Le rendement des diplômes du Sup

Etude de Pierre Courtioux (EDHEC), L’effet du système socio-fiscal sur les rendements privés de l’enseignement supérieur. Une analyse par microsimulation (EDHEC, janvier 2010) : cliquer ici. Intéressé par les indicateurs de performance (lire les 6 chroniques de ce blog sur « Financer selon la performance« ), je suis toujours surpris, amusé mais en définitive énervé par les résultats des recherches économétriques fort (trop ?) sophistiquées.

Le sujet est toujours alléchant. La question posée ici est : les jeunes qui poursuivent des études supérieures, plus ou moins longtemps, gagnent-ils davantage, en cumulé sur l’ensemble de leur vie active ou dans la 1ère partie de celle-ci et compte-tenu du système socio-fiscal, que les individus qui ne poursuivent pas d’études supérieures ou qui s’arrêtent après un premier diplôme ?

La question est importante et les individus attendent de la réponse que l’étude va leur fournir qu’elle éclaire leurs choix individuels rationnels. Le problème est toujours : soit la réponse est évidente (la montagne de recherche accouche d’une souris), soit elle n’est pas rigoureuse (quand trop de variables potentiellement explicatives sont exclues du modèle parce que les données empiriques ne sont pas disponibles), soit enfin elle n’a aucune utilité pratique. La recherche de Pierre Courtioux n’échappe pas à ces 3 critiques.

Suivons pas à pas la démarche. Qui est concerné par la recherche ? La génération née en 1970. A quelle date celle-ci est-elle étudiée ? En 2003-2005 (données des enquêtes Emploi de l’INSEE, plus de 100.000 observations) ; les individus pris en compte ont donc apparemment 35 ans, ont accompli une première partie de leur vie active. Mais attention, il ne s’agit pas d’un suivi de cohorte qui indiquerait l’évolution du salaire, en fonction du diplôme obtenu, entre l’entrée dans la vie active à 25 ans (par exemple) et 35 ans. Les salaires à 25 ans sont en fait ceux observés en 2003-2005 des jeunes de 25 ans figurant dans les enquêtes Emploi de la période ! L’hypothèse est donc que le niveau de salaire et la structure des salaires à 25 ans constatés en 2003-2005 sont les mêmes que ceux observés dix ans plus tôt !

Les individus, supports de la recherche, ont « 35 » ans, mais celle-ci va quand même prendre en compte l’effet atténuateur du système de retraite sur les écarts de revenus acquis au cours de la vie active et produits en principe par les différences de diplôme ! Autres effets atténuateurs des écarts, effets faibles à vrai dire : l’impôt progressif sur le revenu, l’indemnisation chômage (limitée en fait à l’ARE, aide au retour à l’emploi !).

Venons-en aux comportements individuels rationnels, aux coûts appelés d’opportunité. Un exemple de coût d’opportunité : « pendant que je poursuis des études, je ne gagne pas de salaire » ; « si je fais cinq ans d’études plutôt que deux, c’est pendant 3 ans que je ne gagne pas de salaire » ; « si je mets quatre ans pour obtenir un diplôme de bac+2, je n’ai pas gagné de salaire pendant deux ans de trop ». La recherche de Pierre Courtioux prend donc en compte l’âge réel d’entrée sur le marché du travail pour chacun des niveaux de diplôme. Mesure-t-elle en parallèle l’impact du coût des études, coût qui s’ajoute aux pertes de salaires ? Pas vraiment car elle exclut le coût des droits d’inscription ! Dans l’enseignement supérieur privé, ces droits ne sont pourtant pas négligeables ! Les différences de carrières salariales entre hommes et femmes sont évacuées au détour d’une phrase !

Résultats de l’étude selon son auteur : « le rendement économique des études n’est pas croissant avec le nombre d’années de ce cursus et suit plutôt une courbe en U (meilleur rendement pour les bac+2 et pour les bac+5, i.e. pour les diplômes professionnels). Près d’un diplômé sur quatre au niveau Bac+2 et Bac+3 des filières universitaires (DEUG et licence générale) ne retire pas de profit direct de ses études supérieures ». Quelles sont les caractéristiques de ces 25% ? On ne sait pas.

Enfin, « l’analyse confirme la pertinence de la réflexion menée à l’EDHEC sur les moyens les plus équitables de financer le développement de l’enseignement supérieur« . A savoir ? Les carrières salariales dépendent en partie du niveau de diplôme et de la pression socio-fiscale, mais pas seulement. Trop d’éléments du contexte ne sont pas pris en compte : le contexte d’un chômage plus ou moins fort selon les périodes, les réformes des études et de leurs conditions (la licence professionnelle, le LMD, le plan « licence »), la croissance du nombre de diplômés du supérieur. Bref, les études économétriques sont prises à leur propre piège : elles veulent mesurer rigoureusement l’impact de tel ou tel facteur mais ne pouvant jamais, faute de données, prendre en compte tous les facteurs, elles échouent à démontrer l’impact réel des seuls facteurs retenus.

Entre l’étude de Pierre Courtioux et celle menée par le CEREQ, j’estime qu’il n’y a pas photo. Il faut se donner les moyens de suivre, pas à pas, des cohortes d’entrants sur le marché du travail. Lire le Bref Cereq : « Les sept premières années de vie active de la Génération 1998. Entre insertion et débuts de carrière » (cliquer ici). Espérons que le CEREQ poursuivra ce type d’analyse (chronique : « Wacheux au CEREQ« ).

Tags: , , , , ,

Article du on Lundi, mars 15th, 2010 at 20:51 dans la rubrique A. Débattre. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

2 commentaires “Le rendement des diplômes du Sup”

  1. Pierre Courtioux dit:

    Bonjour,

    Voici quelques éléments pour éclairer les personnes qui comme vous prendront le temps de lire cette étude :

    -Il ne s’agit pas d’une étude sur les choix individuels (d’un point de vue « technique » ces derniers ne sont pas modélisés, ni estimés), mais plutôt d’une projection socio-démographique. L’enjeu de cette étude n’est donc pas « d’éclairer les choix individuels rationnels », mais plutôt d’éclairer le décideur public, sur la base de ce que nous disent les enquêtes disponibles sur le devenir des individus. D’un point de vue « technique » cette étude n’utilise pas les enquêtes du Cereq, car, dans ces dernières, la fenêtre d’observation de la carrière est trop courte…

    -Il s’agit d’une simulation des cycles de vie et de leur diversité. L’objectif est donc de prendre en compte dans l’analyse un certain nombre de variables qui ne sont pas présentes dans les enquêtes du Cereq. De ce point de vue, cette étude est plutôt un complément des travaux du Cereq.

    -La notion que les économistes appellent « coût d’opportunité » est une mesure (financière) de l’investissement de l’étudiant. Cet investissement est beaucoup plus important que les droits d’inscription qui en comparaison apparaissent de fait « négligeables » (pour la plupart des cursus).

    -Les conclusions de cette étude peuvent être mises en lien avec le niveau de dépense publique par tête d’étudiant selon le cursus : les cursus les plus rentables ont bénéficié d’un investissement complémentaire très important de la part de l’Etat. C’est le sens dans lequel le pôle économie de l’EDHEC réfléchit à un mode de financement équitable de l’enseignement supérieur. Bien évidemment, ceci n’épuise pas le regard que l’on peut porter sur l’équité.
    Comme vous, je pense qu’il y a beaucoup d’autres éléments à prendre en compte pour éclairer les décisions publiques (et celles des étudiants).

    En tout cas, merci de votre lecture.
    Pierre Courtioux

  2. PR27 dit:

    L’étude est intéressante !

    Une question que je me pose immédiatement (avant la lecture) est la suivante : y a t-il intention de convaincre qu’il faut augmenter les droits d’inscription, invoquant un motif de justice sociale ? Les mêmes professent-ils une augmentation de l’impôt sur le revenu et une augmentation de sa progressivité ?

    L’étude scientifique réalisée ces temps-ci en Angleterre, qui doit faire le bilan et des recommandations sur les frais d’inscription, est gardée au tiroir jusqu’aux élections. Il est en effet établi qu’elle peut les faire basculer… la question étant technique, mais surtout, surtout, un problème politique (qu’on peut tenter de déguiser en problème technique)

    Bien à vous.

Laisser un commentaire