Encore la socio de Strasbourg

L’université de Strasbourg est unique et c’est évidemment un de ses points forts, incontestable et incontesté. Il s’ensuit un site unique (au lieu de 3 auparavant) et efficace, une communication unique (offre d’emploi pour le poste de directeur de la communication), un agenda unique et superbement fait. Bref, un bonheur absolu pour le blogueur que je suis : chaque jour, il se passe quelque chose d’important dans l’université. J’avais repéré les 2ème journées de la Confédération des Jeunes Chercheurs (cliquer ici). Cet après-midi, j’y suis allé faire un reportage et des photos (chronique à venir).

La plupart des colloques sont accueillis par un membre de l’équipe de direction de l’université. Il était logique qu’aujourd’hui ce fut le tour Éric Westhof. Professeur à la Faculté des sciences de la vie, Directeur de l’UPR CNRS « Architecture et Réactivité de l’ARN » (cliquer ici), il est surtout Vice-président en charge de la recherche et de la formation doctorale (à ce titre vice-président du Conseil scientifique) – composition  du CS).

J’aborde Eric Westhof : « la présidence a des doutes sérieux sur la validité des procédures dans le cas de deux comités de sélection en sociologie ; elle a donc annulé les 2 concours. Pouvez-vous m’en dire plus » ? Le vice-président est solidaire de l’équipe présidentielle, il répond « non ». Je poursuis : « le Conseil scientifique a validé les profils de poste et la composition des comités de sélection, je suppose donc que des irrégularités ont été commises par ces Comités ; quelles sont-elles ? ». Pas de réponse, sinon la suivante : « ce n’est pas la première fois que le CA annule des propositions et c’est normal ». Je n’en saurai pas vraiment davantage…

J’essaie alors de conforter l’hypothèse émise dans ma dernière chronique (« Les annulations de Srasbourg« . Je soliloque désormais… mais tout en regardant Eric Westhof du coin de l’oeil pour savoir si « je brûle ». Dans ma dernière chronique, me limitant au poste de professeur, j’ai supposé que « l’irrégularité a été commise en amont du concours, au moment de la définition du profil de poste et de l’annonce publique faite en conseil d’UFR de Sciences sociales : « ce poste sera pour untel ». L’irrégularité condamnable ne se situe-t-elle pas là ? un concours est irrégulier s’il est organisé ad hominem ». Je sens que l’interprétation approche le « tiède »

« Pourquoi le CS puis le CA ont-ils laissé passer ce profil de poste ad hominem et la composition du comité de sélection qui « allait avec » alors que l’université n’avait certainement pas oublié que c’était la 3ème fois que le poste de professeur libéré par Maurice Blanc allait être mis au concours » (concours annulé par le CA la 1ère fois, pas de candidats la 2ème fois) » ? Tiède-tiède !

Mais la « discussion » s’arrête car le vice-président doit accueillir le colloque ; une dernière question courte : « le poste fera-t-il l’objet d’un concours au fil de l’eau » ? « Oui ! ». Tout en écoutant le premier intervenant sur l’évolution des études doctorales dans le monde, j’échaffaude sur les rapports de forces dans l’université et sur la place négligeable qu’y occupe la sociologie. Les « professeurs historiques » du CRESS sont partis en retraite », l’UFR est dirigée par une maître de conférences, idem pour le CRESS et l’autre labo, ex-UMR CNRS, est en restructuration. La sociologie strasbourgeoise est en crise et, fort logiquement, ne fait pas le poids face à des scientifiques. Impardonnable et inadmissible est l’ouverture d’un concours ad hominem.

Impardonnable et agaçante est également l’intervention de Maurice Blanc dans une lettre ouverte au président (chronique : « CA contre Comité de sélection« ). Un professeur en retraite a un seul devoir : ne plus s’occuper de son université, de son UFR, de son labo ; il doit d’ailleurs ne plus y mettre les pieds. On peut aller mettre ses pieds ailleurs : je n’y manque pas… et cela finit quelquefois par en énerver quelques-uns ! Dur, dur d’être « libre » et responsable » ! Et toujours à suivre. : du tiède au chaud voire brûlant ou du tiède au froid ?

Tags: , , ,

Article du on Mercredi, juin 30th, 2010 at 20:32 dans la rubrique A. Débattre, C. Alsace. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Laisser un commentaire