L’ESSEC m’interviewe

L’ESSEC tient un site consacré à l’apprentisssage. Son responsable, Jean Saavedra, m’a fait l’honneur de m’interviewer. Je retranscris ici le début de cet entretien, espérant que cela donnera envie de poursuivre la lecture sur le site où elle est disponible.

Vous tenez deux blogs particulièrement vifs et réactifs sur diverses questions sociales, et vous y faites actuellement des propositions pour les ateliers de l’alternance. Pourriez-vous tout d’abord rappeler votre trajectoire ?

Je suis géographe de formation. Il y a déjà bien longtemps, à Vincennes qui allait devenir Paris VIII, j’avais commencé avec Yves Lacoste une thèse de 3ème cycle sur les rapports de forces dans les territoires. La vie a voulu que je n’aille pas au bout de ce cursus et que j’oriente ma vie professionnelle vers l’économie sociale, plus précisément vers une structure d’éducation populaire et d’insertion.

Progressivement, j’ai pris en parallèle des engagements politiques dans ma ville d’Evry et au Conseil régional d’Ile-de-France, dans l’opposition entre 1986 et 1992, dans la majorité entre 1998 et 2004. J’y ai alors présidé la Commission Formation professionnelle et apprentissage, ainsi que la structure d’information sur la formation professionnelle, le CARIF. Je siégeais également au Comité de coordination sur les questions de formation professionnelle et d’apprentissage, et j’ai représenté l’ensemble des Régions lors de la mise en place du Répertoire National de Certification Professionnelle. Je suis donc un des rares politiques à m’être intéressé à ces dispositifs complexes, territorialement peu rentables et où l’on n’inaugure guère.

En 2004, à la fin de mes mandats, j’ai eu l’opportunité de devenir Professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée, dans une licence et un master d’économie sociale où je réinvestis, de façon nouvelle, à des fins de transmission, ce que j’ai appris dans ma vie professionnelle et dans ma vie d’élu.

La suite sur http://www.essec-apprentissage.fr/accueil (rubrique Chroniques)