Apprentissage à 14 ans : de l’art du débat idéologique

Nous avons dans notre pays un vrai talent pour conduire des débats de principe : celui de l’apprentissage à partir de 14 ans en est un bon exemple.

La droite l’avait instauré, par la loi Cherpion. La gauche le supprime dans la loi Peillon en cours d’adoption. Et chacun des camps déploye force argumentation pour expliquer d’un côté que c’est une atteinte intolérable à l’égalité des chances, ou au contraire la « vision idéologique d’un collège unique et monolithique », comme le dit l’UMP. Et, dans le positionnement dans laquelle elle excelle d’aller à contre courant des idées dominantes de son camp, Ségolène Royal se joint au concert de critiques contre cette suppression

Heureusement, Le Figaro nous ramène à une réalité qui peut se résumer ainsi

  1. L’apprentissage a 14 ans n’existe pas. Il devait se mettre en place à la rentrée 2012, mais le nouveau gouvernement en a décidé autrement. Autant dire qu’il n’y a aucun fondement à la position de l’UMP qui parle d' »un dispositif qui a fait ses preuves« 
  2. Les employeurs n’ont aucune envie de développer l’apprentissage à 14 ans. Celui qui dit «Cette mesure était très difficile à mettre en oeuvre» n’est autre que Jean-Michel Pottier, président de la commission Formation-Éducation de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), qui a de façon constante  émis de fortes réserves sur ce dispositif
  3. Mettre en évidence ce débat sur l’apprentissage à 14 ans est totalement contre productif pour le développement de l’apprentissage en général, de plus en plus fondé sur des niveaux croissants de qualifications préparées, et met en évidence ce que les vrais défenseurs de l’apprentissage veulent éviter, à savoir une assimilation à une voie privilégiée pour ceux qui ne réussisent pas à l’école

Quel belle illustration d’une façon dé débattre en total décalage avec la réalité !

 

 

Be Sociable, Share!

Tags: , , , ,

4 Responses to “Apprentissage à 14 ans : de l’art du débat idéologique”

  1. Pierre Dubois Says:

    Une nouvelle fois, c’est bien envoyé ! Les mesures nouvelles renvoient les lecteurs et les journalistes à l’immédiateté. Heureusement, il y a les blogueurs experts. Leur fonction est de rappeler l’histoire, même récente !

  2. Histoires d'universités » Blog Archive » Canaux pour les mauvaises nouvelles Says:

    […] Abhervé, blogueur EducPros et blogueur Alternatives économiques, m’a signalé des mauvaises nouvelles pour […]

  3. Michel Abhervé Says:

    Valérie Pécresse défende l’appre,tissage à 14 ans « Contrairement à la loi Peillon sur la refon­da­tion de l’école qui vient de sup­pri­mer l’apprentissage à 14 ans, nous pro­po­sons de le réta­blir car il consti­tue un outil effi­cace pour l’insertion pro­fes­sion­nelle des jeunes »

    Le problème c’est qu’elle s’ppuie pou affirmer que c’est un outil efficace sur des chiffres qui netraitent pas de la réussite de l’apprentisage à 14 ans sur lequel n’existe aucune donnée :

    sur http://www.vousnousils.fr/2013/03/28/pecresse-propose-des-pistes-pour-reformer-la-formation-professionnelle-545014

  4. Michel Abhervé » Blog Archive » L'UMP éprouve le besoin de caricaturer et oublie ses responsabiltés récentes Says:

    […] Comment lier un apprentissage à 14 ans, voté mais absolument pas mis en place (voir Apprentissage à 14 ans : de l’art du débat idéologique) et les 150 000 jeunes sortis du système scolaire, dont le nombre avait d’ailleurs […]

Leave a Reply