Transformer l'école dans un monde digital

Une application chez Carrefour de l’expérience apprenante inspirée du CHU

L’apprentissage par projet, mêlant encadrement académique et professionnel dans un contexte « proche du réel », est une méthodologie pédagogique très souvent mise en avant. Récemment, une trentaine d’étudiants de l’ESSEC ont planché pendant une semaine sur deux problématiques définies par Carrefour. Retour d’expérience.

Une expérience d’apprentissage par projet 

Le principe est d’allier plus naturellement théorie et pratique en se confrontant à des cas réels d’entreprises. Les étudiants mettent en pratique dans un cadre professionnel les concepts et méthodes étudiés auparavant. Ils sont encadrés par des experts métiers et une équipe académique, et travaillent en équipe sur un sujet innovant tout au long de la semaine. C’est le principe de l’expérience apprenante inspirée du CHU décrite ici.

Pour cette semaine, Carrefour et l’équipe académique de la chaire Accenture Strategic Business Analytics de l’ESSEC avaient identifié deux problématiques « data » qui interrogent actuellement la grande distribution. La première concernant la perte des clients ayant déménagé, en insistant sur le manque de prédiction de ce changement de vie. La seconde ayant trait à l’optimisation de l’expérience client en hypermarché. Ce dernier cas étant au cœur de la stratégie de Carrefour étant donné le recul de la fréquentation des hypermarchés et la concurrence toujours plus accrue de Pure Player de l’e-commerce tels que le géant Amazon. Cette problématique a d’ailleurs fait l’objet d’un autre article (disponible ici) aussi co-rédigé avec une étudiante. 

En amont de la semaine, nous (les équipes de l’ESSEC et de Carrefour) avions préparé ce qui était nécessaire afin que les étudiants puisse travailler dès le lundi matin. Les bases de données avaient été identifiées et préparées. Des comptes sur le service « Cloud » de Carrefour avaient été créés. Nous avions organisé le tout selon une convention de stage d’une semaine afin que chaque étudiant soit bien encadré, aussi sur la question de la confidentialité des données.

Une dynamique rythmée pour un impact accru

La semaine a débuté le lundi matin dans les locaux de Rue du Commerce, appartenant au groupe Carrefour. La matinée a été consacrée à une présentation des deux cas proposés par Carrefour et de leurs contextes, en insistant sur leurs caractères réel et urgent. Après avoir choisi un des deux cas, les étudiants se sont réunis en groupe de cinq afin d’explorer les données accessibles, pour y déceler risques et opportunités, et de définir leur stratégie pour les jours suivant. Au vu du temps imparti, il est indispensable que les étudiants soient immédiatement réactifs et établissent dès le premier jour leur plan d’action. 

Tout au long de la semaine, plusieurs temps de présentation sont venus rythmés les journées du concours. Entre deux périodes consacrées aux travaux de groupe, différents membres de Carrefour sont venus présenter aux étudiants des éléments venant nourrir leurs réflexions et leurs travaux. Ces présentations ont couvert des sujets variés allant de l’acquisition des données à la stratégie digitale jusqu’aux avancées technologiques en cours et à venir. Cela, a permis aux étudiants de mieux comprendre l’identité du groupe mais aussi son positionnement dans un contexte concurrentiel complexe. 

En outre, chaque jour, les étudiants ont fait un point avec l’équipe académique. Et un rendu intermédiaire a aussi été évalué plus formellement en milieu de semaine (le mercredi après-midi). Ces étapes de critiques constructives régulières permettant une approche itérative mais efficace. L’idée n’est pas de fournir aux étudiants une solution clé en main ou des recettes toutes faites mais plutôt de pointer les incohérences de leur raisonnement ou encore ses risques afin que, d’eux-mêmes, ils redressent la barre. Dans ce contexte, le rôle des experts est crucial afin de guider les étudiants sans pour autant brider leur créativité et leur esprit d’innovation. 

Enfin, le vendredi après-midi a été consacré aux présentations finales devant l’ensemble des participants ainsi qu’un jury composés de différents membres du top management de Carrefour et Rue du Commerce. A la suite des présentations de dix minutes et des questions / réponses de cinq minutes des différents groupes, le jury a délibéré et a annoncé le groupe vainqueur pour chacun des deux cas ainsi que le groupe lauréat du concours. 

Des retours positifs de la part des étudiants, de l’équipe académique et de Carrefour

Le retour d’expérience des étudiants a été très positif : à la fois sur l’aspect académique mais aussi en terme de mise en relation avec des professionnels. Les étudiants ont apprécié de pouvoir appliquer ce qu’ils ont appris dans le cadre de la chaire sur un cas réel et « chaud ». Cela leur a aussi permis de découvrir le métier de data analyst, en se confrontant aux mêmes problématiques que celles auxquelles ils seront confrontés dans le futur et en échangeant, tout au long de la semaine, avec les équipes data de Carrefour. Enfin, le rythme du projet, une semaine en temps plein, leur a permis de se consacrer à 100% sur leur travail dans un temps limité. Ainsi, même s’ils ont dû plus travailler que dans une semaine intensive classique, les étudiants finissant parfois très tard, ils ont plébiscité le format de ce projet. 

L’entreprise elle aussi a bénéficié de cette expérience. En effet, à la fin du concours, Carrefour a convié le groupe gagnant à participer au « Junior Innovation Day »,  un concours d’innovation étudiants organisé par le groupe. En outre, tout au long de la semaine, les membres de Carrefour ont eu l’opportunité de présenter l’entreprise et leur métier et d’échanger avec de potentielles futures recrues. Le groupe a pu jauger les capacités et les attentes des étudiants d’aujourd’hui.

Enfin, pour l’école aussi, cette expérience a été bénéfique. En effet, grâce à ce type de projet d’expérience apprenante inspiré du CHU, l’école se transforme en plateforme. Elle se place au coeur d’un écosystème d’apprentissage en facilitant les échanges entre étudiants et entreprises et en abolissant les frontières entre théorie, pratique et recherche. Les étudiants apprennent, les professeurs ont des exemples concrets à montrer en cours, et les entreprises bénéficient des idées et de la créativité de cette démarche innovante.

 

Cet article a été co-rédigé avec Anne Caroline Gallimard, étudiante de la chaire Strategic Business Analytics.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>