CIR. Recruter 2.000 docteurs en 2013

Suite logique du « Dossier Crédit Impôt Recherche » : embaucher davantage de jeunes docteurs ! Combien de jeunes embauchés chaque année dans le cadre des dispositifs actuels du CIR ? Selon le Ministère, les entreprises ont été de plus en plus nombreuses à embaucher de jeunes docteurs : 439 en 2007, 700 en 2008, 781 en 2009, 886 en 2010“.

Le rapport de juillet 2012 de Michel Berson, sénateur socialiste, remis à Geneviève Fioraso, propose la refonte du CIR (communiqué du Sénat). Deux propositions : “favoriser la collaboration entre entreprises et organismes publics de recherche ; renforcer les dispositions incitatives en faveur de l’embauche de jeunes docteurs. Qu’attendez-vous, Geneviève Fioraso ?

Dans un commentaire, Philippe G. m’a signalé deux documents-clés à la base de cette nouvelle chronique. Merci à lui ! Le site Les Docteurs, le sens neuf de l’entreprise a publié un document intitulé, “Recrutez un docteur, bénéficiez des compétences d’un expert de l’innovation et optimisez votre CIR. Calcul établi par Les Docteurs : “le bénéfice du crédit d’impôt peut permettre de couvrir l’intégralité des 24 premiers mois de salaire du docteur (à hauteur de 108% du salaire), contre seulement 47% dans le cas d’un autre recrutement ».

Pourquoi alors le nombre de docteurs recrutés n’est-il pas plus important ? Parce qu’il y a deux conditions à respecter et qui peuvent freiner le dispositif : “cette mesure est applicable s’il s’agit d’un premier recrutement en CDI suite à l’obtention du doctorat, si l’effectif salarié de l’entreprise n’est pas inférieur à celui de l’année précédente”.

L’association nationale des docteurs (ANDès), dans sa contribution aux Assises (octobre 2012) “Pour une amélioration de la carrière des docteurs”, critique la seconde condition et donne de sérieux arguments à l’appui de sa demande de la supprimer. Elle rejette, par avance, une troisième condition parfois évoquée : celle de la présence préalable de docteurs dans l’entreprise qui voudrait recruter un jeune docteur.

Madame la Ministre, supprimez la seconde condition. L’article 55 du projet de loi de finances 2013, que vous avez fait voter le 14 novembre à l’Assemblée, supprime les déductions fiscales de deux ans pour les entreprises qui entrent dans le dispositif CIR et les ouvre à une activité de R&D jusque là non éligible : « la conception de prototype d’un produit nouveau ». Patrick Hetzel vous a critiqué parce que cette dernière pratique a quasiment disparu dans les entreprises ! Ne vous rendez pas ridicule !

N’est-il pas plus important de faciliter l’insertion des jeunes docteurs ? Priorité à la jeunesse, disait le président Hollande. Supprimez la condition du maintien de l’effectif global de salariés, toutes catégories de qualifications confondues. Demandez à un député ou à un sénateur socialiste d’introduire l’amendement suivant : « Les incitations fiscales pour le recrutement de jeunes docteurs ne sont possibles que si l’effectif des chercheurs, en poste l’année précédente et affectés à temps plein aux activités de R&D, est maintenu« . Il n’est pas trop tard pour agir et vous entendrez là un argument avancé par l’ANDès.

Il ne suffira pas, lors des Assises du début de la semaine prochaine, d’adresser des « bonnes paroles » aux docteurs. Des actes, Madame la Ministre ! Des actes ! Ne décevez pas les jeunes docteurs et les associations nationales qui les représentent. Ils vous en tiendraient certainement grief ! Et pour longtemps !

Tags: , , , ,

Article du on Samedi, novembre 24th, 2012 at 23:11 dans la rubrique G. Divers. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

6 commentaires “CIR. Recruter 2.000 docteurs en 2013”

  1. François dit:

     » les entreprises ont été de plus en plus nombreuses à embaucher de jeunes docteurs : 439 en 2007, 700 en 2008, 781 en 2009, 886 en 2010  »

    Ces chiffres ne sont pas significatifs si on n’en déduit pas les embauches de docteurs qui avaient également un diplôme d’ingénieur (qui auraient été embauchés même en l’absence de CIR).
    Ces ingénieurs-docteurs sont de plus en plus nombreux, car les jeunes ingénieurs sont sensibles à l’argument selon lequel le fait de ne pas avoir le titre de docteur risque de les gêner dans un marché de l’emploi de plus en plus mondialisé, où le titre d’ingénieur ne correspond à rien (même les Allemands l’ont abandonné).

  2. Pierre Dubois dit:

    Mais si François, ces chiffres sont significatifs ! Passer de 980 jeunes docteurs recrutés en 2010 à 2.000 en 2013, ce n’est pas rien ! Et tant mieux si, parmi eux, il y a aussi des ingénieurs docteurs !

  3. Samuel BLIMAn dit:

    La marche vers le titre de docteur semble tout à la fois nécessaire et inéluctable: pourquoi? l’ouverture à l’international (anglo-saxon, surtout)oblige à bien percevoir que dans ce monde anglais, par exemple, ENGINEER signifie, traduit en langage commun: « technicien », ce qui n’est pas « flatteur », pour les Français!
    Quant à croire que le taux de croissance du nombre des docteurs dans le « privé » est « flatteur », ne nous faisons pas d’illusion car le taux de leur embauche en CDI comparé au taux d’embauche des « ingénieurs diplômés d’école » est encore bien modeste. L’histoire et la culture de la France donnent la préférence aux ingénieurs(l’institution des écoles ayant été peu ou prou le fait de la demande du « prince qui gouverne »). Ne boudons tout de même pas la satisfaction ,pour ceux qui militèrent pour le placement des docteurs de 3ème cycle, lors de la création de la bourse de l’emploi(devenue plus tard Association Bernard Grégory)de voir que petit à petit le message du besoin de docteur en entreprise commence à être perçu.

  4. François dit:

    @Samuel BLIMAn
     » La marche vers le titre de docteur semble tout à la fois nécessaire et inéluctable  »
    Ce qui est surprenant est que ce sont essentiellement les pays d’Europe continentale qui suivent cette tendance, alors que les Etats-Unis connaissent une évolution inverse (nombre total de docteurs en engineering faible (7 552 pour plus de 300 millions d’habitants en 2010) et plutôt en diminution).
    Voir http://www.nsf.gov/statistics/infbrief/nsf12303/

    Quant au Japon, le nombre de docteurs scientifiques y est très faible, les entreprises préférant recruter des diplômés ayant suivi des cursus d’études supérieures assez courts, et assurer ensuite elles-mêmes leur formation à la recherche.

  5. Samuel BLIMAN dit:

    Mais non cher collègue, le PhD garde toute sa position aux USA, la différence avec nos pays est que les divers champs de l’ingénierie ( au sens de savoirs appliqués prolongeant les champs fondamentaux); le grand et grave problème des Etats – Unis : baisse du nombre de PhD en « sciences et ingénierie » engagés par des citoyens nés américains et accroissement du nombre des étrangers( maintenant plutôt en baisse par suite de la législation restrictive sur les visas d’étude!) dans ces cursus avec un problème connexe: les étrangers,PhD en poche rentrent de plus en plus dans leur pays d’origine.
    L’Allemagne, qui fut le modèle pour les USA, en matière d’institution du doctorat, est restée attachée à la distinction : Docteur et Docteur ingénieur.

    Quant au Japon, la stucture fondamental des cursus post secondaires, depuis la réforme de 2001, introduite sous le ministère de Koizumi Junichiro reste : premier cycle de 4 ans conduisant au « Bachelor » suivi de 2 ans pour le « master » et possiblement prolongé par le « doctorat ». Le problème: au bout du « bachelor » les entreprise embauchent; le « master » ouvre la voie éventuelle des recrutements dans des fonctions de « associate prof » dans les universités et organisme de recherche sur contrat avec une possibilité de titularisation au bout de 7 ans si on a fait la preuve qu’on a été bon en recherche. Quant au doctorat(PhD), pendant longtemps il n’était même pas obligatoire de l’avoir soutenu: pour preuve des professeurs d’université le défendaient au moment de prendre leur retraite.!Quant aux entreprises, elles laissent faire des PhD dans leur section de R&D! un exemple : l’auteur des travaux ayant menés à ce que l’on appelle dans le champ de la lecture CD et DVD le « blue ray »(laser semi conducteur émettant dans le proche UV)

    Evidemment le PhD n’a pas exactement le même statut dans tous les pays …mais son adoption diffuse largement.

  6. CIR. Recruter 2.000 docteurs en 2013 | Histoires d'universités | Financement des sociétés innovantes | Scoop.it dit:

    [...] CIR. Recruter 2.000 docteurs en 2013 | Histoires d’universités From blog.educpros.fr – November 26, 9:44 PM Suite logique du Dossier Crédit Impôt Recherche : embaucher davantage de jeunes docteurs ! Combien de jeunes embauchés chaque année dans le cadre des. [...]

Laisser un commentaire