont escomptés (vous le dites aussi). Franchement je ne vois pas où est le souci. Je ne suis pas le seul d’ailleurs.
    _________________________

    « Poitou-Charentes est considérée comme un “bon élève” en matière de développement de l’apprentissage. Raison de plus pour s’interroger sur ces chiffres. »

    Et vous expliquez les chiffres comment vous? Allez au fond de votre raisonnement.
    Parce que encore une fois, il semble que vous créiez un problème là où il n’y en a aucun.

  9. mabherve Says:

    e ne pensais pas que cet article susciterait autnat de ractions
    A Sylvain, le lui conseille de lire les autres articles de mon blog consacrés à l’alternnace. Il y verra que j’y suis très régulièrement les chiffres de l’alternance, au niveau national et que j’y relève régulièrement la tendance à améliorer la présentation des chiffres en particulier pour valoriser l’apprentissage (voir en particulier « Pourquoi ce besoin d’exagérer les chiffres pour promouvoir l’alternance ? » du 13 février 2011 où je relève les exagérations du Président de la République)
    A travers cela, j’essaie de comprendre le décalage entre des discours qui valorisent fortement l’apprentissage et une stagnation, voire une légère régression des chiffres.
    Au plan régional, lorsque je trouve des informations (et Poitou Charentes est un région qui communique beaucoup, ce qui est très positif), je tente de les analyser. Je suis interrogatif face au décalage entre l’intérêt convergent de l’Etat et de la Région en faveur de l’apprentissage (avec la création de places nouvelles, en nombre significatif), une communication forte (et plutôt bien faite), des mesures incitatives plutôt bien conçues) et les chiffres qui stagnent, et même régressent un peu depuis 2007
    J’émets l’hypothèse que le potentiel de développement de l’apprentissage ne se situe pas dans la nostalgie du passé, de l’artisanat, mais dans sa capacité à se dévelooper aux niveaux supérieurs et dans les branches nouvelles et pense que un des obstacles à son développement est dans le poids des acteurs traditionnels dans l’image de l’apprentissage, ce qui conduit à regretter que la recherche du consensus ne permette pas des analyses qui me semblent nécessaires au développement de l’apprentissage
    Je m’étonne donc que des places soient créées sans que les effectifs suivent, sachant que « chaque euro dépensé doit être un euro utile »
    Pensant que le débat est utile, je vous remercie de vos ractions

  10. Sylvain Says:

    « Je suis interrogatif face au décalage entre l’intérêt convergent de l’Etat et de la Région en faveur de l’apprentissage (avec la création de places nouvelles, en nombre significatif), une communication forte (et plutôt bien faite), des mesures incitatives plutôt bien conçues) et les chiffres qui stagnent, et même régressent un peu depuis 2007 »
    ________________________
    Evidemment mais votre démonstration est faussée par un fait que vous avez oublié. Vous ne tenez pas compte des frais induits par le désengagement de l’Etat.

    Côté financement, ce sont les régions qui sont au premier plan. Conséquence de la décentralisation en matière de formation professionnelle, elles ont ainsi financé 62% des coûts pédagogiques, « soit une part en nette progression depuis 2004 ».

    Les régions financent davantage des formations en direction des jeunes. 51% des 355.000 stages qu’elles financent ont ainsi bénéficié à des jeunes de moins de 26 ans, contre 44% de l’ensemble des stages.

    Pôle Emploi, deuxième financeur, a contribué à hauteur de 15% au financement des coûts pédagogiques des formations débutées en 2009 tandis que l’Etat, qui poursuit son repli, y a participé à hauteur de 12%, contre 36% en 2004.

    Sylvain

    Source: http://www.actuchomage.org/2011072716702/La-revue-de-presse/seulement-8-de-chomeurs-en-formation-en-2009.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

  11. mabherve Says:

    A Sylvain
    Merci d’attirer mon attention sur ce point.
    Je suis très attentif aux questions liées au désengagement de l’Etat et je pense que vous en trouverez plusieurs exemples mis en exergue dans le blog (par exemple dans le récent article « Comment développer l’apprentissage sans argent ?, la conclusion est « Il n’y a que ceux hypothèses : un accroissement significatif de la dépense des Conseils Régionaux ou la reconversion massive des crédits de l’Etat affectés à l’enseignement professionnel »

    Même si le lien ne m’apparaît pas évident entre ce que vous signalez et l’objet de mon article, je vais regarder de près

  12. mesnard Says:

    Les chiffres du site de la DARES sont inexacts et n’ont pas été corrigés parmi nos demandes.
    Le nombre d’apprentis en Région Poitou-Charentes est a ce jour de 14200 et l’augmentation est bien de 2500 apprentis depuis 2004 .Les objectifs ont donc bien été atteints.
    La proportion d’apprentis par rapport aux nombre de jeunes est de 8 % soit 1 point de plus que la moyenne nationale ce qui place la Région Poitou Charentes comme une des premières de France.
    L’objectif est la création de 2500 places supplémentaires par le développement de l’apprentissage dans les nouveaux métiers de la croissance verte, dans des nouveaux secteurs comme le sanitaire , le social , le sport, dans les collectivités et services publics ainsi que dans les filières du superieur notamment les licences et master pro.
    Vous pouvez trouver ces chiffres dans les délibérations votées lors de la dernirer Commission Permanente du 12 juillet et qui sont en ligne sur le site de la Région Poitou-Charentes.
    Vos affirmations sont donc totalement hors de propos et je suis surprise que vous tiriez des accusations mensongères a partir d’un seul chiffre trouvé sur un site.
    Françoise Mesnard
    Vice Présidente de la Région et Présidente de la Commission Education/Formation

  13. Michel ABHERVE Says:

    A Françoise Ménard

    Merci d’avoir pris la peine de me répondre
    Dans votre réponse, il est des points incontestablles, qui confirmaent l’appréciation que j’ai donnée de  » Bon élève »
    Mais il m’est difficile d’accepter une affirmation ausi tranchée que « Les chiffres du site de la DARES sont inexacts « . J’ai la faiblesse de croire qu’ils sont exacts, même si, comme j’ai tenté de l’expliquer, ils traduisent une autre réalité que celle du rapport de la Présidente dont j’ai aussi repris les chiffres.
    A partir de cez chiffres, je continue à m’interroger sur un décalage entre les places nouvelles créés et le nombre effectif d’apprentis, qui est, partout en France, très inférieur aux ambitiosn affichées..
    J’ai aussi acté que je pensais l’objectif de votre nouveau COM plus réaliste que le premier en particulier parce qu’il visait de nouveaux secteurs et l’enseignement supérieur, et souhaité que l’apprentissage ne soit pas l’apanage des secteurs qui le pratiquent historiquement, pour permettre son développement.
    Je regrette que vous employez le terme d' »accusations mensongères », alors que j’ai cité les sources des chiffres que le cite, et pris ne compte ceux que la Région publie, même s’ils ne sont pas si faciles que cela à trouver. Je ne suis pas certain que ce type d’affirmation péremptoire contribue à rendre un débat que j’ai la faiblesse de croire utile, positif.
    Enfin je vous prie de croire que si j’ai fait un nouvel article sur l’apprentissage en Poitou Charentes (j’en avais fait un où je posais les mêms questions en janvier dernier sous le titre « En Poitou Charentes, plus de places en CFA et moins d’apprentis !” sans qu’il suscite les mêmes réactions que celui-ci) ce n’est pas pour des raions de calendreir électoral contrairement à ce dont m’accuse le premier commentaire
    Merci en tous cas de vos réactions

  14. Michel ABHERVE Says:

    A sylvain
    J’ai regardé de plus près ce que vous m’avez signalé (même si le rapport avec mon aticles est très indirect) et au delà du résumé d’Actu chômage, j’ai étudié le travail de la DARES “La Formation professionnelle des demandeurs d’emploi en 2009″ N°57 d’Analyses d’où est extrait le chiffre de 62 % de particiaption des Consils Régionaux aux dépenses de formation de demandeurs d’emploi
    Cette répartition varie assez sensiblement selon les régions. En Basse Normandie, c’est 74% des actions qui sont financées par le Conseil Régional, et 72% dans le Limousin. A l’opposé, ce pourcentage est seulement de 54 % en Poitou-Charentes.
    Avez vous une explication au fait que ce soit, de toutes les Régions, Poitou Charentes qui, selon cette étude, finance le moins la formation de sdemandeurs d’emploi ?
    Merci d’avance de vos éclairages.

  15. mabherve Says:

    Ce sont bien les chiffres de la DARES que Françoise Ménard déclare faux qui sont repris dans le rapport du CESER Poitou Charentes
    « Vers une politique publique pour la jeunesse en Poitou Charentes »

    http://www.cese-poitou-charentes.fr/IMG/pdf/Rapport_Jeunesse_site_-_novembre_2011.pdf

    Ils ne sont sans doute pas si faux que cela !

  16. Michel Abhervé » Blog Archive » Mystère sur les chiffres de l'apprentissage en Poitou Charentes Says:

    […] avons déjà évoqués (voir En Poitou Charentes, plus de places en CFA et moins d’apprentis !, En Poitou Charentes, un décalage qui s’accroit entre le nombre de places en CFA et les effectifs … (article qui avait suscité une assez vive polémique en commentaires) , Retour sur les chiffres […]

Leave a Reply