Apprentissage : la nécessaire coordination des contractualisations

LE CEREQ vient de publier un communiqué (Apprentissage : le risque de la multiplication des contractualisations-PDF) qui mérite d’être salué.

A l’heure du décalage entre la volonté de développer l’apprentissage, pronée par tous ou peu s’en faut, et une évolution des effecftifs de celui-ci très en retrait, comme nous l’avons exprimé à plusieurs reprises dans ce blog.

Ce communiqué retrace la mutiplication des contractualisations qui accompagnent la volonté de développer l’apprentissage en France (même s’il oublie des contractualisations à vocation moins opérationnelle et plus d’affichage, comme celle que l’Etat a signé avec les Chambres de Métiers : voir Les rencontres sénatoriales de l’apprentissage, une conception datée) et affirme « La multiplication des contractualisations pourrait rendre difficile l’augmentation du nombre d’apprentis en France« .

Nous ne pouvons que partager la conclusion de ce communiqué et souhaiter que l’Etat cesse d’afficher, seul, des objectifs qu’il est dans l’incapacité complète de concrétiser seul : espérons qu’il ne faudra pas attendre les élections du printemps 2012 pour que les volontés et compétences nécessaires au développement de l’apprentissage soient mises en position de converger effectivement :

« Pour assurer une vision réellement partagée entre toutes les parties prenantes, le problème doit être appréhendé en termes de gouvernance globale de l’apprentissage. Seul un cadre tripartite de coordination associant l’Etat, les régions et les partenaires sociaux semble en mesure de permettre de réaliser les objectifs de développement de l’apprentissage. »

Dans le cas contraire, nous craignons de devoir poursuivre ici même la litanie des chiffres des contrats d’apprentissage en stagnation, voire en régression.

Be Sociable, Share!

Tags: , ,

Leave a Reply