CEREQ et 6ème circonscription du Pas-de-Calais : histoire d’une incompatibilité

Le Pas-de-Calais est un des départements les plus impactés par la réforme du découpage des circonscriptions électorales, dit « Marleix« , du nom de celui qui a piloté cette réforme comme secrétaire d’Etat à l’Intérieur et aux Collectivités Territoriales, pendant qu’il était également secrétaire national de l’UMP, en charge des élections, selon un mélange des genres aussi critiquable, mais plus discret, que celui qui voyait Eric Woerth être ministre du Budget et trésorier de l’UMP

Les évolutions démographiques ayant conduit cette terre de gauche (2 députés UMP et 12 députés PS) à perdre deux circonscriptions, passant de 14 à 12, il était évident que le rédécoupage allait rebattre complètement les cartes.

C’est ainsi qu’une nouvelle sixième circonscription a été créée de toutes pièces (voir les cartes), à partir de morceaux des anciennes troisième, de la sixième et huitième circonscriptions. Sans les quartiers populaires du Chemin-Vert à Boulogne et du Fort Nieulay à Calais, qui avaient largement contribué à la confortable élection de Jack Lang en 2002 et 2007, elle est maintenant devenue allongée, avec une coloration très rurale, puisqu’elle s’étend tout en longueur, du Cap Gris Nez à Bors dans l’arrondissement d’Arras, distants de 138 kilomètres avec les cantons de Marquise, Desvres, Guînes, Ardres, Fauquembergues, Lumbres et Heuchin.

On ignore encore si Jack Lang se représentera aux prochaines législatives, à 72 ans, mais s’il le fait ce sera très probablement dans cette circonscription, les deux autres nouvelles circonscriptions du secteur étant celles où devraient se représenter Frédéric Cuvillier (sur la 5 ème, autour de Boulogne sur Mer), et Gilles Cocquempot (sur la 7 ème autour de Calais), tous deux socialistes, dont les circonscripions ont été moins impactées par le redécoupage. De quoi redonner des perspectives au concurrent malheureux de Jack Lang en 2007.

Le directeur du CEREQ en lice

La Voix du Nord du 14 Juillet 2011 nous informe que « Frédéric Wacheux (UMP) est candidat à l’investiture dans la 6e circonscription » et que celui-ci « travaille sur la ruralité ».

Cte épisode ne concernerait pas directement les lecteurs d’EducPros si Frédéric Wacheux, après avoir été recteur en Guyane, n’avait pas été nommé directeur du CEREQ, comme Pierre Dubois s’en était fait écho sur son blog, puis lorsqu’il l’a interviewé.

La question se pose en effet de la compatibilité d’une campagne électorale qui s’annonce longue, toute une année scolaire, qui supposera, vu la configuration de la circonscription, beaucoup de présence sur le terrain, dans la ruralité du Pas de Calais, en dirigeant un établissement installé à Marseille, à un bon millier de kilomètres.

Surtout que le CEREQ est menacé de perdre le soutien du ministère de l’Emploi et a, plus que jamais, besoin d’un responsable pleinement mobilisé pour diriger cet établissement, dont l’apport à la connaissance des évolutions de l’emploi est déterminant. Même si, comme le relevait justement en avril 2011 Pierre Dubois dans un article intitulé « Le CEREQ désespère », cet établissement est en difficulté : « Les difficultés financières entraînent un des maux récurrents du CEREQ : le retard à publier les données statistiques qu’il a collectées, traitées et analysées ».

Campagne électorale ou direction du CEREQ : il faut choisir

Si l’on peut donner acte à Frédéric Wacheux de ce qu’il déclare à Pierre Dubois : « Je ne mélange pas le politique et le professionnel. Ce sont deux mondes que je parviens à rendre étanches l’un à l’autre », on peut toutefois trouver incompatible une campagne électorale et la direction effective, risquant de transformer sa fonction professionnelle en emploi fictif, susceptible d’entraîner son inégibilité.

Le choix de se présenter à une élection légistaive est un choix légitime, mais difficilement compatible avec la direction effective d’une structure située à mille kilomètres et dont la direction est prenante : Frédéric Wacheux doit choisir, dans son intérêt et celui du CEREQ.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , ,

One Response to “CEREQ et 6ème circonscription du Pas-de-Calais : histoire d’une incompatibilité”

  1. Etienne Says:

    Excellente analyse.

    Toutefois, reconnaissons que l’intervention de M. Wacheux dans le nord au début de l’année 2011, opposant une espérance de vie de « 100 ans » et un départ à la retraite à « 55 ans » (citée dans la Voix du Nord) montre sa capacité en rendre totalement étanche la vérité et le sérieux qui sied au Directeur d’un établissement public national d’études et de recherches, d’une part ; et le mensonge et la caricature qui deviennent trop souvent les instruments naturels des politiques, d’autre part.

Leave a Reply