Quiz. Devenir des diplômés de « L »

Article 2 du projet de réforme de la licence. « La licence prépare à la fois à l’insertion professionnelle et à la poursuite d’études de son titulaire« . Cette phrase est une énorme tromperie pour les étudiants et les employeurs. Bien sûr, je ne parle pas ici de la licence professionnelle dont l’objectif clair est l’insertion immédiate sur le marché du travail.

Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, les présidents d’université, les syndicats étudiants pourraient-ils répondre précisément aux questions suivantes ? Quel est le devenir des diplômés de licence ? Quelle évolution est observée ? Quelle est, dans chacune des grandes disciplines, la proportion de titulaires d’une licence qui poursuivent immédiatement des études ? Quelle est – à l’inverse – la proportion de diplômés qui entrent directement sur le marché du travail ? Et pour ceux-là : quel est le taux de chômage à 1, 3 et 5 ans ? quelles sont les caractéristiques de l’emploi occupé (catégorie socioprofessionnelle, nature du contrat de travail, salaire mensuel net) ? y a-t-il une relation entre l’emploi occupé et le diplôme ? y a-t-il des différences d’insertion d’une université à l’autre, à diplômes identiques ?

Le lecteur assidu du blog est également invité à répondre ! 

Tags: , ,

Article du on Lundi, juillet 18th, 2011 at 13:47 dans la rubrique G. Divers. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

2 commentaires “Quiz. Devenir des diplômés de « L »”

  1. Marianne dit:

    Hum moi en sciences je parie sur 75% à 80% de poursuites d’études dont 20% dans des ecoles d’inge (en fait la meme proportion qu’en DUT…)
    Sur les autres je parie : abandon, entrée dans le marché du travail (10%) et quelques autres aqui passent des concours administratifs (cadres A ou B). Enfin je parie sur 5% à 10% qui partent à l’étranger
    Je parie plutot pour des gens qui ne restent pas dans leur domaine disciplinaire et qui font plutot de l’info dans des PME ou des banques ou co entree dans l’administration. A mon avis l’entre sur le marche du travail se fait apres galeres, par le systeme D, les relations personnelles et les experiences personelles (type experience a l’etranger)
    Je p^recise que je n’ai jamais enseigne en licence (mais que ce sera le cas l’an, prochain) et que je suis donc interessée par la reponse

  2. Dubois dit:

    Merci, Marianne, pour ce commentaire qui était tout sauf facile à faire ! En fait, bien peu de données précises et récentes existent sur le devenir des diplômés de Licence. Peu de comparaisons historiques.

    1. La poursuite d’études. Indicateur 15 de l’état de l’ESR. 72,4% de poursuites d’études pour les diplômés 2008. Taux très variable d’une discipline à l’autre. Vous avez raison pour les Sciences : un peu plus de 80% de poursuite d’études. Le taux le plus élevé de poursuite d’études est observé en droit et les plus faibles en langues et STAPS

    http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Publications/08/0/EESR10_WEB_14-16_parcours_reuss_sup_167080.pdf

    2. Le devenir professionnel des diplômés qui ne poursuivent pas d’études et qui sont entrés sur le marché du travail. La Source est l’Enquête Génération du CEREQ, génération 2004 et 2007. La situation s’est dégradée d’une génération à l’autre. Mais il y a un problème : la source CEREQ ne sépare pas (pour l’instant tout au moins) les diplômés de licence générale et les diplômés de licence professionnelle. Egalement pas de comparaisons encore entre les disciplines.
    Source. CEREQ BREF,figure 2, page 2

    http://www.cereq.fr/index.php/publications/Bref/Le-diplome-un-atout-gagnant-pour-les-jeunes-face-a-la-crise

Laisser un commentaire