Le ministre veut développer l’apprentissage dans l’économie sociale

Thierry Repentin, ministre en charge de l’Apprentissage, annonce ses priorités pour la future loi sur l’apprentissage, en particulier dans son discours de Haute Savoie du 13 mars 2013, à l’occasion des journées de l’apprentissage et de l’alternance.

On peut se féliciter d’un objectif ambitieux, 500.000 apprentis, mais atteignable, ce qui nous change des objectifs tellement ambitieux, 800 000, un million, et même plus, inatteignables.

Mais surtout le ministre a compris que la stagnation venait du côté des employeurs, et pas de la demande des jeunes, contrairement à celle qui l’avait précédé, Nadine Morano, qui avait cru bon de lancer une campagne de communication pour attirer les jeunes vers l’apprentisasge, et convaincre les familles.

Thierry Repentin lui affirme : « Je reçois en effet de trop nombreux courriers de parents et de jeunes désespérés qui ont trouvé une place dans un centre de formation mais ne trouvent pas d’entreprise et de contrat d’apprentissage. Je ne m’y résous pas »

Et, le ministre a aussi compris que le potentiel de développement de l’apprentissage tenait davantage à des secteurs nouveaux qu’aux secteurs traditionnels de son déploiement, ce qu’il exprime en ces termes, en définissant l’un de ses objectifs pour le prochain projet de loi.  « Augmenter le nombre d’apprentis, donc l’offre de contrats, en particulier dans les secteurs où l’apprentissage est peu développé : je pense notamment aux collectivités territoriales, à l’économie sociale. »

Ce sont en effet deux secteurs qui ont un potentiel important de développement. Pour ce qui est du secteur public, on serait tenté de dire au ministre qu’il devrait être aussi attentif à ce que les services de l’Etat (voir L’apprentissage dans les services de l’Etat continue à baisser) ne laissent pas les seules collectivités locales s’impliquer (et à l’occasion, on pourrait supprimer un programme PACTE, aux objectifs voisins qui n’en finit pas de mourir – voir PACTE : un dispositif moribond que l’Etat fait survivre sans perspectives, PACTE : vraiment la fin ?, PACTE, un programme qui n’en finit pas de mourir, PACTE, une nouvelle baisse, PACTE, un programme qui remet en marge l’ascenseur social : pour 258 jeunes en un an !, et1 seul jeune est entré dans le dispositif PACTE en mai 2012).

Quant à l’économie sociale, pour sortir du champ de l’incantatoire, il va falloir se décider à ce que des mesures fiscales équivalentes à celles dont bénéficient les entreprises, soient accordées aux associations assujetties à la taxe sur les salaires qui emploient des apprentis, avec plus d’attention à la situation des associations que celle qui a leur été accordée par le gouvernement dans le cadre du CICE. Et en prélable, il va bien falloir accepter de parler d’apprentissage avec les employeurs de l’économie sociale et pas seulement avec les interlocuteurs habituels.

Et sans vouloir faire de triomphalisme, nous nous permettrons de rappeler deux contributions formulées dans ce blog lors des Assises de l’apprentissage et de l’alternance qu’avait organisées Laurent Wauquiez (qui se sont révélées un pur exercice de communication): voir Ateliers de l’apprentissage et de l’alternance : proposition N°4 Faire entrer le secteur public dans le droit commun et Ateliers de l’apprentissage et de l’alternance : proposition N°7 Développer l’apprentissage dans les secteurs où il est peu répandu en dialoguant avec les employeurs

AJOUT

Au lendemain de la publication de cet article, non seulement Thierry Repentin n’est plus en charge de l’apprentissage, mais il n’y a plus de ministère de la formation professionnelle et de l’apprentissage (voirRemaniement ministériel : un jeu de chaises musicales incomplet, formation professionnelle et apprentissage négligés)

Difficile dans ces conditions de construire une politique dans la durée

Partagez ce billet !

Tags: , , , , , ,

2 Responses to “Le ministre veut développer l’apprentissage dans l’économie sociale”

  1. Michel Abhervé » Blog Archive » Remaniement ministériel : un jeu de chaises musicales incomplet, formation professionnelle et apprentissage négligées Says:

    […] Quant à l’apprentissage, nous venions juste de saluer une des priorités affirmées par Thierry Repentin (voir Le ministre veut développer l’apprentissage dans l’économie sociale) […]

  2. Michel Abhervé » Blog Archive » Elargir le contrat de génération au secteur privé ? C'est ce qui est prévu depuis le départ Says:

    […] Apprentissage dans le secteur public : il ne suffit pas de constater la faible utilisation et Le ministre veut développer l’apprentissage dans l’économie sociale), les emplois d’avenir y sont mis en place de façon complémentaire, alors que dans de […]

Leave a Reply