Recrutement 2012 des PRAG / PRCE

Enseignants du second degré. Emplois et procédures d’affectation dans les établissements du supérieur. Postes à pourvoir au 1er septembre 2012 (note de service du 21 juin 2011). La situation est encore plus ubuesque que l’an dernier (chronique : « Recrutement 2011 des PRAG / PRCE« ). En effet, le calendrier de la publication des postes proposés par les universités a été avancé : saisie des postes sur Galaxie du 27 juillet 2011 au 1er octobre 2011.

Délais de candidature pour les enseignants du second degré ? La date limite de dépôt des dossiers n’est pas fixée par la note de service ! Toujours est-il que les établissements doivent transmettre leurs classements au plus tard le 10 décembre 2011 ! Tour rapide sur la toile : à Lille 1 et à Lille 2, les dossiers de candidature doivent être envoyés avant fin octobre 2011 ; délai fixé au 20 octobre pour Paris 2. Aucune information et a fortiori de listes de postes proposés sur les sites de Lille 3, de Paris 1, de Paris 3.

Les enseignants du second degré intéressés à enseigner dans le Supérieur en 2012-2013 ont donc environ un mois pour se décider. Le portail Galaxie regroupe toutes les propositions des universités par régions et par disciplines. Environ 400 postes proposés.

Ce que j’écrivais en novembre 2010 pour les recrutements 2011 demeure d’actualité pour les recrutements 2012.  « Problèmes. A la date de l’examen des dossiers de candidatures (décembre 2010), les universités 1. ne connaissent pas encore tous les postes susceptibles d’être vacants pour l’année 2011-2012, 2. n’ont évidemment pas décidé ce qu’elles allaient faire des supports budgétaires de ces éventuels postes vacants dans le cadre de leurs responsabilités et compétences élargies ! Appeler à candidature 9 mois avant la prise de poste effective, c’est digne d’une bureaucratie obsolète et non d’une entreprise libre et responsable »… « A quoi aboutissent deux modes de gestion des ressources humaines, celui des universités autonomes passées aux “responsabilités et compétences élargies” et celui centralisé du ministère de l’Education nationale ? A une situation parfaitement ubuesque« .

Certes, les universités se doivent aujourd’hui de faire une gestion prévisionnelle de leurs emplois. Mais, à la différence des entreprises qui décident des dates de leurs recrutements, les universités sont contraintes par un calendrier national aux limites de l’absurde. Elles n’ont pas connaissance aujourd’hui de leur budget 2012 et on leur demande de recruter pour l’année 2012-2013 ! ça frise le n’importe quoi !

Bien des universités sont, à cause des RCE, en situation financière difficile. Elles s’engagent cependant à « sanctuariser » envrion 400 postes budgétaires pour les enseignants du second degré pour 2012-2013. Elles sont mises en demeure de prendre un tel risque. Mais, peut-être, la procédure ubuesque de recrutement 2012 avait-elle pour but d’inciter les universités à ne pas prendre aujourd’hui de décision risquée ! Au début de l’été 2012, il serait toujours temps pour elles de recruter des enseignants sur contrat précaire !

En définitive, on peut faire une hypothèse paradoxale : la gestion centralisée et bureaucratique des recrutements d’enseignants du second degré dans le supérieur est une politique « libérale », visant la diminution progressive du nombre de fonctionnaires dans le supérieur. Les PRAG et PRCE ne méritent pas cela ! D’ailleurs ceux qui sont déjà en poste dans le supérieur dépriment : « les PRAG du SUP fort mécontents« .

Tags: , , , ,

Article du on Dimanche, octobre 2nd, 2011 at 15:49 dans la rubrique A. S'indigner, C. Ile-de-France, C. Nord Pas-de-Calais. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

8 commentaires “Recrutement 2012 des PRAG / PRCE”

  1. Marianne dit:

    Ce que je remarque d’autre c’est que dans ma discipline (les maths) on voit apparaitre des postes de prag certaines « grosses » universites alors qu’habituellement il y en a surtout dans les IUT, les IUFM et les « petites » facs.
    Je me demande ce que cela traduit
    -emergence de prepa integres type polytech (je vois qques profils de ce type) ou de formations nouvelles « generatrices  » de prag (formation des enseignants)
    -ou ce que vous decrivez. N’ayant plus d’argent et/ou ne connaissant pas leur budget, les etablissement preferent privilegier les postes de prag plutot que ceux d’EC
    Dans tous les cas, je suis d’accord avec vous sur le calendrier. En tous cas on n’a pas l’air de s’orienter vers le recrutement de precaires puisqu’e c’est logique en ne renouvellant pas les postes existant on risque de perdre des postes ce que bien sur tout le monde cherche aeviter
    Pour faire un bilan il faudra voir la campafne du printemps d’EC
    Il faudrait aussi voir les profils pour voir si les missions demandees changent (ce que je ne pense pas)

  2. Dubois dit:

    Globalement, pour ce qui est du salaire, un PRAG ne coûte pas plus cher à l’université qu’un MCF. Par contre, il est vrai qu’un PRAG, en général, fait deux fois plus d’heures d’enseignement qu’un MCF. Intéressant pour les universités. Vous avez raison : il faudra regarder le nombre de postes de MCF mis au concours l’année prochaine.

    Les universités, avec les RCE, ne peuvent plus perdre de postes, car elles ont désormais une dotation globale. Par contre, un plafonds d’emploi s’impose dans le cadre des RCE. Ce qui signifie que les universités ne peuvent, en principe, pas créer de nouveaux postes, sauf en cas d’augmentation du nombre d’étudiants significative.

  3. Marianne dit:

    Il est donc d’autant plus dangereux de perdre des postes qu’on n’est sur de jamais retrouver puisque fongibilite asymetrique oblique+GVT on n’est sur de ne pas les retrouver
    Sinon, une partie des postes de Prag de maths a un profil enseignement uniquement « informatique »
    Ce n’est pas nouveau pourtant je tiens a souligner que cette discipline n’existe pas a l’agregation pourtant on recrute quand meme des prag d’ »informatique » en contournat le probleme en allant vers la discipline la plus « proche »
    Comme quoi pour creer les IES pas besoin d’agregation dans tous les domaines

  4. Laurent dit:

    Une remarque supplémentaire: les professeurs de lettres classiques n’ont droit à AUCUNE proposition! Ou plutôt si, une: à Montpellier un poste est étiqueté « Lettres Classiques – grammaire » et il sagit d’enseigner…le grec moderne! De qui se moque-t-on?

  5. Dubois dit:

    Signalement par la Société des Agrégés de l’université.
    « les problèmes techniques compliquent encore plus les démarches des candidats : le site a des ratés et les fiches dont nous avions découvert qu’elles n’étaient pas valides le 26 septembre ne le sont toujours pas aujourd’hui 4 octobre 2011″. 9 postes pour Paris 13

  6. Dubois dit:

    Remarque pertinente de Marianne : « Pour créer les IES pas besoin d’agrégation dans tous les domaines » : ce serait pourtant plus clair !Itou pour Laurent : « Pas de postes offerts aux professeurs de lettres classiques » : la diminution des effectifs étudiants en lettres classiques est effectivement dramatique. Peut-on enrayer le déclin et comment ? Note : j’ai fait du grec et du latin jusqu’en propédeutique ; j’adorais.

  7. Damien dit:

    @Marianne
    « Ce n’est pas nouveau pourtant je tiens a souligner que cette discipline n’existe pas a l’agregation pourtant on recrute quand meme des prag d’”informatique” en contournant le probleme en allant vers la discipline la plus “proche” »

    Le problème, c’est que ça limite l’informatique à ses aspects les plus « mathématiques » (algorithmique fondamentale, logique, …). Un PRAG en maths pourra bien sur faire un cours de systèmes d’information ou d’architecture des ordinateurs, mais le rapport entre son enseignement et son concours d’origine sera très ténu (à ce niveau, on pourrait tout aussi bien prendre un agrégé de biologie).

  8. Marianne dit:

    @Damien : je ne dis pas que la est la solution…Je dis juste ce qui existe…Mais en général l’astuce consiste à recruter un agrégé de maths qui a fait une école d’ingé avec un cursus assez orienté info.
    Ce type de cursus est d’ailleurs assez particulier aux agrégés de maths puisque qd on recrute un prag de physique on a curieusement peu de candidats ingénieurs alors qu’en maths c aarrive couramment (les postes de MCF sont eux par contre majoritairement occupés par des normaliens/polytechniciens)…

Laisser un commentaire