Soupçon de népotisme

Suite des chroniques sur les propositions de 2 comités de sélection en sociologie annulées par le Conseil d’administration de l’université de Strasbourg : cliquer ici.

J’en étais resté pour ma part à tenter d’imaginer ce que pouvaient être « les doutes sérieux concernant la validité des procédures« , invoqués par la Présidence. Il pouvait y avoir illégalité du concours de professeur si celui-ci était un concours ad hominem, annoncé comme tel dès l’élaboration du profil au sein de l’UFR de Sciences sociales. Mais l’affaire rebondit une nouvelle fois.

En effet, le syndicat Sud éducation de l’université de Strasbourg vient de publier un communiqué intitulé « Annulation de deux concours à l’université de Strasbourg », communiqué relayé par l’Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur (ASES). Sud n’emploie pas la langue de bois. Il soupçonne l’équipe de direction d’avoir annulé les propositions des 2 comités de sélection pour permettre un recrutement qualifiable de népotisme. L’accusation est grave, mais le « méfait » n’a pas encore eu lieu ! Pourvu qu’il ne soit jamais commis !

Communiqué de Sud Education : texte complet. Citations : « Pourquoi l’équipe de la Présidence tient-elle tant à reprofiler ce poste de MCF ? Et quelles sont ses intentions sur le poste de PR ? Son insistance à faire ingérence dans les besoins de l’UFR jette un doute sérieux sur son impartialité. Qui cherche-t-elle à favoriser par ces annulations ? On peut légitimement se poser la question quand on sait qu’une candidate sur le poste de PR possède des liens familiaux avec le Vice Président RH de l’UdS qui a instruit les dossiers. On peut également se poser la question quand on sait que cette candidate ne s’est finalement pas présentée à l’audition à laquelle elle avait été convoquée, se désistant peu de temps avant l’audition : un autre scénario aurait-il été conçu ? Enfin, on peut se poser la question quand on sait que cette candidate connaît fort bien le candidat au poste de MCF qui n’a pas été auditionné et travaille avec lui – il est membre du bureau d’un réseau thématique qu’elle coordonne et il s’est explicitement réclamé de sa proximité avec elle dans la « plainte » qu’il a adressée par mail.

L’UdS est en train d’expérimenter, sous nos yeux, le passage en force de l’équipe de la Présidence dans la gestion des recrutements des UFR. Profitant des compétences que lui procure la LRU, affirmant haut et fort que le CA est souverain et qu’il n’a pas à justifier ses décisions, elle abuse ouvertement de ce pouvoir tout neuf pour organiser des cooptations en faveur des factions les plus influentes. 

L’UdS, qui se veut pionnière en matière de mise en œuvre de la LRU, est en train de prouver que cette loi permet les favoritismes de tous ordres, les réseaux d’influences et les manœuvres officieuses »…

Tags: , ,

Article du on Vendredi, juillet 9th, 2010 at 11:04 dans la rubrique A. S'indigner, C. Alsace. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Laisser un commentaire