Open up the Edfuture

2025 : le Big One de l’éducation ?

Depuis une cinquantaine d’années, un mécanisme de tectonique des plaques est en cours dans l’éducation comme dans toutes les dimensions de la société, par frottement de deux systèmes. Les modernistes résistent (matérialisme, progressisme, individualisme) alors que l’ère de la « postmodernité » (M. Halevy, 2013 ; M. Maffesoli, 2012) s’installe proposant une nouvelle société et avec elle, de nouveaux codes (tribalisme, nomadisme, hédonisme).

On ressent inévitablement et de manière croissante, de fortes secousses dans le milieu de l’éducation et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. La digitalisation des pratiques, l’arrivée des nouveaux acteurs de l’Edtech, l’intelligence artificielle et le data-isme associé, la financiarisation de nos écoles, constituent autant de signaux faibles ; mais sont-ils pour autant annonciateurs d’une rupture de la faille ?

Oui, sans aucun doute ! L’épicentre de ces mutations se situe dans la Silicon Valley, comme le fameux Big One tant redouté, et nous risquons d’en ressentir les secousses à travers le monde.

A quelle époque cette nouvelle rupture sociétale pourrait-elle se produire ? En 2025 ? Un chambardement d’une telle puissance, inédit depuis le début de la Renaissance, serait renforcé par un « tsunami numérique » (E.Davidenkoff, 2014) amplificateur du phénomène.

Mais ce basculement serait libérateur d’énergies !

Parce qu’il ne faut pas forcément craindre le tremblement de terre en lui-même. On le sait en effet, le risque dépend certes de l’aléa mais aussi de la vulnérabilité. On peut donc réduire le risque, d’une part, en se préparant à l’événement, grâce par exemple à un suivi des signaux faibles annonciateurs, et d’autre part, en réduisant ses propres fragilités.

Nous devons donc changer de prisme par le déploiement d’actions collectives via des stratégies d’alliances entre acteurs historiquement concurrents, la mise en commun de moyens, la protection de l’accès à nos datas, et le privilège donné aux partenariats avec des acteurs français de l’Edtech. Mais également via des actions propres à chaque école en renforçant nos singularités, nos ambitions pédagogiques, nos innovations, la richesse de nos réseaux d’alumni et l’utilisation de nos campus comme de véritables lieux de vie d’apprentissage communautaire.

A travers ce blog, je souhaite mettre en exergue ces mutations, interroger et débattre avec la communauté des acteurs de l’ESR, analyser les secousses et les nouvelles tendances et observer le comportement des institutions.

En bref, être conscient de la chance que l’on a d’être un acteur de l’éducation dans une période charnière de l’évolution de notre société !

Commentaires (3)

  1. Romain

    Prêt à suivre ce blog avec appétit et curiosité !

    Répondre
    1. Nathalie Hector (Auteur de l'article)

      merci beaucoup et donc à très bientôt
      Nathalie

      Répondre
  2. Pingback: 2025 : le Big One de l’éducation ? - Managexam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>