Un accompagnement externe par les Missions locales permet de réduire les taux de rupture des contrats d’apprentissage

Nous avons à plusieurs reprises mis l’accent sur l’importance quantitative des ruptures de contrats d’apprentissage , de l’ordre de 25 % qui met en cause la fiabilité des chiffres valorisant cette voie de formation

Les chiffres sont discutés, puisque certaines ruptures en  période d’essai, suivies de nouveaux contrats, ou des ruptures dès l’obtention du diplôme n’ont pas la même signification qu’une rupture en plein milieu du contrat. Mais ce phénomène est relativement stable dans le temps et particulièrement fort dans certaines branches professionnelles, au premier rang desquelles il faut placer l’hôtellerie restauration, avec des taux de rupture approchant, et ârfois dépassant  les 40 % (voirA nouveau une étude sur les ruptures de contrats d’apprentissag, et En Ile de France, 45 % des contrats d’apprentissage dans la restauration sont rompus avant terme)

Il est donc particulièrement important que soient mises en place des actions permettant de réduire ces ruptures, faute desquelles tout l’effort public de soutien au développement de l’apprentissage est d’une efficacité fort limitée.

En ce sens la parution d’une étude de l’ANDML, Association nationale des directeurs de Missions locales, rédigée par Philippe Cormont, chargé d’études et d’analyses, intitulée « Quels enseignements retenir des expérimentations sociales sur l’alternance menées par les Missions Locales ? » est particulièrement opportune. Ce travail tire les leçons des enseignements d’un crtain nombre d’actions conduites dans le cadre du Fonds d’Expérimentation de la Jeunesse, dont il faut regretter, par ailleurs, qu’elles soient bien peu portées par une atratégie permettant de généraliser les expérimentations réussies (voir Le Fonds d’Expérimentation de la Jeunesse sacrifié pour permettre la poursuite de la croissance du service civique)

Il peut être résumé ainsi « Selon les évaluateurs externes des expérimentations sociales sur l’alternance conduites depuis 2009, le réseau des Missions Locales a su mettre en place des modalités d’accompagnement de l’alternance qui fonctionnent et donnent de bons résultats en diminuant nettement les taux de rupture des contrats« 

Cette diminution est permise principalement par les actions suivantes

  • Développer un travail de proximité auprès des acteurs de la formation, via une territorialisation adaptée.
  • Nommer des interlocuteurs uniques et identifiables pour les différents acteurs.
  • Mettre en place un dispositif de médiation notamment entre les apprentis et les entreprises ou les maitres d’apprentissage et les organismes de formation.
  • S’attacher à lever les freins périphériques à l’alternance que rencontrent de nombreux jeunes (mobilité, logement notamment).
  • Aider à la formalisation de l’alternance sur les territoires pour une meilleur visibilité et accroitre la flexibilité entre les différents acteurs.
 En annexe de cette étude figure, en enrichissement et illustration, une analyse sur « Le tutorat externe pour sécuriser le parcours des apprentis« , de Régis Barbier, Directeur de la Mission Locale de l’arrondissement de Beaune, qui décrit l’action conduite et en tire des éléments pour une généralisation, à partir de cette analyse « Le tutorat externe est une démarche de prévention pour sécuriser la transition des jeunes vers le marché du travail. Il peut être une réponse comme peuvent l’être une démarche qualité au niveau des Centres de formation et le développement de la formation des maîtres d’apprentissage. »
 
 Espérons que cette téude inspirera les décisions à venir.
 
 
Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , ,

3 Responses to “Un accompagnement externe par les Missions locales permet de réduire les taux de rupture des contrats d’apprentissage”

  1. rbeaune Says:

    Il faut être clair : ni les branches professionnelles, ni les CFA, ni les missions locales ne peuvent apporter seuls la solution… Par contre si chacun intervient en complémentarité sur ses compétences et en partage d’informations, une amélioration importante peut être réalisée… et cette action sur le qualitatif peut seul permettre un développement quantitatif…

  2. ruptures de contrat d’apprentissage et tutorat externe | (dé)formation professionnelle Says:

    […] Nous avons à plusieurs reprises mis l’accent sur l’importance quantitative des ruptures de contrats d’apprentissage , de l’ordre de 25 % qui met en cause la fiabilité des chiffres valorisant cette voie de formation [la suite] […]

  3. Michel Abhervé » Blog Archive » Réactions au discours présidentiel sur l'apprentissage Says:

    […] ? Des expérimentations ont montré l’efficacité d’un accompagnement externe (voir Un accompagnement externe par les Missions locales permet de réduire les taux de rupture des contra… et L’accompagnement des jeunes apprentis, pour limiter les ruptures de contrats) , mais nul ne […]

Leave a Reply