Architecture rattachée à l’université

Strasbourg, laboratoire de projets métropolitains. Programme du Colloque du 12 janvier 2012 (album de 30 photos). Introduction par Anne Pons (photo), directrice générale de l’Agence de développement et d’urbanisme de l’agglomaration strasbourgeoise (ADEUS) et par Philippe Bach (photo), directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS).

Histoire de l’ENSAS. Ecole régionale d’architecture créée en 1921. Unité pédagogique en 1969. Ecole d’architecture en 1986. ENSAS depuis 2005, établissement public administratif, situé à proximité de la gare. 700 étudiants. Extension et restructuration de l’Ecole depuis 2008 : un nouveau bâtiment sera opérationnel en 2012.

Philippe Bach annonce qu’il ne pourra hélas participer à l’ensemble du colloque, car il est retenu par une importante réunion qui doit étudier la convention de  »rattachement » de l’ENSAS à l’université de Strasbourg. L’objectif : mutualiser les moyens, les enseignements, les conseils. Il n’en dit pas plus. La dynamique Alsace ne cesse pas de se projeter vers l’avenir. Chronique du 12 janvier 2012 : rattachement de l’université de Haute-Alsace à l’université de Strasbourg. De rattachement en rattachement.

Je n’assiste qu’à la première table ronde de la matinée : « 1980-2000. Enjeux d’hier et aujourd’hui« . Une bonne centaine de participants, des anciens et des jeunes ; je suis impressionné par la présence de fort nombreuses nationalités. Les anciens : les figures qui pensent et mettent en oeuvre les projets métropolitains. Le colloque est d’ailleurs un hommage à René Tabouret (photo), ingénieur et professeur émérite.

Il y a aussi Christiana Mazzoni (photo), architecte-urbaniste, professeur à l’ENSAS et directrice du Laboratoire Architecture, morphologie/morphogenèse urbaine et projet (AMUP, co-organisateur du Colloque). Yannis Tsiomis (photo), architecte-urbaniste, professeur à l’ENSA Paris-La-Vilette. Pierre Bouché (photo), architecte-urbaniste, enseignant en l’ENSA Paris-la-Vilette. Pas de sociologue prévu dans les différentes tables rondes de la journée. Seulement des architectes, des urbanistes et des ingénieurs et… un philosophe. René Tabouret et Pierre Bouché racontent avec émotion les expériences de leurs jeunes années : les Séminaires internationaux d’architecture contemporaine (SIAC), et toujours et avant tout : observations sur le terrain, travail sous forme d’ateliers.

Catherine Trautman, vice-présidente de la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS), retenue à Bruxelles, retrace, dans une vidéo, l’histoire des projets urbains dont elle a été un acteur décisif : « Strasbourg, ambition métropolitaine et souci d’urbanité« . Projets ubains et les questions qu’ils posent : méthodologie de projets, mobilisation de tous les acteurs parties prenantes (la démocratie locale participative est à ce prix), choix alternatifs voire contradictoires et décisions. Spatialisation, périmètre (ville et/ou intercommunalité, intercommunalité ou bassin d’emploi), planification et temporalité, financement, maîtrise d’ouvrage des opérations. Prise en compte de l’environnement et du développement durable, de la mixité sociale, de l’extension urbaine vers l’Allemagne. Public versus Privé. Habitats, zones d’activités productives, éducatives et de loisirs, transports, eaux et espaces verts, communications…

Les jeunes. Jeunes en cours d’études (« 4 ans d’études supérieures en lycée« ), doctorants, enseignants ou chercheurs nouvellement nommés, professionnels en exercice. Deux jeunes discutants pour la première table ronde. Luna d’Emilio (photo), architecte-urbaniste, doctorante en cotutelle avec l’université de Florence, chercheur associé à l’AMUP. François Nowakowski (photo), architecte, doctorant, chercheur associé à l’AMUP.

Tags: , ,

Article du on Vendredi, janvier 13th, 2012 at 15:40 dans la rubrique A. Initiatives excellentes, B. Photos, C. Alsace. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Laisser un commentaire