Défense des présidents

Patrice Brun, professeur d’histoire ancienne, est président de l’université de Bordeaux 3, Michel de Montaigne (Lettres, Langues, Sciences humaines et sociales : offre de formation). Il a été élu en mars 2009 par 14 voix contre 7. C’est donc un président élu dans le cadre de la loi LRU (élection par les seuls membres élus du conseil d’administration).

Patrice Brun n’est pas un thuriféraire de la loi LRU : profession de foi de candidat à la présidence. Pour lui, la loi LRU existe sur le terrain ; il faut la modifier, mais il ne faut surtout pas revenir à la loi de 1984. Lecteur de ce blog, le président de Bordeaux 3 m’a exprimé son désaccord sur certaines de mes chroniques récentes, concernant en particulier le décret indemnitaire de juin 2010, décret faisant progresser significativement l’indemnité de président (jusqu’à environ 3.000 euros par mois). Chroniques de ce blog : « CPU. Mort annoncée ?« , « Lionel, 210.000 euros par an !« , « Pouvoir de veto du président« , « Qu’est devenu ce président ? « , « Un salaire pour le président PDG ? »

Ce blog est coopératif. J’accueille donc avec plaisir l’analyse de Patrice Brun sur la prime des présidents, sur le devenir post-présidence, sur les comités de sélection, sur le droit de veto, sur la nécessaire modification de la loi LRU. Grand merci, Président, pour cette contribution.

« J’ai pris la décision de répondre sur les sujets qui ont été abordés récemment dans ces colonnes pour dire non pas la vérité (ce qui sous-entendrait hypocritement que je m’opposerais à des mensonges proférés), mais pour donner une vision de l’intérieur sur tout un ensemble de faits qui agitent les bocaux universitaires ». Lire la suite du texte…

Tags: ,

Article du on Dimanche, août 22nd, 2010 at 17:38 dans la rubrique C. Aquitaine. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Un commentaire “Défense des présidents”

  1. Gizmo dit:

    Merci d’avoir accueilli cet excellent texte de Patrice Brun.

Laisser un commentaire