Une seule solution, supprimer toutes les études

Alors que le Ministre de l’Education, Luc Chatel,  s’ingénie à affirmer que la diminution des effectifs dans l’Education Nationale est la solution, et qu’on peut et doit encore faire plus en ce domaine, toutes les études, qu’elles soient françaises et internationales montrent la dégradation de la qualité de notre enseignement

La dernière sortie est publiée par l’INSEE et porte sur « L’évolution du nombre d’élèves en difficulté face à l’éecrit depuis une dizaine d’années »

Ce travail de Jeanne-Marie Daussin, Saskia Kespaik et Thierry Rocher commence ainsi « Depuis une dizaine d’années, le pourcentage d’élèves en difficulté face à l’écrit a augmenté de manière significative et près d’un élève sur cinq est aujourd’hui concerné en débur de 6 ème  » et se poursuit « En France, le statut économique, social et culturel des parents explique aujiourd’hui une plus grande part de la variation des scores des élèves qu’en moyenne dans l’ensemble des pays de l’OCDE »

Cet article a, de surcroît, la prétention « d’établir un diagnostic précis de la situation, indispensable pour envisager des pistes ciblées d’amélioration« 

Il semblerait plutôt nécessaire de supprimer toutes ces études. Comme de toutes façons, on n’en tient aucun compte, on pourrait au moins, comme cela, économiser le coût des études.

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

One Response to “Une seule solution, supprimer toutes les études”

  1. Dubois Says:

    Cette idée de supprimer les études devient « mode ». J’ai entendu à la télé (informations régionales) le maire d’Altkirsch (Nicolas Sarkozy y a fait un de ses meilleurs scores en 2007) proposer de supprimer tous les observatoires (de ceci ou de cela). En période de rigueur, il faut supprimer toutes les dépenses publique inutiles. Un point positif peut-être : au moins, le bidule de Luc Ferry (le CAS) disparaîtrait. Peut-être ce maire veut-il aussi supprimer la Cour des Comptes ?

Leave a Reply