Marne-la-Vallée, 1ère de la classe

Suite des chroniques : Nouvelles des établissements. Jean-Marc Ayrault et Geneviève Fioraso se sont rendus, ce 6 mars 2013, à l’université de Marne-la-Vallée. Le Premier Ministre y a présenté ses projets ambitieux de transports publics pour le Grand Paris. Pourquoi le choix de cette université ? Parce qu’elle aime être la 1ère de la classe, quelle que soit la majorité au pouvoir.

J’ai fait le professeur dans cette université entre 1999 et 2008. J’y ai obtenu, à la demande du Président Perrin, ma mutation en 1999 pour y créer un Observatoire des formations, de l’insertion professionnelle et de l’évaluation (OFIPE) ; j’en fus le directeur de 1999 à 2004. Cet observatoire fur reconnu comme l’un des meilleurs par le rapport Hetzel, « De l’université à l’emploi ». En 1999, l’université était toute mobilisée pour réaliser de grands projets, pour être le 1er de classe à « y aller ». Déjà, avant mon arrivée, l’université disputait la 1ère place pour le nombre de filières professionnelles et d’apprentis avec l’université d’Evry.

Pour être le 1er de la classe, il faut jouer en permanence « le bon élève », mettre en œuvre rapidement les décisions du pouvoir politique, les nouvelles lois.

2005. Création du Service des activités industrielles et commerciales (SAIC) pour mieux valoriser la recherche. Pierre Duharcourt et moi, nous nous y opposons au CA, en vain. L’UMLV fait partie du peloton de tête (21 universités ont créé un SAIC avant 2006).

2006. Le Contrat première embauche (CPE) : je me souviens d’une conversation avec le président d’alors, au plein cœur du mouvement de contestation qui allait emporter la proposition de Villepin : « c’est très bien le CPE, la preuve, mon cousin se propose d’en embaucher ». Réformer avant les autres selon les vœux du pouvoir politique !

2007 (mars), PRES Université Paris-Est, PRES créé dans la première vague (certaines universités ont résisté au PRES jusqu’en 2012). L’UMLV, désormais dénommée Université Paris Est Marne la Vallée (UPEMLV), cumule les 1ères places dans les réformes. Et ce n’est pas fini !

2008. L’université, sous un président PS, Francis Godard, est une des premières à voter ses nouveaux statuts sous le régime de la loi Libertés et Responsabilités des universités (LRU). Elle peut donc confirmer son président en fonction dès le début 2008.

2009. L’université figure parmi les 20 premières à passer, le 1er janvier 2009, aux responsabilités et compétences élargies (chroniques du blog sur les RCE) de la loi LRU. S’est-elle retrouvée dans les difficultés financières ? Pas tout de suite.

2012. Le président de l’UPEMLV, Gilles Roussel, élu début 2012, devient président de la Commission de la formation et insertion professionnelle à la CPU, en juin 2012 ; il est confirmé dans cette fonction en décembre 2012.

2013. Gilles Roussel est un des quatre représentants de la CPU au CNESER. Il vote en faveur du projet de loi Fioraso. Peut-être le déplacement de Geneviève Fioraso, à Marne-la-Vallée aujourd’hui, est-il un renvoi d’ascenseur, pour bons et loyaux services.

2013. Les syndicats de l’université sont mécontents de cette vitrine apportée au Premier Ministre et à la Ministre de l’ESR : ils le font savoir dans un communiqué cinglant. Les RCE n’ont apporté que des difficultés : « cette visite ne doit pas masquer l’état de pénurie chronique de l’établissement. Les personnels et les étudiants, privés dès lundi de locaux réquisitionnés pour des raisons organisationnelles, ne peuvent comprendre une telle débauche d’énergie déployée par la direction de l’université, quand ils s’évertuent chaque jour à assurer leurs missions pour le service public dans des conditions difficiles« .

2013. Mais la course en tête continue au niveau du PRES. Il faut même anticiper des évolutions qui ne sont pas encore votées par le Parlement. Ainsi de l’abrogation des PRES par la loi Fioraso et de leur remplacement par des communautés d’universités. Cela fait l’objet de l’éditorial du Président du PRES, Bernard Saint-Girons, dans le dernier numéro de la Lettre d’information n°16 de mars 2013. « L’université Paris-Est entend s’inscrire sans délai dans ce processus de mutation institutionnelle et tirer pleinement parti des perspectives qu’elles lui ouvrent ». Hallucinant !

Le président du PRES a désormais plus de 68 ans (né le 10 janvier 1945), âge obligé de la retraite pour les professeurs d’université. Il sera donc remplacé avant l’été. Souhaitons que son successeur soit plus indépendant des ministres de l’ESR, quels qu’ils soient. Être 1er de la classe : stop !

Tags: , ,

Article du on Mercredi, mars 6th, 2013 at 23:39 dans la rubrique C. Ile-de-France. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Un commentaire “Marne-la-Vallée, 1ère de la classe”

  1. Tybox dit:

    Ca fait un peu réac comme article! Bien sûr tout n’est pas rose à l’UPEM (200 postes manquants). Mais c’est une université qui marche bien et fait de bonnes choses.
    Je vois aussi la maturation du PRES dans l’ère BSG qui a consolidé le travail d’Yves Lichtenberger. Les services rendus sont réels. Les gains aussi.
    Bref, j’espère que l’UPEM et l’UPE resteront dans cette culture de premier de la classe!

Laisser un commentaire