Copier / coller sans guillemets (1)

Chronique postérieure sur le cas évoqué : cliquer ici. Un lecteur du blog m’a fait part de ce qu’il a découvert, l’été dernier, dans un livre d’Ali Aït Abdelmalek : des phrases recopiées, sans guillemets, d’un livre d’Edgar Morin. Ce lecteur – il souhaite garder l’anonymat – me demande un avis. « Est-ce un cas de plagiat ? Que peut-on faire ? Le « recopieur » encourt-il des sanctions ? Edgar Morin va-t-il, devrait-il porter plainte » ? Que chacun lise les pages mises en lien ci-dessous et se fasse sa propre idée.

Ali Aït Abdelmalek est professeur de sociologie à l’université de Rennes 2 et vice-président de la 19ème section (sociologie – démographie) du Conseil national des universités. Il a publié, il y a quelques mois, le livre Edgar Morin, sociologue de la complexité, préface d’Edgar Morin, Editions Apogée, 2010.

Le lecteur du blog m’a signalé que les pages 84 à 93 de ce livre étaient essentiellement constituées de citations et de phrases recopiées du livre d’Edgar Morin, La méthode. 5 L’humanité de l’humanité. L’identité humaine. Seuil, 2001. Je publie ces pages avec l’accord de « l’inventeur » de leur découverte.

La page 84 d’AAA comprend 4 citations [encadrées en vert] et 6 copiés-collés sans guillemets [encadrés en rouge] issus des pages 21 à 27 d’EM.

Page 85 : 1 citation et 9 copiés-collés sans guillemets issus des pages 27 à 29 d’EM.

Page 86 : 1 citation et 8 copiés-collés sans guillemets issus des pages 30 à 33 d’EM.

Page 87 : 2 citations et 11 copiés-collés sans guillemets issus des pages 38 à 43 d’EM.

Page 88 : 1 citation et 9 copiés-collés sans guillemets issus des pages 45 et 46 d’EM.

Page 89 : 1 citation et 5 copiés-collés sans guillemets issus des pages 47 à 49 d’EM.

Dans les pages 89 à 93, on note encore 6 citations et 39 copiés collés sans guillemets…

Tags: , , , ,

Article du on Jeudi, décembre 2nd, 2010 at 11:52 dans la rubrique A. S'indigner. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

20 commentaires “Copier / coller sans guillemets (1)”

  1. mado dit:

    Si je compte bien cela fait 11 pages au total recopiées presque « in extenso » à partir de 30 pages ou presque de Morin. Quel est le but de cet exercice littéraire???? Et pourquoi un livre préfacé par E Morin lui même, donc censé l’avoir lu avant sa publication, ne fait il pas mention explicite de ces « copiés collés »??? Mais peut êrte n’a t’il pas eu le temps de tout lire???
    Je reste rêveuse devant tant de libertés prises avec la déontologie, l’éthique et la rigueur scientifique que l’on demande aux étudiants d’avoir et qui manifestement n’est pas de mise içi.
    Si ce n’était pas un livre à visée commerciale(car vendu et rapportant des royalties à son auteur) mais une thèse de doctorant, je suis quasiment sure que si ce procéde avait été découvert au moment de la soutenance de thèse, alors le malheureux doctorant aurait eu probablement les oreilles qui chauffent et très probablement n’aurait pas validé son doctorat.
    Alors encore une fois pourquoi 2 poids 2 mesures???? Le statut de professeur des universités comporte t’il des passe droits implicites??? On dirait bien que oui, à voir ce petit jeu de « remplissage » de pages si facilement « écrites ». Cela ne contribue pas à valoriser la sociologie, c’est bien dommage.
    En tout cas ce manque d’honnéteté intellectuelle est plus que navrante si ce n’est même condamnable. Est ce un plagiat??? Je ne suis pas juriste pour qualifier de tels actes, mais d’autres doivent bien avoir la réponse
    Question: tous les autres bouquins publiés par Ali Aït Abdelemalek,ont ils été écrits de la même façon???
    Ce serait peut êrte intéréssant de le vérifier, car comme tout bon professeur il doit bien faire à ses étudaints la publicité de ses écrits.
    Cela traduit un profond malaise et une dérive individuelle et même collective. A trop laisser faire et passer sous silence de telles pratiques, il ne faut donc pas être étonnés du nivellement par le bas qui s’instaure….

  2. B. C. dit:

    il n’y a pas de guillemets, mais plein de « comme le dit l’auteur », qui, à mon avis, suffisent. En plus, Edgar lui-même donne sa bénédiction. Les oublis fréquents des guillemets me semblent moins grave que la faute de goût : écrire des pages et des pages sur Edgar Morin… Déjà que personne ne lit « la méthode de la méthode », alors la méthode de la méthode de la méthode, sans les guillemets, qui va lire cela, franchement ?

  3. Labbé dit:

    Bonjour
    Je suis Philippe Labbé, directeur de la collection « Les panseurs sociaux » aux éditions Apogée où a été publié l’ouvrage d’Ali Aït Abdelmalek sur Edgar Morin. Egalement sociologue, j’ai publié plusieurs ouvrages dans mon domaine d’investigation, l’insertion des jeunes.
    Concernant ce qui est mis en cause, j’imagine qu’AAA saura apporter une réponse convaincante : Ali, que je connais depuis vingt ans, a toute ma confiance, je sais qu’il n’est ni un tricheur, ni un menteur. Qui plus est, connaissant des étudiants de Rennes 2, je peux témoigner de ses qualités d’enseignant… ce qui n’est pas la moindre des choses à l’heure du « naufrage de l’université » (Michel Freitag, avec guillemets).
    Découvrant cet article hier sur ce blog, j’y ai également lu un commentaire qui mettait en avant que l’ouvrage d’AAA était un hommage à Morin, pas un travail d’épistémologue. Ce commentaire a disparu ce jour.
    Concernant le rôle d’un directeur de collection, je ne le conçois pas comme devant vérifier ligne par ligne si les guillemets ont été ou non mis. J’imagine assez aisément qu’Edgar Morin lui-même, qui a préfacé l’ouvrage, en est médiocrement préoccupé.
    Concernant les « royalties », je voudrais rappeler que, si ceux-ci sont perçus par l’auteur, (ce qui n’est pas toujours le cas : j’ai moi-même renoncé depuis mon premier livre aux droits d’auteur et les ai abandonnés à l’éditeur, pour soutenir la qualité de cet artisan), ils ne représentent que vraiment bien peu de choses. Si les 800 exemplaires sont vendus, ce qui serait une aussi excellente qu’exceptionnelle nouvelle, cela représenterait sur la base de 5% de 18 €… 720 €. Certes, le début de la fortune… mais un aussi petit qu’aléatoire début.
    J’abandonne aux anonymes contributeurs gardiens du temple l’aussi subtil qu’essentiel débat sur les règles de la méthode, variable « avec ou sans guillemets » corrélée à variable « nombre de lignes », et laisse la conclusion à Edgar Morin : « Les autorités (littéraires, scientifiques, politiques) ne se trompent que sur ce qui est fondamental. Elles apprécient correctement tout ce qui est secondaire. » Avec guillemets… mais je ne sais plus où j’ai trouvé cela. Pan sur le bec ?
    Philippe Labbé

  4. Alain Quemin dit:

    Merci au directeur de la collection pour ses précisions. Au moins, maintenant, quand on verra un ouvrage publié aux éditions Apogée, on saura que celles-ci ne voient aucun problème à ce que leurs auteurs pratiquent le plagiat, la contrefaçon ou le copié-collé (quel que soit le nom que l’on mette sur la chose qui a ainsi été publiée) !
    Et quand on en est réduit à justifier le procédé par les grandes qualités d’enseignant (certifiées comment ??? par des on-dits) d’un « auteur » mis en cause, on est vraiment très à court d’arguments en termes déontologiques ! Et que doit-on en conclure ? Que les auteurs (les vrais, ceux qui ne plagient pas et ne recopient pas) sont, quant à eux, de mauvais enseignants ?
    On pourrait espérer que, quand on se fait prendre la main dans le pot de confiture, ceux qui sont responsables, en tant qu' »auteurs » ou que « complices » fassent amende honorable, mais pas du tout ! Là, apparemment, les responsables, à différents degrés, s’entêtent à ne voir aucun problème éthique.
    Et ce genre d’ouvrage recopié chez autrui rejoint ensuite le dossier « scientifique » de celui qui se proclame allègrement auteur. Et qui candidate la tête haute à des promotions et fonctions (dont celles d’évaluation des pairs !).
    Mais circulez, braves gens, puisqu’on vous dit qu’il n’y a rien à voir ! Et si vous n’avez pas trop de scrupules, recopiez sans le mentionner des dizaines de pages (on aimerait savoir combien l’ont été au final car les éléments apportés au débat sont déjà édifiants en soi mais ne permettent pas de connaître l’étendue exacte de la pratique pour ne pas dire de la tricherie) dans les ouvrages d’autrui, vous aurez toujours des collègues et même des directeurs de collection bienveillants à qui cela ne posera aucun problème éthique !!!

    Alain Quemin
    professeur de sociologie
    Université Paris-Est

  5. Baptiste Coulmont » Faire semblant de travailler… dit:

    […] semblant de travailler… Billet publié le 04/12/2010On apprenait récemment sur le blog de Pierre Dubois qu’un livre dont l’auteur est Ali Aït Abdelmalek, professeur de sociologie à […]

  6. Twitter Trackbacks for Copier et coller sans guillemets | Histoires d'universités [educpros.fr] on Topsy.com dit:

    […] Copier et coller sans guillemets | Histoires d’universités blog.educpros.fr/pierredubois/2010/12/02/copier-et-coller-sans-guillemets/ – view page – cached Un lecteur du blog m’a fait part de ce qu’il a découvert dans un livre d’Ali Aït Abdelmalek : des phrases recopiées, sans guillemets, d’un livre Tweets about this link […]

  7. gégé dit:

    Bonjour,
    j’ai une question pour l’auteur du billet :
    avez vous informé l’auteur du livre de la publication de votre billet ou contacté avant de diffuser celui-ci pour lui proposer un droit de réponse?
    Merci

  8. pdubois dit:

    @gégé. La réponse est « oui ».
    Voici le mail que je lui adressé la veille de la publication sur mon blog (copie à 4 spécialistes du plagiat dont Michelle Bergadaà et 4 professeurs de sociologie)

    « Monsieur, je vous annonce que je publierai demain sur mon blog « Histoires d’universités » une chronique vous concernant. Je publierai en effet vos copiés-collés découverts, en juillet dernier, par un lecteur de ce blog. Ils se trouvent dans votre ouvrage « Edgar Morin, sociologue de la complexité »

    Ces copiés-collés sans guillemets concernent les pages 84 à 93 de votre livre et sont reproduits de l’ouvrage d’Edgar Morin « L’identité humaine ». En fichiers joints, la preuve par la page 84 (copiés-collés sans guillemets reproduits des pages 21 à 27 d’Edgar Morin)

    La chronique de demain fait suite à une série de chroniques sur le plagiat. Tag « Plagiat » : http://blog.educpros.fr/pierredubois/tag/plagiat/

    Je suis sûr que vous prendrez la décision de démissionner immédiatement de la vice-présidence de la 19ème section du CNU. Je vous prie, Monsieur, d’agréer l’expression de mes salutations distinguées ».

    Ali Aït Abdelmalek m’a répondu aussitôt (donc avant publication sur mon blog), avec copie aux 8 destinataires initiaux de mon message. Michelle Bergadaà mobilise dans sa lettre 37 une partie de cette réponse.

    « Cher Monsieur,
    Lors de l’écriture du livre sur la pensée complexe de notre collègue
    Edgar Morin, j’avais mis des guillemets partout.. car c’est difficile
    de redire en plus mal ce qui a été très bien écrit et défini, dans une
    présentation d’une théorie… , et l’intéressé lui-même – Edgar Morin
    à qui je transmets votre mail – m’a demandé de les enlever, « si
    j’étais d’accord avec le contenu » de la présentation de la méthode
    complexe.
    il n’y a donc aucun problème… comme vous semblez le signifier.
    Maintenant, pour le CNU19, nous venons de clore un Bureau hier à
    Paris, consacré à la répartition des dossiers mcf et pr pour les
    prochaines qualifications, et je pense qu’on a bien travaillé pour
    clore notre mandat qui se termine en 2011, puisqu’il y aura une
    nouvelle élection. A ce sujet, j’attends les consignes et décisions du
    Snesup.
    Un mot pour finir, que signifie cet acharnement contre moi, à votre
    niveau ? Je ne vous connais pas et me suis contenté de lire vos
    injures et insultes sans jamais réagir. En quoi, ma présence au CNU19
    vous dérange-t-elle ? Elu par 12 voix sur 18 membres du collège PR,
    dans le cadre d’un CNU19 renouvelé au 2/3, je pense avoir la
    légitimité et, de plus, je n’ai rien entendu, de la part des nouveaux
    membres du CNU19 la moindre critique : dans ce cas, pourquoi
    démissionner du poste ? Pour vous faire plaisir…
    Bien cordialement,
    AAA

  9. gégé dit:

    @pdubois : merci pour votre réponse. J’aurai préféré que vous le précisiez d’entrée dans le billet car il est toujours préférable d’avoir l’avis de l’ensemble des protagonistes. Merci d’avoir agit en ce sens.

  10. Sociologie : « Comment en est-on arrivé là ? » | AGORA / sciences sociales dit:

    […] il devient le fait de professeurs des Universités, il y a de quoi s’interroger. La récente mise en évidence d’un tel cas a inspiré à Claude Dubart un texte publié aujourd’hui sur le (bon) blog de Pierre Dubois, […]

  11. D ' ancien-ne-s étudiant-e-s en sociologie de Rennes 2. dit:

    http://www.gangrennes.info/article/1279

    Monsieur Dubois, l’affichage de votre article ou celui de Mr Coulmont dans les couloirs du département de sociologie, se sont avérés impossible (un grand merci pour les vigiles).

    Des ancien-ne-s étudiant-e-s sociologues de Rennes 2.

  12. Tempête dans un verre d’eau… « Philippe Labbe Weblog dit:

    […] plagiat. En fait, sur les 157 pages de Edgar Morin sociologue de la complexité et selon le blog de Pierre Dubois , un autre sociologue, « les pages 84 à 93 de ce livre étaient essentiellement constituées de […]

  13. Sous le pavé, le plagiat ? — pierremerckle.fr dit:

    […] de ce livre consacré à Edgar Morin : il en avait en réalité recopié de longs passages… dans l’œuvre d’Edgar Morin lui-même ! Y a-t-il plagiat quand d’une part on plagie les œuvres qu’on entreprend d’analyser ? […]

  14. Perrault, Jean-Louis dit:

    J’ai parcouru, par hasard,cherchant une adresse de courriel, le débat de ce blog et balayé des yeux l’offensive invraisemblable dont il s’agit.

    Le procès, ici mentionné, est d’une incroyable médiocrité : un ouvrage est entièrement consacré à un intellectuel passionnant, le cite abondamment, en reprend d’importants extraits :en toute connaissance de cause.

    Et, l’on reproche à l’auteur d’emprunter à son modèle plutôt que de le paraphraser.

    En quoi quelqu’un peut-il être assez stupide pour imaginer qu’Edgar Morin ait pu être « pillé » dans une aventure comme celle-là ?

    Il est vrai, en revanche, que le système des blogs exige du matériau pour les nourrir. à l’instar des chaînes télévisuelles, il faut du « matériel » pour remplir le vide.
    Tout cela ressemble tellement à de la délation par des pseudo-justiciers, que cela en prend toute les formes de médiocrité.

  15. Dubois dit:

    @Jean-Louis Perrault. Merci de votre message, cher collègue, maître de conférences. Ce serait gentil de votre part de lire l’ensemble des chroniques sur le plagiat de votre collègue de Rennes 2. Edgar Morin n’est pas le seul auteur plagié.

    Pourquoi recourez-vous à l’injure ? N’avez-vous pas d’autres armes à opposer aux observateurs de plagiats avérés ?

    Quant aux blogs, je vous laisse les mépriser. Je peux évidemment comprendre que vous préfériez publier dans les revues consacrées de votre discipline. Essayez par contre de respecter ceux qui osent s’exprimer, avec une liberté de ton mais aussi avec une grande responsabilité, sur un blog. Avec mes salutations distinguées. Pierre Dubois

  16. Jean-Louis Perrault dit:

    Monsieur,

    Pardonnez mon délai à vous répondre, mais j’ai à faire.

    Vous surinterprétez, en votre faveur, mes propos.

    Ma position est très claire : j’estime que ce genre de questions, avérées ou non, n’a pas à recevoir la publicité d’une diffusion publique générale et ouverte : d’une délation.

    Cela, pour différentes raisons, la première étant que personne n’a sérieusement le temps de faire des enquêtes en réplique, pour charger les délateurs.

    c’est le propre même du « buzz » que de voir des gens disposant du temps nécessaire, fabriquer leurs petites instructions : mais de quel droit, et à quel titre ?

    Cette position appartenait autrefois aux commères ou aux tribunaux d’exception, sur des registres globalement différents.

    En d’autres termes, qui êtes-vous pour établir un tribunal « citoyen » jaugeant les uns ou les autres ? Qui vous donne le droit de vous poser en juge ? C’est ma vraie question …

    Cette délation ressemble à un lynchage bien « people ». Mais,à votre décharge, vous n’êtes pas le seul, dans la poubelle des blogs, à invectiver.

    S’exprimer et juger, ce n’est pas la même chose. Instruire est une tâche délicate et secrète, qui débouche sur la confidentialité du jugement, quand celui-ci est nécessaire.

    N’épiloguons pas, nous n’avons pas les mêmes valeurs, je crois.

    Cordialement vôtre.

    Jean-Louis Perrault

  17. Jean-Louis Perrault dit:

    Cher Collègue, Professeur (sourire),

    Je n’avais pas pris le temps nécessaire pour « instruire » votre identité.

    Je vous remercie d’essayer de faire valoir l’argument d’autorité, il est superbe ! Et, surtout, Il est signifiant !

    Monsieur le Professeur, pardonnez-moi d’avoir offensé votre autorité « naturelle » et prestigieuse.

    Cela n’a l’air de rien, mais ’68 rode encore : c’est grave ! Liberté de ton du blog, certes : mais liberté hiérarchique de ton, non, non, non !

    Ah ! Vous êtes sociologue, et M. ABDELMALEK était membre du CNU section 19 (sociologie, c’est ça ?), je crois.

    Il s’agit donc d’un règlement de comptes interne à la section du CNU, qui ne devrait pas recevoir une telle publicité, si les uns ou les autres aimaient l’Université publique.

    Hasta Luego.

  18. alain quemin dit:

    C’est sans doute un hasard si c’est un collègue rennais qui se manifeste ainsi pour dénoncer … ceux qui dénoncent les plagiaires les plus décomplexés. On connaît l’argument des vertus de la discrétion et même… du silence, il a d’ailleurs été admirablement mis en pratique à Rennes 2, puisque cette université ne s’est pas illustrée par un grand courage dans la lutte contre un cas de collègue plagiaire à répétition. Y a t-il seulement eu une sanction qui aurait été prise ? Non et je serais moi même enseignant chercheur à Rennes, j’en serais honteux.
    Que le collègue rennais se réjouisse de ce silence étourdissant sur un cas dont il aurait apparemment aimé qu’il reste local est une chose, qu’il approuve le traitement extrêmement bienveillant de l’université de Rennes est son droit et qu’il ne se sente pas déshonoré d’appartenir à une université qui possède une commission disciplinaire qui n’a même pas été saisie relève de la même logique, mais qu’il attaque ceux qui ne se satisfont pas des manquements les plus graves – et les plus avérés -à la déontologie est une tout autre chose.
    Désolé, mais à l’heure d’internet, les choses se savent, et on ne peut plus enterrer en toute complaisance les affaires comme celle dont il est question ici.
    Rennes 2 a géré cette pitoyable affaire en toute connaissance de cause, les Rennais peuvent préter à rire auprès de collègues qui se soucient réellement de déontologie, et ce n’est pas en dénonçant les dénonciateurs que Rennes sortira grandie de cette affaire. On attendait une attitude plus digne.
    Adios le djeun ! Et salutaciones a la casa !

  19. Jean-Louis Perrault dit:

    OUPS !
    Décidément, la configuration soupçon-suspicion est le propre de ce charmant endroit. Malheureusement,
    1- je ne suis pas de l’Université de Rennes 2 ;
    2- je ne suis pas sociologue ;
    3 – Rennes, unique objet de votre ressentiment n’a rien à voir dans cette affaire, je pense (mais, je ne suis pas rennais, bien qu’y travaillant) ;
    4- je ne me réjouis de rien, car je ne suis pas allé vérifier si quelqu’un d’autre avait passé des sanctions ;
    5- Je ne me sens vraiment pas déshonoré, mais vraiment pas, savez-vous, par cette affaire, dont seule la forme, ICI, me concerne. Pour l’anecdote, à un officier anglais qui lui objectait « Vous autres les français, vous vous battez pour l’argent, alors que nous autres, nous battons pour l’honneur ». Le (très discutable) Surcouf eut l’esprit de répondre : « Chacun se bat pour ce dont il a le plus besoin ». N’ayant besoin, ni de l’un ni de l’autre, je vous laisserai à votre triste généralisation, aux germes discutables, en soulignant qu’être comique est préférable à « être partout ».
    Dignité, honneur (sourire). Dictionnaire, Messieurs.

  20. Jean-Louis Perrault dit:

    Messieurs,
    Pardonnez-moi de revitaliser cette dent (contre qui ?), mais je pense que vous devriez, si vous me permettez ce conseil, parcourir ce texte :

    http://responsable.unige.ch/Documents/Sciences_ou_Plagiat.pdf

    Par exemple, la page 6 : « Se doter d’un moyen d’arbitrer et de traiter les différents. L’instruction d’un dossier de plagiat appelle une analyse de dépositions contradictoires, l’écoute de toutes les parties prenantes et l’établissement des éléments à charge avant de communiquer les résultats. »

    Protocole qui éviterait l’émergence de « buzz-tribunaux d’exception », dont les juges auto-proclamés ne sortent certainement pas grandis.

    Bonnes vacances.

Laisser un commentaire