Plagiat d’une agence de Com ?

Les universités, fautes de compétences en interne, font quelquefois appel à des Agences de communication pour relooker leur site Web, « customiser » la charte graphique, créer un nouveau logo, dessiner une carte de voeux… Un lecteur du blog a attiré mon attention sur la carte de voeux 2012 de l’université unifiée de Lorraine. Il m’a autorisé à publier son message. La réalisation de la carte a été confiée à une Agence. Découvrir la carte.

Cette carte est-elle un plagiat d’une oeuvre originale de l’artiste Romain Lenancker ? Découvrir l’oeuvre en question.

L’artiste a été contacté et affirme n’avoir jamais collaboré avec cette Agence. Va-t-il défendre ses droits ? Que va faire l’université ? Demander à être remboursée du coût de la prestation de l’Agence ? D’ailleurs quel a été le montant de la facture ? Ou porter plainte contre l’Agence ? Le lecteur du blog poursuit : « à l’heure où les universités se battent contre le plagiat, font la morale aux chercheurs et aux étudiants, cette affaire fait franchement mauvais genre » !

Tags: ,

Article du on Jeudi, février 23rd, 2012 at 17:30 dans la rubrique A. S'indigner, C. Lorraine. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

22 commentaires “Plagiat d’une agence de Com ?”

  1. Lorraine dit:

     » Les universités, fautes de compétences en interne.. » : FAUX. Les compétences existent et sont réelles mais les élus universitaires ne font pas confiance aux personnels et préfèrent aller chercher dans le privé ce qu’on pourrait produire à l’interne avec un peu de temps et de concertation, quitte à « prendre conseil » auprès d’un oeil extérieur, souvent précieux pour sortir de sa bulle d’universitaire…

  2. vincent dit:

    Je rejoins Lorraine. Je faisais également cette remarque lorsque le logo a été dévoilé : http://www.les4bellais.fr/post/2011/12/07/Le-logo-de-l-Universit%C3%A9-de-Lorraine

  3. Manuel dit:

    Si les ressemblances sont troublantes, le ton de l’article pourrait aussi porter à confusion
    : est-ce le plagiat qui est en accusation (auquel cas est-ce le commanditaire qui doit en porter la responsabilité ou le prestataire ? ) est-ce l’externalisation qui est en cause ?

    Et le « manque de compétences » en interne n’est pas le seul moteur de l’appel à des agences de communication pour les établissements d’enseignement sup , loin s’en faut. Expertise, mise en perspective, renforts… Les raisons de faire appel à des compétences extérieures sont nombreuses mais fort heureusement les compétences internes en matière de communication dans les universités et les écoles ne cessent de monter en puissance.

    Avez-vous contacter l’université de Lorraine et/ou l’agence avant de publier cet article ?

  4. Julie dit:

    Créer un logo, une carte de voeux, une charte graphique, c’est un boulot de pros, vraiment.

    Mais pomper ouvertement des idées à des créateurs, ou lâcher plusieurs dizaines de milliers d’euros dans un logo labellisé « parisien », je ne pense pas que cela participe à valoriser l’image de l’université…

    Pour rappel le logo de l’Université Grande Région avait fait l’objet d’un concours ouvert aux étudiants en arts des universités de la région et aux autres…Un jury interrégional interne, un prix de quelques milliers d’euros pour une charte graphique cohérente…Des économies de faites, une ligne en plus sur le cv d’un graphiste, pas de plagiat.
    D’autres voies existent donc …

  5. Olivier de Lapparent dit:

    Dans le débat des compétences, encore faut-il savoir de quoi on parle. Dans cet exemple, il s’agit d’un DA (directeur artistique) avec une vraie patte graphique pour faire une carte de voeux (je mets de côté le problème de plagiat). Cette compétence précise est souvent rare en interne dans une école ou université. Et puis il est bon quelque fois de faire appel à un oeil neuf / extérieur pour apporter un peu de fraîcheur.

  6. Paul dit:

    Dans le graphisme -et dans tous les domaines de la création- la frontière en plagiat et inspiration peut être très tenue et tendancieuse. Il est clair et net que les ressemblances entre les 2 créations sont flagrantes mais il me semble qu’elles ne sont pas exactement identiques.Est-ce un plagiat au sens juridique du terme? Pourquoi l’université n’a pas encore réagit? Pourquoi ce silence?

    Je remarque que les articles de M.Dubois traitant de l’université de Lorraine attirent bien plus de commentaires que d’autres articles. Les personnels de l’université ont semble-t-il besoin d’un espace d’expression où faire part de leurs inquiétudes et de leurs mécontentements. L’accompagnement au changement -qui aurait dû être entrepris bien avant la fusion- n’a-t-il pas atteint ses objectifs? L’ambiance régnant actuellement à l’université de Lorraine n’est pas propice au bien-être des personnels et les commentaires sur ce blog en sont le reflet. Combien de temps encore l’équipe dirigeante se voilera-t-elle la face?

  7. cmamac dit:

    Le problème n’est pas de faire appel à des gens extérieurs, ce qui me paraît intéressant et défendable en soi. Le système des marchés est également en cause, et quand une agence célèbre fait une offre moins chère que les autres (alors qu’il est évident que la prestation sera inférieure puisque le taux horaire est le même), on est bien obligé de choisir celle-là.
    Une autre difficulté est de trouver une agence parisienne à la fois moins disante et ne prenant pas ouvertement ses clients de province pour des bouseux incultes. Lesquels, tout à l’éblouissement de travailler avec des prestataires aussi prestigieux, seront parfaitement incapables de faire la différence entre de l’esbroufe et un vrai travail, entre un discours truffé de métalangage branchouille et de vraies propositions, entre un ramassis de recommandations en forme de lieux communs et un vrai cahier des charges.

  8. cmamac dit:

    Le décalage entre les promesses initiales et le résultat est proprement abyssal. Mais ça, même si on pouvait le redouter, on ne pouvait quand même pas en être sûrs : certains arrivent à bien travailler en moins de temps que leurs concurrents, c’est ce qu’on peut supposer en prenant une agence célèbre.
    Si le reste des résultats avait été fabuleux, on pourrait (peut-être ?) avoir de l’indulgence pour le plagiat.

    Mais vu lesdits résultats, rien ne pourrait me faire plus plaisir qu’un dépôt de plainte (outre la renégociation méthodique des honoraires, bien sûr)

  9. Ghislain Bourdilleau dit:

    On peut recourir à une agence de communication pour bien des raisons, chacune légitime, ça n’enlève rien à la qualité des équipes en place.
    Il y a un écart énorme entre faire une affiche et un conseil en stratégie, dans les deux cas, nous pouvons faire appel à une agence de com°.

    Les universités avec plus ou moins de retard les unes sur les autres se professionnalisent en terme de communication avec 20 à 30 ans de décalage avec les collectivités territoriales. C’est un lieu largement en friche ou le bâton de pèlerin n’est pas longtemps remisé au placard.
    Des écarts se créent entre établissements : ceux qui ont compris et les autres, la distorsion est énorme.

    Un mot à cmamac : quand on fait un appel d’offres sérieux, le prix n’est qu’un des critères. Dans la note finale, selon les commandes, je fait osciller le prix entre 30 et 80 %. C’est très facile à border.

  10. cmamac dit:

    #appel d’offre : tout à fait d’accord, c’est comme ça que ça devrait être. Je ne suis juste pas sûr que ça ait été le cas, c’est pour cela que j’en parle. Litote, évidemment.

  11. Irnerius dit:

    @ toutes et tous, merci de vos commentaires pertinents. Dans cette « affaire » de la carte de voeux 2012 de l’université de Lorraine, il y a, vous avez raison, un certain nombre de questions. Celle de la communication des universités tout d’abord : elle se développe, doit se développer ; c’est incontournable. Il est vrai que des universités ont pris beaucoup de retards dans le domaine.

    La seconde question est celle de la stratégie de communication externe. Elle doit être définie par le « politique ». L’université doit-elle communiquer seulement sur ses points forts ou aussi sur ses points faibles (pour être plus crédible)?

    Une fois les axes de comunication définis, qui fait le travail ? Avec l’évolution des outils et des réseaux, les compétences pour faire ce travail sont plus nombreuses. Il faut donc qu’une montée en puissance des compétences ait lieu, en particulier au sein de chaque université

    Toutes les compétences doivent-elles exister en interne à l’université ? Bien sûr que non, en particulier quand des tâches à exécuter sont ponctuelles.

    Que faut-il externaliser ? C’est une question à la fois politique et technique. A qui externaliser ? A d’autres professionnels, bien sûr ! Mais l’idée du concours auprès d’élèves d’Ecoles spécialisées est fort bonne et encourageable quand il se peut.

    Le prix de l’externalisation ? Il va de pair avec la question des marchés publics et du code des marchés. D’accord : le moins-disant n’est pas forcément le plus mauvais !

    Il y a enfin la question du plagiat. Elle n’est pas simple. 28 chroniques du blog sur le plagiat http://blog.educpros.fr/pierredubois/tag/plagiat/
    La décision de porter plainte revient à l’université et/ou à l’auteur plagié. Tant qu’il n’y a pas de recours et de jugement, le plagiat n’existe pas !

    Dernier point. Il est vrai qu’au travers des commentaires aux chroniques de ce blog, on perçoit qu’il y a des malaises au sein des personnels et des étudiants de Lorraine. J’aurais, bien sûr, préféré que les élections en Lorraine soient un moment fort pour l’identification de toutes et tous à la nouvelle université.

  12. Lorraine dit:

    Où en sommes nous sur cette « affaire » aujourd’hui ?

    Renseignements pris :

    > Pas de réaction (officielle ou officieuse) de l’Université ;

    > Un contact pris entre l’agence concernée et l’artiste…probablement en vue d’un arrangement… (donc agence pas à l’aise semble t’il)

  13. François dit:

    nous avons des nouvelles de la fac ?
    et concernant ce plagiat, c’était uniquement pour la carte de vœux ?
    des gens en savent plus ?

  14. cmamac dit:

    dommage, oui, cet article n’a pas de suite : je suis frustré. Aucune info n’a filtré, vraiment ? Ou vous contentez-vous de lancer de sujets sans prendre le temps de les suivre ?

  15. Irnerius dit:

    @ cmamac. Votre critique implicite à mon égard (« vous contentez-vous de lancer des sujets sans prendre le temps de le suivre ? ») est gratuite et déplacée. Vos commentaires me démontrent que vous êtes plus compétent que moi en matière de communication et de marchés.Le blog est un blog coopératif : je vous incite donc à coopérer et à mener les investigations nécessaires pour en savoir plus sur ce dossier. Merci d’avance à vous !

  16. cmamac dit:

    Pardon, j’ai été indélicat, je le reconnais et vous présente mes excuses.

  17. Messin dit:

    l’université n’a pas le choix, elle va porter plainte si elle veut sauver la face dans cette histoire.

  18. Paul dit:

    En effet nous ne sommes pas au courant des suites données à cette affaire mais c’est à l’université de communiquer et il ne sert à rien d’accabler M.Dubois, c’est trop facile. Cette info a fait le tour de l’université, tout le monde est au courant mais elle n’a fait l’objet d’aucune communication, même pas de bouche à oreille, ce qui aurait largement suffit.
    Les commentaires de cmamac montrent qu’il est proche des personnes qui ont choisi cette agence de com, peut-être en fait-il parti même (commentaire 8 : »Le décalage entre les promesses initiales et le résultat est proprement abyssal. Mais ça, même si on pouvait le redouter, on ne pouvait quand même pas en être sûrs »?), peut-être a-t-il des infos à nous fournir?

  19. cmamac dit:

    je n’ai pas participé au choix, mais je suis des premiers à avoir regretté ce choix, avant même le début des travaux. Le marché comportait plusieurs postes, qui auraient eu intérêt à être confiés à des fournisseurs différents, mais cela n’a pas été le cas (peut-être pour des raisons indissociables des procédures de marchés public, je n’en sais rien).
    La qualité des propositions était très inégale selon le poste considéré, ce qui rendait a priori aléatoire ce choix d’un fournisseur unique.
    Je n’ai pas connaissance d’une communication officielle sur l’ensemble du sujet, mais je crois savoir que l’université a porté plainte.
    Et je renouvelle mon amende honorable au sujet de mon excès du 3 mars.

  20. cmamac dit:

    Petit complément : la plainte porterait uniquement sur l’aspect plagiat, pas sur le reste.

  21. Lorraine dit:

    Le conseil d’administration provisoire de l’Université de Lorraine vient en effet de voter à l’unanimité pour un dépôt de plainte contre l’agence concernée.
    Il s’agit d’une : « action en justice pour atteinte à l’image et la réputation de l’Université de Lorraine à l’encontre de la société SAATCHI.GAD qui a reproduit, à son insu, sur la carte de voeux créée par elle pour l’année 2012, une oeuvre protégée au titre de la propriété artistique, sans l’autorisation de Romain Lenancker, son auteur. »

    La plainte porte donc précisément sur la création de la carte de vœux et non sur le logo.

    Détail croustillant, on découvre ici :
    http://www.joelapompe.net/hit-parade/
    que l’agence Saatchi est plutôt bien classée dans le top-ten des agences pompeuses … Il eut été intéressant de faire cette veille avant de la retenir dans le cadre d’un marché public… et de prendre en considération la réputation du fournisseur.

  22. Irnerius dit:

    @ Grand merci à toutes et tous. Cette chronique est un bon exemple de ce que j’appelle un blog coopératif. Je ne suis pas l’inventeur de l’information sur la carte de voeux de l’université de Lorraine. Elle m’est transmise par un lecteur. Je la prends au sérieux, interloqué par la ressemblance avec une oeuvre originale.

    Je publie la chronique. Plusieurs commentateurs, plus compétents que moi en communication professionnelle, montent au créneau et coopèrent pour trouver encore d’autres informoins fondées ; ceux-ci n’ont pas forcément la parole sur leur lieu de travail et la prennent sur le blog.

    Et une conclusion provisoire apportée par Lorraine : l’université de Lorraine a porté plainte. Une preuve à apporter cependant : le PV du Conseil d’administration. Les lecteurs du blog ont compris que la chronique « vivait » par ses commentateurs : ils ont été plusieurs milliers à la lire.

    Lire aussi la suite : « les cubes volants à Nantes ». Auraient-ils la même inspiration que la carte de voeux de l’université de Lorraine
    http://blog.educpros.fr/pierredubois/2012/03/04/cubes-volants-a-nantes-et-nancy/

Laisser un commentaire