Pécresse : « Rénover la filière STS »

En France, les réformes du système d’éducation sont toujours précédées de rapports produits par des commissions d’experts, pilotées par des personnalités plutôt consensuelles. Mais, évidemment, ces rapports ne sont pas toujours suivis de réformes !

En janvier 2010, deux rapports. Rapport de Jean Sarrazin, recteur chancelier des universités, Eléments de réflexion sur les formations technologiques supérieures courtes et tout particulièrement les sections de techniciens supérieurs (STS), 35 pages, janvier 2010 (cliquer ici). Rapport de Bernard Saint-Girons, délégué interministériel à l’orientation, Rapport annuel d’activité 2009, 73 pages, janvier 2010 (cliquer ici).

Les deux rapports proposent de réformer les sections de techniciens supérieurs (STS) et le diplôme auquel elles préparent, le brevet de technicien supérieur (BTS). Les propositions de Bernard Saint-Girons ont été analysées et largement critiquées dans une chronique de ce blog : « Saint-Girons : « réformer le BTS« . J’écrivais : « le problème est que ce rapport, qui s’attaque avec raison à l’organisation vieillotte du diplôme de BTS, est lui-même atteint de sénilité précoce. Toute réforme des diplômes professionnels du premier cycle de l’enseignement supérieur doit concerner en même temps les DUT et les BTS ; elle doit se faire sur la base de 3 années d’études et non de deux ».

En avril 2010, autre chronique de ce blog « Davantage de bacs pros en STS » (cliquer ici). J’écrivais : « la progression des effectifs en STS, de bacheliers professionnels en particulier, donne un signal intéressant. Pour parvenir à 50% de jeunes diplômés du supérieur dans les nouvelles générations, il faut absolument faire progresser le taux de poursuites d’études des bacheliers professionnels ».

Valérie Pécresse semble décidée à prendre en compte les rapports Sarrazin et Saint-Girons. Elle vient de faire 10 propositions pour rénover la filière STS (en ligne sur le site du MERS). Objectifs : « renforcer le taux de réussite (notamment ceux des bacheliers technologiques et professionnels), l’insertion professionnelle et la poursuite d’études de ceux qui en ont le goût et le potentiel ». Les moyens pour y parvenir : « davantage d’alternance, d’accompagnement personnalisé, de passerelles avec les autres formations, de plates-formes technologiques ».

Ces propositions « ne mangent pas de pain ». Elles se contentent d’énoncer des orientations générales, classiques, peu ou pas critiquables quand on les considère une à une. Peut être dénoncé comme effet d’annonce (Valérie Pécresse est experte en la matière) : la ministre ne mentionne ni réforme de la réglementation, ni calendrier, ni budget. Les 10 propositions ne sont donc pas sérieuses. Analysons seulement trois d’entre elles.

Proposition 1. Développer fortement les voies de l’alternance… dans un contexte de recul du nombre de contrats signés (chronique « L’alternance en recul« ). Les chiffres cités pour les contrats en alternance sont d’ailleurs faux et l’objectif de 20.000 contrats fait sourire quand on sait que 45.000 étudiants en BTS sont en apprentissage ! Moyen pour développer l’alternance : « une nouvelle section de BTS sur deux doit être ouverte en alternance » (on ne sait pas combien de nouvelles STS ouvrent chaque année !). Développer l’alternance est, pour nos gouvernants, une « tarte à la crème » : lire les chroniques « Laurent le Meetic » et « Valérie la poussière« .

Proposition 6. Développer les « plates formes » (sic !) technologiques (PFT). « Elles ont pour vocation de mettre les moyens et les compétences des établissements publics d’enseignement secondaire au service des entreprises et en particulier des PME. Les PFT sont labellisées par le ministère chargé de la recherche après avis d’une commission nationale. A ce jour, 25 structures ont reçu le label PFT »… « Objectif : labelliser 200 nouvelles plates-formes au cours des trois prochaines années ». J’avoue que j’ignorais l’existence de ces PFT ! Des exemples de 4 PFT en Champagne-Ardennes : cliquer ici. Problème : le site semble en déshérence : pas de nouvelle actualité depuis un an. Et une question : « Comment est financée une PFT » ?

Proposition 9. Renforcer le pilotage et la cohérence de la carte des formations. « La loi relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie prévoit, au niveau de chaque région, la conclusion d’un contrat de plan régional de développement des formations professionnelles. Celui-ci déterminera les objectifs communs aux différents acteurs, notamment en termes de filières de formation professionnelle initiale et continue, sur la base des besoins en termes d’emplois et de compétences par bassin d’emploi. Il sera signé par le président du conseil régional, le représentant de l’Etat dans la région et l’autorité académique ».

J’approuve à 100% la nécessité du pilotage et de la cohérence de la carte des formations : STS et IUT se « tirent la bourre » sur le territoire depuis 45 ans ! Les filières se chevauchent et se font une concurrence gaspilleuse des deniers publics. Mais ces contrats constituent un « serpent de mer » ou une « tarte à la crème » : ils sont le fruit de compromis politiques au sein de chaque région, de compromis entre la région et l’Etat. Ils ne peuvent être sérieusement établis selon les besoins d’emplois et de compétences par bassin d’emploi. Les Observatoires régionaux de l’emploi et de la formation (OREF) sont bien incapables de faire de la prospective à ce niveau fin du territoire !

Bref, les propositions de Valérie Pécresse ne sont pas crédibles. Ce sont, comme d’habitude et pire que d’habitude (pas de financement annoncé !), des effets d’annonce. Et pourtant, la réforme des STS et des IUT est nécessaire : il faut les fusionner dans le cadre de la création d’Instituts d’enseignement supérieur (chroniques de ce blog sur les IES). Dans chacun des IES, il y a une filière professionnelle de 3 (et non de 2) ans ; elle conduit à la licence professionnelle, point d’accès au marché du travail. 

Tags: , , , , ,

Article du on Lundi, mai 24th, 2010 at 14:08 dans la rubrique A. Débattre. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Laisser un commentaire