Humanistes Rhénans

Robert Walter, Beatus Rhenanus. Citoyen de Sélestat. Ami d’Erasme. Anthologie de sa correspondance, Librairie Oberlin, Strasbourg, 1986. Chronique et photos : “Sélestat, la bibliothèque Humaniste“. L’auteur développe, dans les notes de chacune des lettres de Beatus Rhenanus qu’il a choisi de commenter, une petite trentaine de biographies d’Humanistes qui ont eu des liens avec l’élève de l’Ecole Latine de Sélestat.

Ce sont les humanistes des cercles rhénans. Bien que n’ayant pas d’université, l’Alsace et ses villes de Strasbourg et de Sélestat, jouent un rôle important dans l’étude renouvelée et l’impression des textes des Anciens et des Humanistes. Les universités qui comptent alors dans les pays de langue germanique dans la zone rhénane étendue : Heidelberg, Fribourg-en-Brisgau, Bâle, Zurich, Mayence, Tubingen.

Les Humanistes rhénans sont tous diplômés d’une université (baccalauréat, licence, maîtrise, ou encore doctorat) et même souvent de plusieurs universités ; beaucoup ont séjourné dans une université de l’Italie, mère de la Renaissance.

Jean Geiler, dit de Kaysersberg (1445-1510). « Né à Schaffhouse (Suisse), puis élève à Kaysersberg. Docteur en théologie, il fut professeur à Fribourg en Brisgau jusqu’en 1478, puis prédicateur à la cathédrale de Strasbourg, de 1479 à sa mort. Il combattit avec passion la décadence des mœurs de la société, aussi bien que de l’Église, en particulier dans les couvents » (Walter, page 106).

Jacques Wimpheling (1450-1528). Élève de l’école latine de Sélestat, il commence ses études supérieures à Fribourg en Brisgau. « En 1469, à 19 ans, il vint à l’université d’Erfurt. C’est là qu’il découvrit l’humanisme… En 1471, il entra à l’université de Heidelberg, devint prêtre et fit des études de théologie qui le conduisirent à la licence en 1474, mais il ne poussa jamais jusqu’au doctorat… Il enseigna la littérature latine à la faculté des Arts, et devient successivement doyen, recteur, et finalement en 1482, vice-chancelier de l’Université… Professeur à Heidelberg depuis 1498, il démissionne en 1501. Devient prédicateur à Strasbourg… Théologien, historien, grammairien, poète, il fut considéré comme le premier pédagogue de son époque, et mérita le titre de « praeceptor Germaniae » (Walter, 58-59).

Christophe d’Utenheim (1450-1526). « D’une famille noble alsacienne, il fut, dès sa jeunesse chanoine du chapitre de Saint-Thomas de Strasbourg. Après des études à Bâle, il y devint recteur de l’Université, et évêque en 1502. Très actif, il parvint à améliorer la triste situation économique de l’évêché, et s’efforça de remédier à sa décadence morale. En vain » (Walter, 146).

Jacques Lefèvre d’Etaples (1455-1536). « Né à Etaples (Picardie), il fit ses études à l’Université de Paris, où il acquit le grade de Maître ès Arts. Il devient alors prêtre, puis séjourne en Italie (1491-1492)… De retour en France, il fut professeur au Collège du Cardinal Lemoine (1492-1251). Il y enseigna les mathématiques et la philosophie »… « Il fut le professeur de Beatus Rhenanus de 1503 à 1507… En 1525, Lefèvre dut fuir devant une attaque plus menaçante, et se réfugia à Strasbourg pour quelques mois. Le Roi François 1er, de retour de captivité, le rappela à la Cour en 1526, et il put encore publier, en 1528 à Bruxelles, sa version française de la Bible, la première en notre langue » (Walter, 109 et 110).

Jean Reuchlin de Pforzheim (1455-1522). « Considéré comme le plus grand humaniste allemand. Études à Paris (1473), Bâle (1474), Orléans, Poitiers et Tubingen (1479-1481) ; il y apprit le grec, l’hébreu, la théologie, le droit, et devient docteur en théologie (1477) et Licencié en Droit (1481). Enseigna le grec et le latin dès cette époque… Il résida ensuite à Stuttgart comme secrétaire du Comte Eberhard de Wurtemberg (1482-85), puis membre du tribunal supérieur de Stuttgart. Député à la Diète de Francfort (1486) et nommé Comte Palatin. Retiré à Heidelberg à la mort du Comte, il y enseigna le grec et le latin… Triumvir de la ligue de Souabe (1502-1513), il occupa ses loisirs à terminer une grammaire et un dictionnaire hébraïque… Un moment favorable à Luther, il s’en détacha bientôt, et demeura, tout le restant de sa vie, fidèle à l’église catholique. Il enseigna encore le grec et l’hébreu à Heidelberg, puis à Wittemberg (1508), à Ingolstadt (1520), et à Tubingen (1521) » (Walter, page 83).

Sébastien Brant (1457-1521). « Un des trois grands Humanistes alsaciens de la première génération (avec Wimpheling et Geiler), il fut à la fois un grand juriste et un poète didactique, moraliste et satirique. Né à Strasbourg, il fit à Bâle, de 1475 à 1489, des études de droit couronnées par le Doctorat en droit civil et en droit canon. Il fut alors, avec beaucoup de succès, professeur de droit à la Faculté de Bâle, dont il devint le Doyen en 1492… Comme la plupart des Humanistes, il fut correcteur dans les imprimeries locales. En 1494, il devient célèbre lors qu’il publia La Nef des Fous…. En 1500, las de ses lourdes charges, il démissionna de sa chaire baloise, et, à l’instigation de Geiler, vint à Strasbourg, où ses connaissances juridiques le firent nommer d’abord Syndic (conseiller juridique, puis secrétaire, chargé en particulier de la censure, fonctions qu’il conserva jusqu’à sa mort » (Walter, page 101).

Josse Galtz (John Hahn) (1459-1517). « Savant théologien, poète et historien, né à Rouffach (Haut-Rhin). Élève de l’École latine de Sélestat sous Drigenberg, étudiant à Bâle et Heidelberg, il devient licencié en Théologie et Docteur ès Arts, Recteur de l’Université, puis curé de Steinach, et Conseiller de l’Électeur Palatin, Philippe II. Il enseigna à Heidelberg la logique et la physique d’Aristote. Chanoine à la cathédrale de Spire, il y fut un éloquent prédicateur » (Walter, page 124).

Ulrich Zasius, de Constance (1461-1535). « Un des plus célèbres humanistes-juristes de la fin du 15ème et du début du 16ème. Etudiant en Droit à Tubingen (1481), puis à Fribourg en Brisgau, il acquit le Doctorat en Droit civil (1499), et il enseigna  lui-même cette science pendant près de 30 ans (1506-1535), en même temps que la Rhétorique et la Poésie. Doyen de l’université en 1505, il devint Conseiller impérial en 1508. Il réforma en 1511 les statuts du margraviat de Bade et en 1520 les institutions de Fribourg… Il adhéra à la Réforme en 1519… et finalement sous l’infuence d’Eramsme se sépara du protestantisme » (Walter, page 125).

Jean Kuhn de Nuremberg (Cuno) (1463-1513). « Théologien et humaniste allemand. Entré chez les Dominicains de sa ville natale, il y acquit déjà le goût du grec, il acheva ses études en Italie… Il fut rappelé , en fin 1510, au couvent des Dominicains de Bâle, qui possédait la plus importante collection de manuscrits grecs d’Allemange… Il travailla chez le grand imprimeur Jean Amerbach à l’édition des Pères de l’Eglise… En même temps, il enseignait le grec (à partir de 1511, il eut pour élève Beatus Rhenanus) » (Walter, page 128).

Erasme de Rotterdam (1469-1536). « Elève, de 1478 à 1484, de la célèbre école des Frères de la Vie Commune de Deventer… entré au couvent des Augustins de Steyn, près de Gouda, il y prononça ses voeux en 1488 et y resta jusqu’en 1493… Ordonné prêtre en 1492. Nombreux voyages et séjours d’études à à l’étranger : Paris entre 1495 et 1499, Angleterre (6 mois, juin 1499), Louvain(1504), Paris (1504-1505), Angleterre à nouveau, Italie (1506-1509) : à Turin, il obtient le doctorat en Théologie (septembre 1506). Durant son retour en Angleterre, juillet 1509, il compose sur son cheval « L’Eloge de la Folie » ; il demeure en Angleterre jusqu’en 1514 ; il enseigne le grec et le latin à Cambridge et à Londres… Fin août 1514, il est accuelli triomphalement par les humanistes allemands, d’abord à Strasbourg, puis à Bâle (il y fait la connaissance de Beatus Rhenanus). Retour au Pays-Bas en 1516 : il est en effet nommé conseiller du Duc Charles, le future Charles Quint » (publication de « Education du prince chrétien », puis du « Nouveau testament ». Succès considérable, renommée européenne, gage d’une vie aisée. Retour à Louvain (1517-1521) : organisation d’un Collège trilingue ; attitude de neutralité vis-vis de Luther, attiude combattue à Louvain, devenue le centre de la lutte contre la Réforme… Retour à Bâle en novembre 1521 ; il devrait y rester jusqu’en 1522 (publication des Pères de l’Eglise, réédition des Adages). Pendant la période bâloise, « il eut à soutenir une longue suite de polémiques, et finalement, las des pressions des Réformés bâlois, il partit pour Fribourg en Brisgau, ville catholique qui l’accuellit chaleureusement, et où il résida de 1529 à 1535″… Août 1535 : « le pape Paul III lui demanda de l’aider à défendre la religion catholique à l’occasion du Concile qu’il préparait, et lui proposa de le nommer cardinal à cete fin ; mais Erasme, attaché à son indépendance, refusa. De plus en plus malade, il se prépara à la mort (12 juillet 1536) » (Walter, pages 133 à 135).

Mathias Schurer (1470-1519). « Né à Sélestat, il fut l’élève de Krafft Hofmann à l’Ecole Latine. Il continua ses études à Cracovie et devint maître ès Arts. Vers 1500, il entra comme apprenti chez son cousin l’imprimeur Martin Flach, à Strasbourg…. En 1508, il établit son premier atelier. Il fut un de ceux qui publièrent le plus de textes classiques, et le premier en Alsace à éditer des oeuvres en grec… De 1509 à sa mort en 1519, il eut le monopole de la publication des oeuvres d’Erasme à Strasbourg ».

Jacques Locher, de Ehingen (Souabe) (1471-1528). « Poète et théologien, élève de S. Brant à Bâle…, il fut professeur à Fribourg-en-Brisgau, et à Ingolstadt. D’un caractère irritable, il soutint une longue querelle sur la poésie et la théologie contre le théologien Georges Zinsel, puis contre ses anciens amis Wimpheling et Zasius (1501-1536) » (Walter, page 125).

Georges Simler de Wimpfen ( ? – 1535). « Élève de l’école Latine de Sélestat sous Drigenberg, puis étudiant à Cologne, il devint recteur de l’école latine de Pforzheim… , puis professeur de Droit à l’université de Tubingen… Il a laissé des œuvres importantes pour la diffusion du grec, entre autres, une grammaire » (Walter, page 124).

Josse Clictou (1472-1543). « Flamand. doctorat de théologie à Paris. Élève de Lefèvre d’Etaples, il le suppléa puis le remplaça. Professeur de dialectique et de physique au Collège du cardinal Lemoine. Puis curé à Tournai, chanoine à Chartres ».

Théodoric Gresemund de Spire (1472-1512). « Docteur en droit, jurisconsulte et professeur de droit à l’université de Mayence à partir de 1504, vicaire général de l’évêché de Mayence en 1506, et en 1508 Pro-notaire et Juge général.. Il fut l’ami de Reuchlin et de Wimpheling, et était lié au cercle humaniste de Strasbourg. Rhenanus l’a rencontré, durant l’été 1509, lors d’un voyage de détente à Mayence, et Gresemund lui avait fait découvrir l’archéologie romaine, les monuments et inscriptions antiques de la région » (Walter, page 92 et 123).

Conrad Kursner de Rouffach, dit Pelecanus (1478-1556). « Savant hébraïsant, qui contribua au mouvement de la Réforme. Moine franciscain, prêtre en 1496, il aprit l’Hébreu à Tubingen, où il travailla à la rédaction de son Dictionnaire de l’hébreu… Il passa à la Réfome en 1523 et accepta, à la demande de Zwingli, une chaire d’hébreu à Zurich (1526)… Il quitta les ordres, se maria ; devenu Suisse, il mourut à Zurich en 1556″ (Walter, page 93).

Wolfgang, Fabricius Koepfel (Capito), de Haguenau (Bas-Rhin) (1478-1541). « Après avoir étudié à Bâle, Fribourg-en-Brisgau et Inglolstadt, la médecine, le droit et la théologie, Docteur dans les trois facultés en 1512, il devint prédicateur à l’abbaye cistercienne de Bruchsal, puis professa la théologie à Bâle, et, en 1515, devient prédicateur de la cathédrale à la demande de l’évêque. Il devint Recteur de la faculté de théologie en 1517 et Doyen en 1518-1519. Il entra alors en relation avec Erasme et Zwingli, et travailla à la diffusion des écrits de Luther, dont il soutient les idées dans ses cours d’exégèse… En 1520, il devint prédicateur de la cathédrale de Mayence, et conseiller de l’Archevêque-Electeur Albert… Complètement acquis au luthéranisme, il partit à Strasbourg en 1523 et se maria. Il devint avec Bucer le principal réformateur de la ville » (Walter, page 147).

Beatus Rhenanus (1485-1547). « De 6 à 15 ans, il fréquente la célèbre école latine de Sélestat ; à la fin de ses études latines, il devient « répétiteur » pour les autres élèves. A 18 ans en 1503, il part à Paris poursuivre des études universitaires. Il loge au Collège du Cardinal Lemoine, fait partie de la Nation allemande, suit les cours de Lefèvre d’Etaples : bachelier en 1505, licencié ès Arts, puis Maître ès Arts en 1507 ; il ne poursuit pas en doctorat. Son avenir se dessine à Paris : il achète ses premiers livres ; parallèlement aux études, il est correcteur d’imprimerie. Rentré en Alsace, il devient correcteur dans une imprimerie de Strasbourg. Mais pour connaître les « anciens » et être considéré comme un Humaniste, il faut connaître le grec ; il part l’étudier à l’université de Bâle, en 1510, auprès de Cuno. Sa « trajectoire professionnelle » d’humaniste et de chercheur (au sens contemporain du terme) : correcteur d’imprimerie, philologue, latiniste, traducteur, éditeur, préfacier, historien (il est l’auteur de la première histoire de la Germanie), épistolier correspondant des humanistes, collectionneur d’ouvrages anciens, mécène (il lègue sa collection de livres à Sélestat). Beatus Rhenanus n’a pas été Recteur d’université.

Article du on Lundi, janvier 14th, 2013 at 13:14 dans la rubrique C. Alsace, D. Allemagne, D. Suisse, F. 15ème siècle et avant. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Un commentaire “Humanistes Rhénans”

  1. Pr S. Feye dit:

    Bonjour,
    Je vous signale la récente parution de la traduction française du « De Verbo Mirifico » de Reuchlin chez Beya-Éditions (« Le Verbe qui fait des Merveilles »).
    Pr Stéphane Feye

    Schola Nova – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
    http://www.scholanova.be
    http://www.concertschola.be
    http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova
    http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702303755504579207862529717146
    http://www.rtbf.be/video/detail_jt-13h?id=1889832

Laisser un commentaire