Recrutement 2011 de PRAG / PRCE

A quoi aboutissent deux modes de gestion des ressources humaines, celui des universités autonomes passées aux « responsabilités et compétences élargies » et celui centralisé du ministère de l’Education nationale ? A une situation parfaitement ubuesque. La preuve : la procédure de recrutement des PRAG et des PRCE dans les universités pour l’année 2011 est lancée. On se dit que son calendrier et ses différentes étapes vont forcément coincer ici ou là.

« Publication des emplois d’enseignants du second degré à pourvoir le 1er septembre 2011 dans les établissements d’enseignement supérieur » (BOEN du 18 novembre 2010). Conditions de recevabilité et d’examen des candidatures. Examen des dossiers par les établissements. Information des candidats. Transmission des propositions d’affectation. Affectation sur emplois devenus vacants.

Calendrier : selon les moments, une course de vitesse ou de lenteur, mais toujours une course semée d’obstacles (que de documents à fournir !). Dépôt des candidatures jusqu’au 4 décembre 2010. Examen par les établissements avant le 7 janvier 2011 : évidemment, PRAG et PRCE ne passent pas devant les comités de sélection. Les candidats retenus ont huit jours pour confirmer leur acceptation du poste. Transmission des dossiers complets à la DRH du MEN au plus tard le 26 janvier 2011. Nomination provisoire en juillet. Autorisation donnée par le recteur de l’académie pour l’affectation en détachement dans le supérieur au 1er septembre 2011.

Problèmes. A la date de l’examen des dossiers de candidatures (décembre 2010), les universités 1. ne connaissent pas encore tous les postes susceptibles d’être vacants pour l’année 2011-2012, 2. n’ont évidemment pas décidé ce qu’elles allaient faire des supports budgétaires de ces éventuels postes vacants dans le cadre de leurs responsabilités et compétences élargies ! Appeler à candidature 9 mois avant la prise de poste effective, c’est digne d’une bureaucratie obsolète et non d’une entreprise libre et responsable.

Liste des emplois vacants ou susceptibles de l’être : cliquer ici. Les postes sont rangés par discipline et par université dans chacune des disciplines : 10 postes en allemand, près de 200 en anlglais, une vingtaine en arts appliqués… Les universités publient chacune leurs postes vacants. Exemple à Bordeaux 3 Michel de Montaigne (cliquer ici) : 11 détachements proposés.

Tags: , , ,

Article du on Mardi, novembre 30th, 2010 at 15:09 dans la rubrique C. Aquitaine. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

11 commentaires “Recrutement 2011 de PRAG / PRCE”

  1. Marianne dit:

    D’apres ce que j’ai compris ce qui rend le calendrier ubuesque c’est que « tous les renseignements sur les candidats (auditions et autres) » devront etre pris avant le 7 janvier. En supposant que les auditions aient lieu a la rentree quand selectionne t on les dossiers : à Noel?
    La date limite de candidature etant le 4 decembre, le temps que la poste fasse son travail ca fait une dizaine de jours pour trier sur certains postes 60 dossiers…Si jamais les jurys ont le malheur de vouloir se reunir avant
    Bon courage aux candidats et aux jurys…et joyeuses fetes!

  2. Marianne dit:

    Autre probleme : un candidat pris sur un poste de prag peut etre pris ulterieurement en CPGE ou sur un poste de MCF et ainsi laisser en rade l’établissement qui l’a recruté….
    Le calendrier est donc peut etre effectivement a revoir.

  3. Recrutement 2011 de PRAG / PRCE | Finance Planet dit:

    […] Recrutement 2011 de PRAG / PRCE […]

  4. Marianne dit:

    1) En maths on a environ 50 candidats pour un poste. En anglais je ne sais pas
    2) Ca depend. En IUT non. Il ne faut pas prononcer le mot recherche si on veut pas se faire lyncher. En fac de lettres (pour un prag d’anglais) un poste de prag est un poste de MCF que la fac n’a pas eu. Donc oui pour la these pour un prag d’anglais en fac de lettres. En fac de sciences je ne sais pas
    3) Impossible à savoir. Il n’y a pas que les departs a la retraites qui comptent. Un MCF non publiant est parfois remplace par un prag. Les postes peuvent se perdrent si il y a une chute des effectifs etudiants. Un poste de prag de maths peut se transformer en prag de chimie suivant la politique locale. La tendance est néanmoins a plus de prag car ca coute moins cher et ca enseigne deux fois plus qu un MCF
    4) Apres multiples interrogations aupres de syndicats et autres la reponse est je ne sais pas!
    6) Il n’y a aucune regle pour les recrutement de prag. Un prag de maths en IUT sera recrute par des non matheux. Un prag d’anglais en IUT sera recrute par des scuientifiques ne parllant pas forcément anglais. Un prag de maths dans un departement de maths sera recrite par des matheux en fac. Un prag peut etre recrute avec ou sans audition (uniquement sur cv). Bref tout se fait suivant la politique locale. Il faut rencontrer lles gens et discuter. Les postes peuvent etre plus ouvrets que des postes de MCF
    7)Ca depend. Si on postule en IUT chaque departement recrute ses prag. Les commissions de deux departement differents sont differentes. Sinon, si d’une annee sur l autre il y a les memes personnes dans la commision les gens se souviennent qui postule chaque annee..Donc vaut mieux pas refuser. En regle generale dans une fac litterraire la commision d’un prag d’anglais sera composeee d’angliciste et alle a peu de chance de changer d’une annee sut l autre

  5. Marianne dit:

    En ce qui concerne le nouveau statut des prag, j’aurais moi aussi plein de doléances personelles…Mais ne vous faites aucune illusion, je pense que peu de choses vont changer. Je suis d’accord avec tout ce que vous souhaitez mi-temps etc…Mais les prag sont recrutes pour faire un gros volume d’heures te ce n’est pas rentable de leur autoriser a en faire moins. Donc pessimisme de ma part. Je pense que si on veut faire de la recherche, qu’on veut beneficier de possibilite de mobilite il faut passer MCF meme si (et c’est ce a quoi je suis confrontee) c’est difficile.
    La question de la carriere des prag est une vraie question. Le probleme est qu’a l’universite les gens qui sont decisionnaires sont rarement prag et donc les prag sont mal defendus. En general ils peuvent etre tres minoritaires. Les choses dependent de chaque equipe et il est souvent essentiel d’aller discuter (ou au moisn de poser des questions par tel) a l’equipe par laquelle on souhaiterait etre recruteee
    Pour ce qui est du fait de recruter des gens jeunes les considerations budgetaires n’entreront sans doute pas LRU ou non en ligne de compte. On est recrute par ses collegues qui n’ont en general pas ce genre de contrainte a l’esprit et qui se demandent juste si vous feriez un bon collegue suivant leurs criteres qui sont tres variables suivant les gesn, les lieux et les commissions. Les gens jeunes ont un avantage ils sont tres malleables mais l’experience peut bien se valoriser. Tous les collegues prag que je connais qui ont voulu muter l’ont fait sans aucun probleme.
    Un poste de prag a moins de chance d’etre supprime que le reste s’il y ades gros besoin d’enseignement. Les decisions se prennet au niveau de chaque fac. S’il ya beaucoup a enseigner ont ne supprimera pas de poste de prag. S’il s’agit d’une fac avec un labo de recherche dynamique on ne supprimera pas de poste de MCF. Petite precision quand on est nomme prag on est inamovible. Le poste n’est pas supprime en cours de route (sauf reformes ulterieures…)
    Si c’est en fac de lettres les commisions ont sans doute les memes d une nane sur l’autre. Je ne sais pas. A mon avis (analogue avec lmes potes MCF en maths) on peut se desister avant l’audition sans probleme. Apres on a « pris  » la place de quelqu un d’autre donc je ne sais pas. Mais je ne sais pas si les gens se souviennet d une annee sur l’autre. En recherche tout le monde se connait donc on se souvient. Pour un poste de prag on est assez anonyme. Donc j’aurai tendance a dire que ce n est pas la meme chose

  6. François. dit:

    Bonjour,

    Je me retrouve dans beaucoup des questions posées à propos des postes de PRAG et tout particulièrement dans les remarques, voire inquiétudes, de Carmen.
    Je suis moi-même dans un lycée depuis 15 ans, j’y suis très heureux, j’ai d’excellentes relations avec les élèves, parents et collègues. Bref, tout pour y rester… et pourtant une lassitude s’installe et la réforme du lycée ne me semble pas encline à améliorer les choses dans un avenir proche. Le mode de « gestion » (pardon pour le mot, mais c’est bien de cela qu’il s’agit hélas !) des élèves, l’enthousiasme soudain pour les compétences (qui s’accompagne d’un rejet du contenu) et d’autres points de la réforme du lycée m’ont poussé à déposer ma candidature à un poste de PRAG dans un établissement supérieur dans lequel je donne actuellement des vacations. Mon dossier a été pré sélectionné et je passe une audition la semaine prochaine. Pourtant, je ne sais toujours pas quoi faire si par hasard j’étais classé premier…
    D’autre part, j’ai aussi déposé une candidature pour un poste en CPGE mais sans grand espoir car je n’ai pas de thèse ni appui et je sais qu’il y a pléthore de candidats. Comment faire si je suis classé 1er pour le poste de PRAG et qu’il me faut répondre sous huit jours alors que les résultats des affectations en CPGE ne seront pas encore connus ? Avez-vous quelques conseils à me donner ? Est-ce absurde d’abandonner un poste en lycée lorsqu’on s’y trouve bien ? Est-ce prendre un risque trop grand ? Le statu de PRAG présente-t-il trop d’inconvénients ?
    Par avance merci pour vos conseils et remarques !

  7. pdubois dit:

    Bonjour François. Vous le devinez, je n’ai pas en mains toutes les données qui vous permettraient de faire le meilleur choix. Vous démontrez en tous cas l’absurdité du calendrier 2011 et un manque d’information certain pour les candidats (devoir choisir sous huit jours alors que les affectations en CPGE ne seront pas encore connues !).

    Dans la mesure où la réforme du statut des PRAG et PRCE enseignant dans le supérieur est au point mort, peut-être serait-il sage d’attendre ! Quant au choix entre une affectation en CPGE ou en université, il me semble qu’il n’y a pas photo, en particulier au niveau financier : évidemment la CPGE ! Cordialement. Pierre Dubois

  8. François. dit:

    Bonjour,

    Je vous remercie pour votre réponse. Je vais quand même me rendre à mon audition et je me dis que le destin choisira peut-être pour moi, notamment si je ne suis pas classé premier (ce qui est tout à fait possible !).

    Pour ce qui est d’une affectation en CPGE, elle me semble quasi inaccessible tant les candidats sont nombreux et les postes rares… Mais je sais qu’elle serait financièrement, et sans doute intellectuellement, beaucoup plus motivante.

    Cordialement,

    Franck Bellucci

  9. Amel dit:

    Tout à fait d’accord. J’ai également candidaté sur des postes où on m’a fait comprendre qu’il y avait déjà un pressenti, voire un « cheval gagnant ».

  10. Marianne dit:

    Carmen : desolee que ca n’ait pas marche pour vous. Sinon, comment alourdir le service d’un prag? C’est possible si bien sur, il suffit de considérer qu’il y a des taches administratives « obligatoires » comptés un nombre ridicule d’heures qui viennent remplacer la charge d’enseignement. En IUT ca donne encadrement de stagiaire, confection d’emploi du temps, projet tutore, gestion de formation en alternance ou de formation continue, recolte de la taxe d’apprentissage, pub pour recruter des etudiants de lycee, organisation de forum IUT/entreprise, prospection pour trouver des stages aux etudiants, mise en place de formations diverses (avec montage de la maquette mais aussi recherche de professionels pouvant appuyer le projet+montage du dossier ministeriel)…
    Tout ceci bien sur sous « evalue » en un nombre d’heures ridicule par rapport au temps effectivement passe. C’est magique : on ne prend plus d’administratifs en fac et on les remplace par des prag. Suivant ou vous avez postulé, n’ayez pas trop de regrets.
    Sinon, oui bien sur, il y a plein d’endroits ou il y a un candidat local qui sait qu’il va etre pris. Si vous voulez etre pris, parfois ce qui marche c’est de faire des vactions deux ou trois ans a un endroit et d’attendre qu’il y ait un poste. Ca marche bien en IUT pas toujours ailleurs
    La CPGE en un sens c’est plus clair : on est recrute pour enseigner et pas autre chose!

  11. 2D: Recrutement 2012 des PRAG / PRCE « Le blog du SE-UNSA Paris dit:

    […] situation est encore plus ubuesque que l’an dernier (chronique : “Recrutement 2011 des PRAG / PRCE“). En effet, le calendrier de la publication des postes proposés par les universités a été […]

Laisser un commentaire