La Sorbonne part en vrille (1)

Une Note de 4 pages produite par le Conseil des membres du Sorbonne Paris Cité : une nouvelle affligeante. Quatre éléments de contexte pour mieux comprendre la situation. 1. SPC comprend huit membres fondateurs : quatre universités (Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Paris 5 René Descartes, Paris 7 Denis Diderot, Paris 13 Nord) et quatre Grands Établissements (Sciences Po, EHESP, INALCO, IPGP). 2. SPC a été lauréat des Initiatives d’excellence et en attend quelques centaines de millions d’euros.

3. l’article L 718-3 du Code de l’éducation, créé par la loi ESR du 22 juillet 2013, prévoit trois modalités de regroupement entre établissements : la fusion, la communauté d’universités et d’établissements, l’association d’établissements ou d’organismes publics ou privés concourant aux missions du service public de l’enseignement supérieur ou de la recherche. 4. Je suis favorable à la création – par fusion - d’une quinzaine d’universités de formation et de recherche, dédiées au deuxième et au troisième cycles et à la création d’Instituts d’enseignement supérieur dédiés au 1er cycle (149 chroniques du blog sur les IES). La fusion, intégrant les 1er cycles universitaires et maintenant dans les classes supérieures des lycées les CPGE et les STS, est une erreur historique, une faute politique ; elle va conduire à un assassinat de la licence.

Points de repères récents. Le 3 juillet 2013, suite à un texte du Collectif Abélard, je publie Fin du PRES Sorbonne Paris Cité ? Le collectif prend position pour une Université confédérale, avançant six arguments pour le 3ème mode de regroupement prévu par la loi Fioraso : l’Association. Le problème est que le collectif n’a pas vraiment assimilé toutes les subtilités de la loi, voire ses incohérences : l’association… associe des établissements à un établissement (article L 718-6). Dès lors le souhait du collectif devient vain : quelle serait l’université à laquelle s’associeraient les 3 autres ?

Le même jour, 3 juillet 2013, le bureau du PRES Sorbonne Paris Cité se réunit en séminaire et, avant même le vote de la loi, prend des décisions stratégiques. Celles-ci sont divulguées, le 12 septembre 2013, dans une Note du Conseil des membres (a-t-elle été validée par le Conseil d’administration ? ) à l’attention du jury AERES (Agence d’ailleurs supprimée par la loi !). Lire la Note de 4 pages.

Ces décisions constituent une vraie bombe. 1. Le PRES est d’ores et déjà transformé en Communauté d’universités et d’établissements (regroupement de type 2), celle-ci souhaitant y faire entrer 5 grands organismes de recherche (page 1 de la Note).

2. « Les 4 universités proposeront à leurs communautés et à leurs instances statutaires de s’inscrire, sur le plan juridique, dans une démarche de fusion ayant pour objectif de déboucher, au 1er janvier 2016, sur la création d’une université unique multicampus«  (page 3). Le mot est lâché : la communauté (regroupement 2) est une étape vers la fusion (regroupement 1), mais cette Communauté subsistera, puisqu’il y a 4 autres établissements dans l’ex PRES ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

3. Des garanties apportées aux attentes exprimées par les personnels (page 4) ? « Ce projet [de fusion ou de communauté ?] sera soumis à la discussion [à la discussion ou au vote ?] des différentes instances des établissements ». Peut-on croire une seule seconde que, dans cette université mastodonte, il y aura « une gestion des ressources humaines déconcentrée, une production de services de qualité au profit des communautés professionnelles ou étudiantes, une convergence des grands processus de gestion, un guidage par les valeurs au nom de la responsabilité sociale des universités » (page 4).

Ces pseudos concepts du management néo-libéral des universités sont une gifle magistrale donnée aux personnels. L’argent de l’IDEX, dont je suppose qu’il est le seul moteur des comportements du bureau de SPC, ne doit pas conduire à un mépris généralisé des personnels et des étudiants. Ceux-ci vont-ils réagir ? Chronique à suivre.

Tags: , , , , ,

Article du on Mardi, septembre 24th, 2013 at 18:40 dans la rubrique A. S'indigner, C. Ile-de-France. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Laisser un commentaire