CPU. 17 présidents en colère

17 octobre 2013, Conférence des Présidents d’Université, Assemblée plénière. 17 présidents ont proposé un projet de motion sur la situation budgétaire des Universités et le financement de l’ESR. 17 présidents : ils n’ont jamais été aussi nombreux à protester ouvertement contre la situation budgétaire critique des universités. Geneviève Fioraso et François Hollande devraient s’inquiéter : la plupart des présidents signataires sont de gauche. Budget 2014 de l’ESR : danger pour le Parti socialiste ! Une proposition sous-jacente des présidents en colère : transférer à l’ESR une partie du Crédit Impôt Recherche (chronique à venir).

Voilà maintenant plusieurs mois que la nouvelle loi Enseignement Supérieur et Recherche (ESR) a été votée. Dans la continuité de la LRU, elle consacre l’autonomie budgétaire des Universités et n’apporte aucune solution aux problèmes de sous-financement de l’ESR. Elle n’a été accompagnée d’aucune loi de programmation pourtant demandée avec insistance par l’ensemble de la communauté universitaire.  L’insuffisance des moyens dont disposent les universités pour l’accomplissement de leur mission de service public, la situation budgétaire critique de nombreuses universités  les mettent gravement en difficultés et rendent caducs les objectifs annoncés par le Président de la République visant à faire de la jeunesse, de l’éducation et de la société de la connaissance une grande priorité nationale.

L’état très dégradé de leurs finances pousse un grand  nombre d’universités à mettre en place des plans de rigueur sans précédents : gel de postes vacants, gel d’une grande partie des 1000 emplois créés en 2013, non-reconduction d’emplois contractuels, baisse des heures complémentaires aggravant le sous-encadrement des étudiants, fermeture d’options, augmentation du nombre d’étudiants en TD au-delà du raisonnable, réduction drastique de l’offre de formation, non-exécution de travaux de maintenance, menace de fermeture des sites délocalisés… Cela se traduit par une dégradation des conditions d’étude et de vie des étudiants et de travail des personnels donnant lieu à de plus en plus de situations de souffrance au travail… Lire la suite…

Pour aller plus loin : 75 chroniques du blog sur les budgets des universités.

Tags: , , ,

Article du on Jeudi, octobre 17th, 2013 at 8:43 dans la rubrique A. S'indigner. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

2 commentaires “CPU. 17 présidents en colère”

  1. Ioana Galleron dit:

    A quoi joue-t-on?!
    Le 16 septembre, le président de l’UBS, signataire de la motion, écrivait à une partie des membres de l’université: « Comme en 2012, nous devrions finir avec un excédent et envisager sereinement une revalorisation de la politique indemnitaire des personnels BIATSS en 2014, avec les mêmes règles de prudence budgétaire que les années passées. » Un mois après, les termes de cette motion sont diamétralement opposés à cet optimisme affiché! Que croire?!
    A l’interne, « tout va bien, madame la marquise », puisqu’il ne faut pas inquiéter les troupes; à l’extérieur, sonnette d’alarme et poing levé. Le sérieux de la démarche se trouve, me semble-t-il, un peu compromis par ce double langage, jouant sur les deux plans du politiquement utile.

  2. Frédéric dit:

    Quand des administrations des Universités doivent trancher entre la maintenance de la sécurité, de la propreté, et de l’enseignement…. il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Le gouvernement précédent et le gouvernement actuel sont également responsables pour cette ‘autonomie’ des universités mal conçue et mal financée qui a mené à cette dégradation.

Laisser un commentaire