Rencontre Marrelli / Beretz

De notre correspondant à Naples. Massimo Marrelli, 65 ans, nouveau Recteur de l’université de Naples Frédéric IIse rendra la semaine prochaine à Strasbourg. Rettore d’une université de près de 100.000 étudiants, il veut connaître le président de la plus grande université française (plus de 42.000 étudiants) et négocier tout de suite des accords de coopération… Il se rendra également au siège du Parlement européen, pour marquer l’intégration de son université dans l’Europe de la connaissance et de la mobilité.

Mercredi 7 juillet 2010, premiers échanges entre Il Rettore et le Président. Alain : « félicitations pour ton élection ». Massimo : « oh, ce fut une élection facile ! ». Alain : « voilà un premier point commun entre nous : une élection dans un fauteuil ». Massimo : « dis-m’en plus ! ». Alain : « j’ai été élu par 81% des électeurs ». Massimo : « ton adversaire a pris une sacrée claque ! ». Alain : « euh, j’étais seul candidat ! ». Massimo : « non ! un seul candidat ! 81%, c’est presque un score de pays de l’Est ». Alain « d’autres présidents français ont fait encore mieux. Mais tu me disais que ton élection a été facile ! ».

Massimo : « Oui, comme toi, j’ai été élu au 1er tour de scrutin, mais contre deux autres candidats ». Alain : « ça, c’est une vraie élection démocratique ! et ton score ! Massimo : « j’ai été élu par 51% des inscrits et 64% des suffrages exprimés (cliquer ici). C’est moins bien que toi ! Tu as obtenu 81% de suffrages ! Enorme ! Mais combien d’électeurs ont voté pour toi » ?. Alain : « euh, 17. » Massimo : « 17, tu rigoles ? ». Alain : « non, je ne rigole pas ; le corps électoral pour élire le président en France est limité aux membres élus du Conseil d’administration ».

Massimo : « et tu te sens légitime ? ». Alain : « pas de problème, les conseillers qui m’ont élu ont eux-mêmes été élus par leurs pairs ! ». Massimo : « Alain, je ne veux pas te faire de la peine, mais, ayant été élu par 1.150 électeurs, presque tous des professeurs, ça a une autre gueule ! ». Alain : « 1.150 à 17. Cela te fait beaucoup de mains à serrer quand tu rencontres tes partisans ! Mais je suis d’accord : il faut revoir le mode de scrutin et le corps électoral pour l’élection des présidents français ! ». Photo de Massimo Marrelli sur le site d’AteneaPoli :ici.

Tags: , ,

Article du on Jeudi, juillet 1st, 2010 at 10:26 dans la rubrique C. Alsace, D. Italie. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Un commentaire “Rencontre Marrelli / Beretz”

  1. Universités. Autonomie de gouvernance ! | Histoires d'universités dit:

    […] perte de légitimité (élection par un collège excessivement restreint – lire “Rencontre Marrelli – Beretz“), fusion de fait entre l’exécutif (le président et son équipe) et le législatif […]

Laisser un commentaire