Seule la Guyane échappe aux réductions de postes dans l’Education

Dans la réduction de postes annoncée pour la prochaine rentrée toutes les Académies sont touchées, par la suppression de 14 280 emplois  à l’exception de la Guyane qui non seulement, ne subit pas de suppressions de postes, mais se voit attribuer 50 postes supplémentaires, 20 dans le premier degré, 30 dans le second degré. Serait-ce un privilège ?

Que peut expliquer ce qui apparait, à première vue comme une situation privilègiée dans un contexte de baisse généralisée ? Tout simplement le fait que c’est dans cette région amazonienne que le pourcentage de croissance des effectifs scolarisés est, de loin, le plus fort, et que nous ne sommes pas, loin s’en faut menacés, par une quelconque  baisse des effectifs

L’INSEE estime leur croissance actuelle à 3,7% par an, en continuité des années antérieures, puisque depuis 1997, les effectifs d’enfants scolarisés ont augmenté de 53%, ce qui représente un taux d’évolution annuel moyen de 3,6%.

Cette croissance, due à la conjonction de la démographie et de l’immigration,  s’ajoute à un retard dans la scolarisation très marqué puisque seulement 44% de la population adulte de plus de 25 ans est diplômée de l’enseignement secondaire alors qu’ils sont 71% au niveau national.

Selon les chiffres de l’INSEE , concernant 2009, le taux de scolarisation en maternelle est de 93% pour les cinq ans, de 89 % pour les 4ans, mais n’est que de 66% pour les trois ans, chiffre d’autant plus inquiétant quand on constate que ce dernier taux avait atteint 77 % en 2001, et n’a donc cessé de diminuer depuis 10 ans

Dans le secteur élémentaire, 25 % des enfants ont au moins un an de retard, et les effectifs moyens des classes sont légèrent supérieurs à ceux de Métropole, dans le primaire comme dans le secondaire. Et nous pourrions multiplier les chiffres sans difficulté.

En résumé, 50 postes supplémentaires représentent environ 1 % des effectifs enseignants  pour face à une croissnce de presque 4 % des effectifs des élèves.  Il est facile de voir que loin d’être dans une logique de rattragae des inégalités, pourtant criantes, nous sommes dans une logique de détérioration d’une situation  déjà peu brillante

 Par souci d’égalité dans la République, la Guyane qui est Département français depuis 65 ans, a impérativement besoin de rattrapage : l’année prochaine lui est promise une nouvelle dégradation de ses conditions de scolarisation. Il serait bon de s’en souvenir en dehors des tournées ministérielles qui s’apparentent plus au tourisme qu’au travail (voir  Développement de l’apprentissage ou vacances en Guyane aux frais de la République ?)

)

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

Leave a Reply