Encore 20 % de contrats d’apprentissage en moins signés en avril

Même si le faible nombre de contrats d’apprentissage signés à cette période de l’année rend les chiffres pas complètement significatifs, ceux que la DARES publie concernant le mois d’avril montrent une situation moins désastreuse qu’au mois de mars (voir Apprentissage en chute libre en mars)

Alors que la baissé était, par rapport à 2012 de 44.7 % en mars, elle n’est que, si on ose dire, de 19.38 % en avril. Nous en sommes quand même à une baisse de 27.46 % depuis le début de l’année, ce qui ne peut qu’inquiéter, car cela représe,te pas moins de 13 636 contrats signés de moins que l’an passé

Comme, curieusement, les chiffres des contrats de professionnalisation n’ont pas été publiés en mars, et ne le sont pa splus ne avril, il est impossible de connaitre la tendance globale de l’alternance

Il est utile de rapprocher ces chiffres de la déclaration conjointe des ministres français et allemands annonçant leur volonté de développer l »apprentissage, dans le cadre d’un bien modeste « New Deal »

Surtout qu’il semble qu’en Allemagne à une échelle différente, les difficultés de l’apprentisasge soient réelles, comme l’écrit le correpondant à Berlin du Monde qui  nous rappelle que dans ce pays  « le nombre de jeunes âgés de 15 à 24 ans a diminué de plus de 600 000 personnes (sur près de 10 millions en 2005), un phénomène particulièrement sensible à l’est. Le nombre de candidats à une place en apprentissage est ainsi passé de près de 800 000 en 2005 à moins de 600 000 actuellement. » et cite une étude du  DIW, l’un des plus importants instituts de recherche économique allemand, « Enfin, même l’apprentissage ne constitue pas la panacée. D’abord parce qu’un quart des jeunes qui suivent une telle formation abandonnent avant la fin. Ensuite parce que le nombre de places en apprentissage a tendance à diminuer. Enfin, parce que l’apprentissage concerne encore trop souvent des professions très typées (coiffeuses pour les filles, peintres en bâtiment pour les garçons) qui n’offrent pas toujours de débouchés.  » D’un point de vue qualitatif, l’offre de formation est loin d’être optimale « , note Karl Brenke qui remarque que dans de nombreux secteurs, les apprentis ont surtout comme intérêt de rapporter plus qu’ils ne coûtent »

Comme quoi, le modèle allemand de l’apprentissage n’est pas complètement l’idéal qu’on a tendance à nous présenter de ce côté de la frontière.

AJOUT

Les chiffres des contrats de professionnalisation pour les jeunes qui n’avaient pas été publiés ces derniers mois par la DARES viennent de l’être : nous sommes sur les quatre premiers mois de l’année à une quasi stabilité par rapport à 2012 (+0,75 %)

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

Leave a Reply