On peut trouver une analyse consensuelle pour le développement de l’alternance

L’apprentissage a besoin pour se développer d’analyses lucides, capables de mettre en évidence ses formes, sans nier ses limites, et souffre des excès de ses prosélytes sans nuances, qui ont tendance à négliger tout ce qui pourrait porter la plus insigne ombre à ce qu’ils magnifient, y compris au mépris de la réalité la plus basique, comme par exemple le nombre de contrats signés

Nous sommes très satisfaits de voir dans un avis du Conseil économique social et Environnemental Régional (Ceser) de la région Provence Alpes Côte d’Azur, portant sur l’Emploi des jeunes en Provence-Alpes-Côte d’Azur, une analyse pertinente parce que nuancée, qui propose « Un développement raisonné de l’alternance », dont nous reprenons intégralement le texte

 » Si le développement équilibré de l’alternance est souhaitable entre les niveaux secondaires et supérieurs et en complément des autres voies sous statut scolaire, cette voie de formation doit en revanche être privilégiée pour les jeunes les moins qualifiés et pour ceux qui vivent dans des zones défavorisées en raison de la pédagogie pragmatique qu’offrent l’apprentissage et les contrats de professionnalisation.

Ce rééquilibrage de l’alternance en faveur des jeunes qui en ont le plus besoin, suppose :

  • une exigence de qualité pour mieux répondre aux besoins des entreprises et des jeunes, avec :

– le contenu des formations davantage en phase avec l’évolution des métiers,

– un enrichissement de l’offre de formation en diversifiant les diplômes accessibles à l’apprentissage vers les métiers de la nouvelle économie ou des secteurs dans lesquels l’alternance est rarement développée,

– une refonte du financement de la taxe d’apprentissage et de son utilisation, afin qu’elle bénéficie réellement à cette voie de formation.

  • la mise en place d’un environnement propice à l’insertion professionnelle des jeunes, afin de :

– favoriser de meilleures conditions d’accueil en entreprise, à travers un accompagnement et un tutorat de qualité qui reposent en amont sur une qualification et une valorisation du statut du tuteur et une coopération plus étroite entre les enseignants, le CFA et l’entreprise,

– améliorer le dispositif actuel de médiateur, avec un référent pour prévenir d’éventuels problèmes avec les apprentis afin de réduire les ruptures des contrats d’apprentissage,

–  renforcer la mission d’accompagnement des CFA, pour aider les jeunes dans la recherche de leurs futurs employeurs.

Ce texte qui a recueilli l’approbation de l’ensemble des groupes, très divers composant le CESER, met bien en évidence les principaux problèmes que rencontre l’alternance en général, et l’apprentissage en particulier, et que nous avons eu l’occasion de traiter régulièrement dans ce blog. On peut esprer que cette démarche inspirera la préparation du projet de loi annoncé pour l’automne.

Be Sociable, Share!

Tags: , ,

3 Responses to “On peut trouver une analyse consensuelle pour le développement de l’alternance”

  1. Direct Alternance Says:

    Article intéressant, mais nous ne savons pas ce que signifie le « dispositif actuel de médiateur » ? De quoi s’agit-il ?

  2. Grassaud Says:

    On oublie souvent quand on aborde la modalité pédagogique de « l’alternance », que celle ci repose sur des contrats de travail.Que ce soit le contrat d’apprentissage ou le contrat de professionnalisation, l’un comme l’autre sont assujettis à une embauche.
    Le public le plus défavorisé est celui qui à le moins de chance de parvenir à se faire embaucher, car il est le plus éloigné des codes et exigences du monde du travail. Une solution pourrait consister à créer une année préparatoire à l’accès au monde du travail et à l’entrée soit en apprentissage soit en professionnalisation.La limite de l’alternance est la nécessaire employabilité minimale des prétendants.Paradoxalement, c’est une année scolaire de préparation qui pourrait aider le plus efficacement les jeunes en difficulté.

  3. Direct Alternance Says:

    Oui vous avez raison, nous partageons votre opinion sur ce sujet

Leave a Reply