Contrats d’apprentissage : un recul de 8,14 % sur 2013

Selon les derniers chiffres publiés par la DARES, une quasi stabilité du nombre de contrats d’apprentissage signés en décembre 2013, soit 25 421, alors qu’en décembre 2012, il y avait 25 261,  conduit à une baisse de 8,14 % sur l’année

273 094 contrats ont été signés en 2013, soit 24 201 de moins que l’an dernier. Si on y ajoute (voir Contrats de professionnalisation pour les jeunes : baisse de 5,7 % en 2013) le recul de 7 098 contrats de professionnalisation pour les jeunes, nous en sommes à un recul significatif, de 31 299 contrats en alternance signés par des jeunes pour l’ensemble de l’année 2013

Si le contexte économique explique pour une large part cette évolution négative, il n’est pas possible de ne pas s’interroger sur la responsabilité des employeurs, qui plébicitent l’alternance dans les discours mais ont une forte tendance à faire des candidats à une formation en alternance les premières victimes de la situation en réduisant sensiblement les opportunités qui leur sont proposées

Les données régionales mettent en évidence des évolutions très différentes. Si on met à part la Martinique où une baisse de 76,4 % conduit à une interrogation sur la fiabilité des chiffres, les baisses les plus fortes sont en Limousin -28,51 %, , Bretagne -16,08 % , Alsace -15,06 % et Poitou Charentes -14,95 %, les hausses existent en Guadeloupe + 44,55 %  et en Lorraine + 6,85 %, et une quasi stabilité en Auvergne, Midi Pyrénées et Nord Pas de Calais, ce sur quoi nous devrions avoir l’occasion de revenir, tant ces chiffres sont en décalage avec les politiques volontaristes de développement de l’apprentissage conduites par certaines régions où les effectifs baissent fortement

AJOUT

Dans Les Echos du 29 janvier, Derek Perrotte publie les mêmes chiffres avec les explications suivantes

« Plusieurs facteurs expliquent cette annus horribilis. La conjoncture, pour commencer. « Ces contrats sont signés surtout dans les TPE et les PME. Or après avoir fait des efforts en 2012, dans l’espoir d’une reprise, elles sont retombées depuis , faute de visibilité, dans un grand attentisme », explique Jean-Michel Pottier, de la CGPME.

La concurrence, ensuite, des emplois d’avenir, moins coûteux pour les entreprises. « Le gouvernement les a érigés en priorité absolue. Il fallait faire du chiffre et vite. Résultat, les missions locales se sont concentrés dessus, en dirigeant un maximum de jeunes vers ces dispositifs et en délaissant totalement la promotion de l’alternance »,confie un dirigeant syndical.

Dernier élément explicatif : le fort coup de rabot annoncé cet été, dans le cadre de la modernisation de l’action publique (MAP), sur les aides publiques à l’embauche d’apprentis, réduites depuis ce 1erjanvier de 550 millions, pour retomber à 2,3 milliards d’euros (-20 %). Michel Sapin a garanti que les aides seraient maintenues toute la première année des contrats signés en 2013, mais des employeurs potentiels ont pu être refroidis par le surcoût à venir sur les deuxième et troisième années des contrats. « Ceux qui hésitaient encore à prendre des jeunes n’ont plus hésité longtemps ! »,estime Jean-Michel Pottier.

Depuis cet été, la CGPME et les chambres de commerce et d’industrie, alertent sur le recul de l’apprentissage qui découlera selon elles de ces coupes budgétaires. Mais Bercy est resté inflexible car le budget de l’emploi est déjà celui qui augmente le plus cette année, sous le poids des contrats aidés notamment. Au risque, donc, que le reflux entamé en 2013 se poursuive cette année et que l’objectif maintes fois affiché de passer de 435.000 jeunes en alternance à l’heure actuelle à 500.000 en 2017 ne subisse le même sort que celui d’inverser la courbe du chômage en 2013. »

Dans ces explications, nous partageons ce qui concerne la conjoncture, mais relativisons ce qui concerne la concurrence des emplois d’avenir, qui ont, toutes comptes faits, eu relativement peu d’impact sur le secteur privé, et le rôle des Missions locales qui par histoire orientent relativement pau verrs l’apprentissage

Quant à l’impact, pour une large part psychologique, de l’annonce de la suppression des primes , nous avions dès le moi de juillet mis l’accent sur le risque qu’elle induisait dans un contexte économique difficile (voir Apprentissage : une annonce de suppression des primes inapplicable, incohérente et inopportune)

Partagez ce billet !

Tags: , , , , , , , , ,

7 Responses to “Contrats d’apprentissage : un recul de 8,14 % sur 2013”

  1. rbeaune Says:

    et c’est une analyse quantitative brute qui ne porte que sur des contrats (un jeune signe 10 contrats et en rompt 9, l’apprentissage se développe ?) et ne permet pas d’affiner par niveau et secteur…

    A quand un véritable observatoire de l’apprentissage ???

  2. Histoires d'universités » Blog Archive » Alsace. Les apprentis dans le SUP Says:

    […] EducPros de Michel Abhervé. Contrats d’apprentissage : un recul de 8,14% sur 2013 (chiffres publiés par la DARES), 273.094 contrats ont été signés en 2013, soit 24.201 de moins […]

  3. Le Blog de Michel ABHERVE» Blog Archive » Ce ne sont pas les emplois d’avenir qui sont la cause de la baisse de l’apprentissage Says:

    […] des chiffres, sait que le nombre de contrats a baissé de 8 % cette année (voir Contrats d’apprentissage : un recul de 8,14 % sur 2013) ce qui conduit à regretter la difficulté de ce gouvernement, comme du précédent, à accepter […]

  4. Michel Abhervé » Blog Archive » Les immuables Rencontres Sénatoriales de l'Apprentissage Says:

    […] La réalité est moins séduisante : selon les chiffres officiels du Ministère du Travail, le nombre de contrats enregistréss par les Chambres des métiers qui avait baissé légèrement de 2% entre 2011 et 2012 voit pour les onze premiers mois de 2013 une baisse beaucoup plus forte, approchant les 12 %, soit une baisse encore plus forte que l’ensemble de l’apprentissage (voir Contrats d’apprentissage : un recul de 8,14 % sur 2013) […]

  5. Michel Abhervé » Blog Archive » Encore 19 % de baisse des contrats d'apprentissage enregistrés en Janvier 2014 Says:

    […] Comme chaque mois la DARES publie le nombre de contrats d’apprentissage. Cette parution, plus tardive que d’habitude, confirme la tendance à la baisse des chiffres de l’année 2013  (voir Contrats d’apprentissage : un recul de 8,14 % sur 2013) […]

  6. Alsace. Les apprentis dans le SUP | Histoires d'universités Says:

    […] EducPros de Michel Abhervé. Contrats d’apprentissage : un recul de 8,14% sur 2013 (chiffres publiés par la DARES), 273.094 contrats ont été signés en 2013, soit 24.201 de moins […]

  7. Michel Abhervé » Blog Archive Says:

    […] de contrats signés, soit 8 % , ce que nous avions pu constater dès le 28 janvier 2013 (voir Contrats d’apprentissage : un recul de 8,14 % sur 2013). La baisse touchant tous les niveaux et tous les secteurs, y compris ceux qui sont moins sensibles […]

Leave a Reply