CPGE. Une efficience moyenne

La classe préparatoire aux grandes écoles est a priori “LA” filière d’excellence parce elle est “LA” filière  sélective : elle opère en effet une triple sélection, une sélection scolaire (elle recrute les meilleurs bacheliers), sociale (elle recrute peu de bacheliers issus des classes populaires), géographique (26% des lycées avec CPGE sont localisés à Paris ou en Ile-de-France). Lire la première chronique de ce blog sur les CPGE.

L’efficacité des CPGE ne peut être qualifiée d’excellente. Certes, elles conduisent une majorité de leurs élèves aux grandes écoles (c’est le cas pour les CPGE scientifiques, économique et commerciales, c’est très loin d’être le cas pour les prépas littéraires), mais elles n’y conduisent pas la totalité. Il ne semble pas que ce soit dû à un manque de places dans ces écoles, sauf peut-être pour les prépas littéraires. On pourrait bien sûr dire que la vocation des CPGE n’est pas de conduire tous leurs élèves vers les grandes écoles, mais alors il serait logique d’en changer la dénomination. Lire la deuxième chronique de ce blog sur les CPGE.

Cette troisième et dernière chronique analyse l’efficience des CPGE (efficience = rapport entre les ressources consommées et les résultats). Elle peut être qualifiée de fort moyenne, en ce sens que c’est une filière fort coûteuse, trop coûteuse par rapport aux résultats atteints : la majorité des élèves intègrent une grande école, mais la moitié seulement l’intègre en deux ans (50% d’accès en 2 ans pour les élèves des classes scientifiques, 61% pour ceux des classes économiques et commerciales, 14% pour ceux des classes littéraires). Les élèves qui intègrent en 3 ans entraînent une année de dépense supplémentaire.

Les ressources mobilisées par les CPGE sont de trois types. 1. Les moyens financiers affectés par la puissance publique 2. Ceux assumés par les familles. 3. Le surinvestissement en temps requis des élèves. Lire la suite…

Tags: , ,

Article du on Mercredi, janvier 27th, 2010 at 17:18 dans la rubrique A. Débattre. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

3 commentaires “CPGE. Une efficience moyenne”

  1. Jean-Pierre Nioche dit:

    Il est très difficile de porter un jugement sur l’efficience sans avoir de critère de mesure du résultat.
    Le rapport suivant proposait une méthode : « Efficience de l’enseignement supérieur
    dans la production des élites-
    Le cas des classes préparatoires scientifiques
    aux grandes écoles », Cahiers de l’IREDU n°67, 2004
    Une autre tentative a consisté à comparer l’efficience des universités avec celle des grandes écoles. Des économistes de l’IREDU avaient fait cela il y une douzaine d’années en prenant un critère de résultat simple : l’obtention d’un diplôme équivalent à bac+5. Ils calculaient le coût total de la scolarité de l’étudiant dans les deux filières, du bac jusqu’au diplôme. Le résultat était que le diplômé de l’université coûtait plus cher que le diplômé de grande école. La raison en était la faible efficacité des universités (beaucoup d’échecs, de changement d’orientations, d’abandons, etc.), qui faisait plus que compenser les faibles coûts. Ce résultat a beaucoup dérangé à l’époque. D’autant que l’IREDU est un labo de recherche CNRS/Université de Dijon, peut suspect de complaisance envers les grandes écoles.
    Je vais essayer de retrouver la référence de cette recherche, qu’il serait intéressant de mettre à jour.

  2. Jean-Pierre Nioche dit:

    pardon pour le « peu » avec un « t ».

  3. pdubois dit:

    Merci, Jean-Pierre Nioche. Totalement d’accord avec vous pour prendre en compte et comparer les coûts des trajectoires complètes. L’IREDU est sérieux et n’a certainement pas écrit n’importe quoi. Je suis preneur de l’information si vous repérez le document en ligne.

    L’efficience de l’université et de chacune des universités est particulièrement faible dans le cycle « Licence ». C’est pour cela que le projet de ce blog est la création d’instituts d’enseignement supérieur !

Laisser un commentaire